At­ten­tats de Bar­ce­lone et Cam­brils : quel im­pact sur la fré­quen­ta­tion tou­ris­tique ?

Le Quotidien du Tourisme - - Actualité -

En Es­pagne, le nombre de tou­ristes a connu une aug­men­ta­tion de 11,6 % au pre­mier se­mestre 2017 par rap­port à 2016. Bri­tan­niques, Al­le­mands et Fran­çais en tête, 36,3 mil­lions de vi­si­teurs in­ter­na­tio­naux ont été comp­ta­bi­li­sés entre jan­vier et juin par l’Ins­ti­tut na­tio­nal de la sta­tis­tique (INE). Le pays s’at­ten­dait donc à un nou­veau re­cord d’ar­ri­vées pour 2017 après les 75 mil­lions de tou­ristes ac­cueillis en 2016. Les at­ten­tats de Bar­ce­lone et Cam­brils du 17 août ne se sont pas tra­duits par des an­nu­la­tions mas­sives. Même si quelques tou­ristes ont pu avan­cer leur date de dé­part. Tou­te­fois les pro­fes­sion­nels de l’hô­tel­le­rie et du tou­risme s’at­tendent à des ef­fets à moyen terme, sur trois à six mois d’après des éva­lua­tions ci­tées par l’AFP. « L’ef­fet se rac­cour­cit avec la ba­na­li­sa­tion des at­ten­tats » dé­clare ain­si Jean-Pierre Mas, pré­sident des En­tre­prises du Voyage. Mais il peut être plus du­rable « s’il y a une ré­pé­ti­tion des at­ten­tats dans un même lieu » . Pour Di­dier Ari­no, di­rec­teur du ca­bi­net Pro­tou­risme, « plus l’image d’une des­ti­na­tion est forte, plus l’im­pact est li­mi­té. Il y a quelques an­nées, il fal­lait en­vi­ron un ou deux ans après un at­ten­tat pour qu’une des­ti­na­tion re­trouve sa fré­quen­ta­tion, ex­plique-t-il dans La Croix, Au­jourd’hui, c’est plu­tôt entre 6 mois et un an. » L’im­pact pour­rait éga­le­ment af­fec­ter d’autres des­ti­na­tions eu­ro­péennes, les clien­tèles loin­taines (Asia­tiques, Amé­ri­cains) par­ti­cu­liè­re­ment sen­sibles aux me­naces ter­ro­ristes – on l’a vu en France du­rant l’an­née 2016 – se po­sant la ques­tion d’un « voyage en Eu­rope » de fa­çon plus glo­bale. ■ MA

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.