CWT ferme son pla­teau af­faires à Nantes

Le Quotidien du Tourisme - - Actualité -

La pla­te­forme nantaise de Carl­son Wa­gon­lit Tra­vel, qui a em­ployé jus­qu’à 90 per­sonnes, ferme dé­fi­ni­ti­ve­ment ses portes fin oc­tobre. Une tren­taine de sa­la­riés sont en­core en poste. Ils s’ap­prêtent à être « li­cen­ciés éco­no­miques ». Mais pour les em­ployés ac­tuels comme pas­sés de la pla­te­forme nantaise de Carl­son Wa­gon­lit Tra­vel, la pi­lule a du mal à pas­ser. «Li­cen­cié éco­no­mique, c’ est quand ça va mal, or on n’ ar­rête pas de lire que l’ en­tre­prise va bien. En plus, nous avons en­core plein­de­tra­vail!» sou­ligne l’un d’eux qui a dé­ci­dé de res­ter dans l’en­tre­prise jus­qu’au der­nier mo­ment. «On­ferme à Nantes, mais je crains que ce ne soit pour ou­vrir dans un autre pays, avec des sa­laires moindres. On parle d’ Inde et de

Po­logne» sus­pecte, amère, une autre em­ployée qui a quit­té le na­vire au prin­temps. En avril der­nier, ils étaient en­core 62 dans les lo­caux de Nantes. «En moyenne, nous avions au­tour de 20 ans d’ an­cienne té, mais cer­tains d’ entre nous étaient dans l’ en­tre­prise de­puis 35 ans» té­moigne une sa­la­riée. Entre- temps, quelques-uns ont réus­si à dé­cro­cher un nou­veau poste chez des concur­rents, comme la cen­trale af­faires de Se­lec­tour. D’autres ont ten­té l’aven­ture dans de nou­velles agences. Mais beau­coup re­doutent, compte te­nu du mar­ché, de de­voir re­par­tir de zé­ro. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.