La Rus­sie en mode sé­duc­tion

Le Quotidien du Tourisme - - La Une - La place Rouge à Mos­cou

Le pays s’ap­puie sur des évé­ne­ments à por­tée pla­né­taire pour mettre en avant son po­ten­tiel tou­ris­tique. Et son image est plus po­si­tive…

Après les jeux Olym­piques de Sot­chi en 2014, le cen­te­naire de la Ré­vo­lu­tion de 1917 et la Coupe du monde de foot­ball l’an pro­chain, la Rus­sie s’ap­puie sur des évé­ne­ments à por­tée pla­né­taire pour mettre en avant son po­ten­tiel tou­ris­tique. Une offre qui se di­ver­si­fie et sé­duit de plus en plus de Fran­çais. D’au­tant qu’après la guerre en Cri­mée, les sanc­tions éco­no­miques, etc. qui ont pé­na­li­sé l’image de la des­ti­na­tion, au­jourd’hui la per­cep­tion de la Rus­sie est plus po­si­tive.

Da­vid Sa­va­ry (avec My­riam Aber­gel)

La Rus­sie est mieux per­çue au­jourd’hui qu’il y a quelques an­nées. Mal­gré sa si­tua­tion géo­po­li­tique et contrai­re­ment à la Tur­quie et d’autres pays d’Afrique du Nord ou du Pro­cheO­rient, elle est de­ve­nue une des­ti­na­tion sûre » ana­lyse Ol­ga Tri­nee­va, res­pon­sable de Pou­ch­kine Tours, TO spé­cia­liste de la Rus­sie et des ré­pu­bliques de l’ex-URSS au sein du groupe Sa­laün. Plus at­trac­tive fi­nan­ciè­re­ment aus­si après la dé­va­lua­tion du rouble liée à la crise ukrai­nienne en 2014. « Et puis, ajoute Ol­ga Tri­nee­va, les gens s’in­té­ressent à l’his­toire de ce pays. » Et de ci­ter l’exemple du voyage thé­ma­tique « Sur les Traces de la Ré­vo­lu­tion d’Oc- tobre »: « Nous avons ten­té ce cir­cuit et été agréa­ble­ment sur­pris. Il a gé­né­ré une cin­quan­taine de ré­ser­va­tions ». Se­lon Ros­tou­rism, l’agence fé­dé­rale du tou­risme russe, la Rus­sie pour­rait très vite faire par­tie des trois pays les plus vi­si­tés au monde. Elle oc­cupe ac­tuel­le­ment la hui­tième place avec 31,6 mil­lions de tou­ristes ac­cueillis en 2015, soit 6,2 % de plus qu’en 2014 ( der­niers chiffres de l’Or­ga­ni­sa­tion mon­diale du tou­risme). Et nul doute que la 21e édi­tion de la Coupe du monde de foot­ball, du 14 juin au 15 juillet 2018, don­ne­ra un éclai­rage sup­plé­men­taire à la Rus­sie. « L’im­pact va être énorme », confie Va­lé­rie Bro­quet, di­rec­trice com­mer­ciale France d’Ae­ro­flot. Cet évé­ne­ment spor­tif « booste l’ac­ti­vi­té des agences qui gèrent les groupes, de Cou­leurs Voyages pour les sup­por­teurs et de

La Rus­sie ré­nove et se dote d’in­fra­struc­tures qui pro­fitent au tou­risme.

l’agence Even­team pour les pa­ckages VIP ». Pour au­tant, il n’y au­ra « pas né­ces­sai­re­ment da­van­tage de vols sur la Rus­sie l’été pro­chain car la France n’est pas seule, il y a beau­coup d’autres villes en Eu­rope » sou­ligne Va­lé­rie Bro­quet qui pré­cise qu’Ae­ro­flot « des­sert Mos­cou et Saint-Pé­ters­bourg au dé­part de Pa­ris, Nice et Lyon à rai­son de 14 vols quo­ti­diens en code- share avec Air France » . Du cô­té des spé­cia­listes, on n’a pas en­core beau­coup de de­mandes pour la Coupe du monde. « La clien­tèle va en Rus­sie plu­tôt pour le cô­té cultu­rel et n’a pas for­cé­ment en­vie de se re­trou­ver dans la foule » , ex­plique Gé­ral­dine Cha­chou­rine, di­rec­trice de la pro­duc­tion de Step Tra­vel dont la Rus­sie est la pre­mière des­ti­na­tion. « Nous avons eu une di­zaine de de­mandes liées au foot­ball, si­gnale Ta­tia­na Malt­se­va, di­rec­trice de pro­duc­tion Rus­sie chez Am­slav. Mais l’ac­ti­vi­té est forte sur 2018, je l’at­tri­bue­rais plu­tôt à une en­vie des Fran­çais pour une autre des­ti­na-

tion. » « Nous sommes ac­tuel­le­ment à + 40 % sur les ré­ser­va­tions par rap­port à l’an der­nier sans voyage Coupe du monde » , pré­cise Laure Jac­quet, di­rec­trice France de Tsar Voyages, TO, agence et ré­cep­tif russe.

