La sé­cu­ri­té sur les pistes en ques­tion

Le Populaire du Centre (Limoges) - - Sports -

La mort, lun­di, du des­cen­deur fran­çais Da­vid Pois­son, qui a heur­té un arbre lors d’un en­traî­ne­ment à Na­kis­ka (Ca­na­da), pose le pro­blème de la sé­cu­ri­té sur les pistes pri­vées, alors que les me­sures sont dra­co­niennes sur les étapes de la Coupe du monde. Da­vid Pois­son, mé­daillé de bronze mon­dial en 2013, « au­rait chu­té lour­de­ment après avoir per­du un ski, lors de la séance d’en­trai­ne­ment par­ta­gée avec d’autres na­tions […] Il au­rait per­cu­té un arbre après avoir tra­ver­sé les fi­lets de sé­cu­ri­té », a in­di­qué Mi­chel Vion, pré­sident de la Fé­dé­ra­tion fran­çaise de ski hier. Les fi­lets, dis­po­sés le long de la piste, sont cen­sés ra­len­tir les skieurs en cas de chute. Se­lon un en­traî­neur ita­lien, la vi­tesse des skieurs dé­pas­sait les 100 km/h lun­di à l’en­droit où l’ac­ci­dent a eu lieu. « Il y avait au moins deux fi­lets de type B », a pré­ci­sé Mi­chel Vion. Ces fi­lets me­surent 2,5 m de haut, alors que les fi­lets A, fixés à une po­tence s’élèvent jus­qu’à quatre mètres. « Chaque équipe paye une pres­ta­tion et c’est bien la sta­tion qui est en charge de la sé­cu­ri­té », a sou­li­gné le pré­sident de la FFS. La sta­tion de Na­kis­ka (ouest), avec des pistes ho­mo­lo­guées qui avaient ac­cueilli les épreuves de ski al­pin et de free­style lors des JO d’hi­ver de Cal­ga­ry en fé­vrier 1988, est ré­ser­vée en cette pé­riode aux équipes na­tio­nales. Ces groupes pré­parent les pre­mières épreuves de vi­tesse de la Coupe du monde pro­gram­mées dans moins de deux se­maines dans la lo­ca­li­té voi­sine de Lake Louise. « Les équipes gèrent leurs propres en­traî­ne­ments, tracent les par­cours, elles font tout par elles­mêmes », a in­di­qué Matt Mos­tel­ler, un re­pré­sen­tant of­fi­ciel des sta­tions des Ro­cheuses ca­na­diennes qui tra­vaille à Na­kis­ka. Mais ce sont bien les pis­teurs de ces sta­tions qui mettent en place les fi­lets de pro­tec­tion. « Quand on ar­ri­vait tout était en place », se sou­vient ain­si Laurent Ch­ré­tien, qui a fré­quen­té les lieux alors qu’il était res­pon­sable de l’équipe de France dames de vi­tesse. Et il rap­pelle que, « au Ca­na­da, toutes les pistes sont tra­cées dans la fo­rêt. »

Tué sur le coup

Existe­t­il alors un pro­to­cole de la Fé­dé­ra­tion in­ter­na­tio­nale de ski (FIS) pour im­po­ser des règles mi­ni­males de sé­cu­ri­té aux sta­tions qui louent leurs es­paces ? In­ter­ro­gée, la FIS n’a pas sou­hai­té ré­pondre. Et puis, comme lors des épreuves de Coupe du monde, « un mé­de­cin fé­dé­ral ac­com­pagne les skieurs lors des en­traî­ne­ments pri­vés ou of­fi­ciels de des­cente », sou­ligne la FFS. La pré­sence du mé­de­cin de la Fé­dé­ra­tion, in­ter­ve­nu très ra­pi­de­ment avec son col­lègue suisse, a été vaine ; Da­vid Pois­son, père d’un fils de 18 mois, a été tué sur le coup. Yan­nick Noah a joué la pru­dence en re­te­nant six joueurs en vue de la fi­nale de la Coupe Da­vis et choi­si­ra « le plus tard pos­sible » l’équipe char­gée d’af­fron­ter la Bel­gique du 24 au 26 no­vembre à Ville­neu­ved’Ascq près de Lille. Pour conqué­rir un dixième Sa­la­dier d’ar­gent, qui échappe aux Bleus de­puis 2001, le ca­pi­taine a re­con­duit les quatre ti­tu­laires de la de­mi­fi­nale contre la Ser­bie. Jo­Wil­fried Tson­ga (15e mon­dial) et Lu­cas Pouille (18e) sont les n° 1 et n° 2 des simples et la paire Ni­co­las Ma­hut/Pierre­Hugues Her­bert est en pole po­si­tion pour le double. Noah a pris soin d’in­cor­po­rer deux rem­pla­çants, Ri­chard Gas­quet et Ju­lien Ben­ne­teau. « Je pren­drai ma dé­ci­sion le plus tard pos­sible concer­nant l’équipe dé­fi­ni­tive », a pré­ve­nu le guide des épo­pées de 1991 et 1996, hier, au centre na­tio­nal d’en­traî­ne­ment, près de Ro­land­Gar­ros. Il a la pos­si­bi­li­té de rem­pla­cer deux ti­tu­laires d’ici le jour du ti­rage au sort pré­vu à la veille de la fi­nale, le jeu­di 23 no­vembre. Cette liste élar­gie per­met d’an­ti­ci­per une mé­forme ou un éven­tuel for­fait sur bles­sure, alors que Pouille a joué avec un lé­ger pé­pin à la cuisse gauche dé­but no­vembre à Pa­ris­Ber­cy. Ma­hut s’est fait une frayeur (mol­let) pen­dant le même tour­noi et s’est cou­pé à la main droite di­manche à Londres, ce qui ne l’a pas em­pê­ché de rem­por­ter son match inau­gu­ral du Mas­ters avec son com­plice Her­bert. « Notre équipe de double est so­lide et mo­ti­vée. Elle a ré­pon­du à nos at­tentes de­puis quelques ren­contres », a ex­pli­qué Noah qui a ali­gné ce tan­dem lors de quatre des six matchs dis­pu­tés de­puis son re­tour aux com­mandes.

Da­vid Pois­son a per­cu­té un arbre après avoir tra­ver­sé les fi­lets de sé­cu­ri­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.