Qui peut battre Alon­so ?

Le Populaire du Centre (Haute-Vienne) - - SPORTS -

La vic­toire ou rien ! L’Es­pa­gnol Fer­nan­do Alon­so et son équipe Toyo­ta, gran­dis­simes fa­vo­ris des 24 Heures du Mans sa­me­di et di­manche, doivent s’im­po­ser, l’un pour mar­quer l’histoire de son sport, l’autre pour rompre une ma­lé­dic­tion. Pri­vé de suc­cès en For­mule 1 de­puis 2013, le double champion du monde 2005 et 2006 est re­mon­té sur la pre­mière marche du po­dium aux Six Heures de Spa­Fran­cor­champs, manche inau­gu­rale de la sai­son d’en­du­rance (WEC) 2018/2019 dé­but mai. Il en­tend faire de même lors de la classique man­celle, afin de se rap­pro­cher de la Triple cou­ronne du sport au­to­mo­bile (24 Heures du Mans, GP de Mo­na­co et 500 Miles d’In­dia­na­po­lis), que seul le Bri­tan­nique Gra­ham Hill est par­ve­nu à s’ad­ju­ger. Alon­so, vain­queur en Prin­ci­pau­té en 2006 et 2007 et qui s’est es­sayé à l’In­dy­car l’an der­nier (aban­don alors qu’il était bien pla­cé), bé­né­fi­cie pour ce­la d’un avan­tage cer­tain : être en­ga­gé par le seul construc­teur de la ca­

té­go­rie reine (LMP1), Toyo­ta. Tou­te­fois, en vingt par­ti­ci­pa­tions, la marque ja­po­naise n’a ja­mais rem­por­té l’épreuve. La Toyo­ta n° 7 de­vrait en toute lo­gique être la prin­ci­pale concur­rente pour Alon­so. Mais si un suc­cès de l’Es­pa­gnol au­rait plus de re­ten­tis­se­ment, Toyo­ta ne fa­vo­ri­se­ra pour au­tant au­cun de ses équi­pages. Prêtes à bon­dir sur Toyo­ta à la moindre dé­faillance, les équipes pri­vées en LMP1 dis­posent elles aus­si du ren­fort d’an­ciens pi­lotes de F1, à com­men­cer par le Bri­tan­nique Jen­son But­ton, ex­co­équi­pier d’Alon­so chez McLa­ren, et le Russe Vi­ta­ly Pe­trov (SMP Ra­cing). Par­mi les 23 an­ciens de la dis­ci­pline reine du sport au­to en­ga­gés au Mans, fi­gurent aus­si le Co­lom­bien Juan Pa­blo Mon­toya, qui compte dé­jà à son pal­ma­rès les 500 Miles d’In­dia­na­po­lis en 2000 et le GP de Mo­na­co en 2003, en LMP2, ou en­core l’Ita­lien Gian­car­lo Fi­si­chel­la en GT. Les 24 Heures du Mans res­tent tou­te­fois un ai­mant à « people », avec no­tam­ment l’Es­pa­gnol Ra­fael Na­dal, tout juste cou­ron­né pour la on­zième fois à Ro­land­Gar­ros, qui don­ne­ra le dé­part sa­me­di.

TOYO­TA. Alon­so et sa n° 8 pour­raient en­trer dans l’histoire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.