Les croi­sières, va­leur sûre

Si le Mon­dial de foot doit at­ti­rer un mil­lion de tou­ristes- spec­ta­teurs sup­plé­men­taires, ce­la ne fait pas for­cé­ment l’af­faire des tour-opé­ra­teurs. Juin-juillet, avec les Nuits Blanches de Saint-Pé­ters­bourg, gé­nère ha­bi­tuel­le­ment le plus gros vo­lume d’ac­ti­vi­té. En 2018, avec la Coupe du monde et les prix qui flambent – « mul­ti­pliés par trois pour les hô­tels » se­lon Laure Jac­quet –, ce­la va être « com­pli­qué ». La va­leur sûre reste les croi­sières entre Saint- Pé­ters­bourg et Mos­cou. « On a pris beau­coup d’en­ga­ge­ments avec un ba­teau en­tier af­fré­té et des stocks aé­riens, ex­plique Ta­tia­na Malt­se­va. Nos ta­rifs de sé­jour pen­dant la Coupe sont sur de­mande, en fonc­tion de la dis­po­ni­bi­li­té et des prix hô­te­liers qui se­ront sur le mar­ché. » Chez Step Tra­vel, on a « an­ti­ci­pé et ré­amé­na­gé notre pro­gramme de dé­parts. Nous avons pri­vi­lé­gié des dates de dé­part avant et après la com­pé­ti­tion, et des croi­sières pen­dant la pé­riode plu­tôt que du ter­restre » , in­dique Gé­ral­dine Cha­chou­rine. « Les prix des croi­sières sont sen­si­ble­ment les mêmes, pré­cise Lau­ra Jac­quet. Les in­di­vi­duels vont pou­voir vi­si­ter ain­si la Rus­sie fa­ci­le­ment, mais on va concen­trer les GIR sur les mois de mai et août.» Pour re­ce­voir les gros évé­ne­ments in­ter­na­tio­naux, la Rus­sie ré­nove et se dote de nou­velles in­fra­struc­tures (aé­ro­ports, trains, routes, hô­tels) qui pro­fitent au tou­risme. La Coupe du monde de foot­ball ajoute un coup de pro­jec­teur. « On ré­col­te­ra les fruits de cette ex­po­si­tion mé­dia­tique en 2019 »

consi­dère Laure Jac­quet. « 2017 est une très bonne an­née Rus­sie, 2018 pour­rait être en­core meilleure » pense Ta­tia­na Malt­se­va. « On se pré­pare à un nombre im­por­tant de ré­ser­va­tions pour les mois et l’an­née qui suit » ré­sume Ol­ga Tri­nee­va. En termes de des­ti­na­tion, la com­pé­ti­tion ex­pose de nou­veaux sites et ré­gions*, en plus des tra­di­tion­nels Mos­cou et Saint-Pé­ters­bourg. « Il y a une de­mande pour des pro­duits dif­fé­rents et nous al­lons dans ce sens avec de nou­veaux iti­né­raires » af­firme la res­pon­sable de Pou­ch­kine Tours, qui re­ven­dique « la pre­mière place sur la des­ti­na­tion avec quelque 8 000 clients en 2017, soit + 20 % par rap­port à 2016 ».

La France, 6e mar­ché

Au to­tal, se­lon les der­niers chiffres de l’agence fé­dé­rale du tou­risme russe, 176 855 Fran­çais se sont ren­dus en Rus­sie en 2016 contre 171 436 en 2015. Sur le pre­mier se­mestre 2017, ils étaient 53 600 se­lon les don­nées du Ser­vice de la fron­tière contre 48 600 l’an der­nier. La France se clas­sant 6e mar­ché émet­teur der­rière la Chine, l’Al­le­magne, les USA, la Co­rée du Sud et Is­raël. Alors que le pays compte beau­coup sur la Coupe du monde pour faire dé­cou­vrir ses nom­breux at­traits et ins­tal­ler la des­ti­na­tion Rus­sie comme une vraie marque, les chiffres de fré­quen­ta­tion sur le mar­ché fran­çais pour­raient être en­core meilleurs – « compte te­nu du po­ten­tiel tou­ris­tique énorme » –, si un of­fice de tou­risme voyait le jour à Pa­ris. « Il doit ou­vrir. L’agence fé­dé­rale de Rus­sie nous l’a pro­mis. J’at­tends de­puis le mois de fé­vrier » dé­clare Va­len­ti­na Ar­taud qui doit oc­cu­per le poste. ■ * Les matches se dé­rou­le­ront dans onze villes : Ka­li­nin­grad, Ka­zan, Mos­cou, Ni­j­ni- Nov­go­rod, Ros­tov- sur- le- Don, Saint- Pé­ters­bourg, Sa­ma­ra, Sa­ransk, Sot­chi, Ie­ka­te­rin­bourg et Vol­go­grad.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.