Comment les en­fants sont-ils « re­cru­tés » ?

Le Populaire du Centre (Haute-Vienne) - - Cérémonie Du 11 Novembre -

« Voi­là 35 ans que je tra­vaille à l’Of­fice na­tio­nal des an­ciens com­bat­tants et 35 ans que les en­fants sont pré­sents à l’oc­ca­sion du 11 no­vembre. Sans eux, une cé­ré­mo­nie est im­pen­sable », té­moigne Syl­vie Co­dec­co, ad­jointe au di­rec­teur de l’of­fice.

Cette an­née, rien qu’à Li­moges, 120 en­fants ont été mo­bi­li­sés. Pour les plus jeunes, ceux des écoles élé­men­taires, c’est l’Ins­pec­tion d’aca­dé­mie qui se charge du « re­cru­te­ment ».

Sou­vent, ce sont les mêmes écoles qui ré­pondent po­si­ti­ve­ment : Bel­le­vueNau­geat, Léon­Ber­land ou Beaune­les­Mines (lire ci­des­sus) font par­tie des ha­bi­tuées.

Col­lèges et ly­cées sont contac­tés di­rec­te­ment par les pré­si­dents des as­so­cia­tions d’an­ciens com­bat­tants. Con­trai­re­ment aux pe­tits qui dé­posent chacun une fleur sur le mo­nu­ment, ou lisent les noms des morts pour la France, les grands lisent plus sou­vent les textes, dé­posent des gerbes et ra­vivent la flamme. Gay­Lus­sac, Va­la­don, Mar­cel­Pa­gnol, Tur­got ou les Va­seix font par­tie des fi­dèles.

Il y a quelques an­nées, les troupes étaient moins nom­breuses. « Après 2008, à la mort de La­zare Pon­ti­cel­li, le der­nier Poi­lu, on a sen­ti une mo­bi­li­sa­tion en lé­gère baisse. Il suf­fit qu’on tombe sur un wee­kend de pont pour que ça de­vienne dif­fi­cile. Au­jourd’hui, les gens s’in­té­ressent quand même à la Grande Guerre. On re­cherche ses aïeux par la gé­néa­lo­gie, on se pas­sionne pour la pé­riode au mo­ment de vi­der une mai­son de fa­mille », conti­nue Syl­vie Co­dec­co.

À l’ap­proche du cen­te­naire, les re­por­tages autour de l’évé­ne­ment ont per­mis de le mettre en lu­mière et de sus­ci­ter un nou­vel in­té­rêt. À tel point que les élèves étaient nom­breux à vou­loir être en pre­mière ligne à la cé­ré­mo­nie.

PHO­TO THO­MAS JOUHANNAUD

CÉ­RÉ­MO­NIE. Cette pho­to a été prise en 2008, an­née du dé­cès du der­nier Poi­lu. Les an­nées sui­vantes, il a été un peu plus dif­fi­cile de mo­bi­li­ser dans les écoles.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.