Grève ce lun­di dans l’Édu­ca­tion, de la ma­ter­nelle au ly­cée

Les trois prin­ci­paux syn­di­cats en­sei­gnants pro­testent contre les sup­pres­sions de postes

Le Populaire du Centre (Haute-Vienne) - - Haute-vienne L'actu - Flo­rence Cla­vaud-Pa­rant

Lan­cée à l’ap­pel des trois prin­ci­paux syn­di­cats de l’en­sei­gne­ment, la grève de ce lun­di 12 no­vembre se­ra donc uni­taire - ou presque et pour­rait être très sui­vie.

Car les syn­di­cats n’ap­pré­cient pas du tout le bud­get édu­ca­tion du gou­ver­ne­ment pour 2019, et comptent bien le faire savoir. La grève de lun­di de­vrait donc tou­cher la plu­part des éta­blis­se­ments sco­laires, écoles, col­lèges et ly­cées.

Lan­cé à l’ap­pel de la FSU, de l’Un­sa et du SgenCfdt, le mou­ve­ment en­tend dé­non­cer « une nou­velle dé­gra­da­tion des condi­tions d’études des élèves et de tra­vail des per­son­nels. »

2.600 sup­pres­sions de postes

Au ni­veau na­tio­nal, pas moins de 2.600 postes d’en­sei­gnants se­ront en ef­fet sup­pri­més à la ren­trée pro­chaine dans le se­con­daire (et 400 dans l’ad­mi­nis­tra­tion). Même si dans le même temps, 1.800 postes doivent être créés dans le pri­maire, le compte n’y est pas aux yeux des syn­di­cats, et les pro­fes­seurs des écoles pour­raient d’ailleurs par­ti­ci­per eux aus­si lar­ge­ment au mou­ve­ment si l’on en croit les pre­mières re­mon­tées syn­di­cales, no­tam­ment en Haute­Vienne.

Ma­nif à Li­moges

« Ces sup­pres­sions de postes sont dé­ci­dées au mo­ment où le mi­nistre pré­sente son pro­jet de loi pour l’école de la confiance, dé­plore le Se­Un­sa­87. La fin de la prio­ri­té bud­gé­taire, conju­guée aux chan­ge­ments in­ces­sants de po­li­tiques édu­ca­tives, sont vé­cus comme une ab­sence de re­con­nais­sance. Les actes et les mots ont du sens. Le mi­nistre ne peut se pré­va­loir d’un ob­jec­tif d’aug­men­ta­tion du ni­veau des élèves, et de jus­tice so­ciale, sans s’en don­ner les moyens. »

À Li­moges, un ras­sem­ble­ment est pré­vu de­vant le rec­to­rat à 10 heures. Une ma­ni­fes­ta­tion de­vrait suivre. Se­lon la FSU, le dé­fi­lé de­vrait pas­ser no­tam­ment de­vant le ly­cée Li­mo­sin, le ly­cée Gay­Lus­sac et l’école Car­not. À no­ter que la ville de Li­moges met en place un ser­vice mi­ni­mum d’ac­cueil (de 8 h 20 à 11 h 30 et de 13 h 45 à 18 h 15) aux centres de loi­sirs Beau­blanc et Léon Blum, avec pos­si­bi­li­té de res­tau­ra­tion.

AR­CHIVES THO­MAS JOUHANNAUD

GROGNE. Lo­ca­le­ment, la dis­pa­ri­tion pro­gram­mée de l’aca­dé­mie de Li­moges de­vrait contri­buer à exa­cer­ber les ten­sions.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.