Concen­tra­tion

Le Quotidien du Tourisme - - Sommaire De -

Les pro­duc­teurs « ces­se­ront d’in­no­ver et d’in­ves­tir car ils n’en au­ront plus les moyens ».

Le mouvement de concen­tra­tion dans la grande dis­tri­bu­tion n’est pas nou­veau. En France, sur les 120 dis­tri­bu­teurs pré­sents dans les an­nées 1970, il n’en reste plus que 4 qui contrôlent près de 90% du mar­ché. Cette concen­tra­tion des en­seignes en grandes cen­trales d’achat a eu pour ef­fet d’aug­men­ter la puis­sance de né­go­cia­tion des dis­tri­bu­teurs au dé­tri­ment des pro­duc­teurs. Bien sûr, les dis­tri­bu­teurs rap­pellent la main sur le coeur que tout ça c›est dans l’in­té­rêt du consom­ma­teur. Car plus leur puis­sance d’achat est forte, plus ils peuvent pro­po­ser des pro­duits bon mar­ché. Mais comme ils ne baissent pas leurs marges, ils écrasent celles des four­nis­seurs. CQFD. Les four­nis­seurs peuvent tou­jours ré­sis­ter. Pas long­temps. Les dis­tri­bu­teurs ont tous les moyens de pres­sion né­ces­saires pour faire pen­cher les né­go­cia­tions en leur fa­veur. Ils peuvent dé­ré­fé­ren­cer un pro­duit. Ou sup­pri­mer re­mises, ris­tournes, dé­lais de paie­ment, pla­ce­ment des pro­duits dans les rayons, etc. Il y a quelque temps, l’Au­to­ri­té de la concur­rence avait évo­qué dans un rap­port le risque d’une «ré­duc­tion de la qua­li­té, de l’in­ves­tis­se­ment, de l’in­no­va­tion, voire d’évic­tion de cer­tains four­nis­seurs». Elle sou­li­gnait que le «dés­équi­libre des re­la­tions com­mer­ciales risque au fi­nal d’en­traî­ner une moindre concur­rence entre pro­duc­teurs, qui ces­se­ront d’in­no­ver et d’in­ves­tir car ils n’en au­ront plus les moyens». Dans le tourisme, nous n’en sommes pas en­core là. Les dis­tri­bu­teurs comme Tour­com (en­vi­ron 1 180 points de vente), Tho­mas Cook (en­vi­ron 450), Ma­nor ( en­vi­ron 320), TUI ( en­vi­ron 200), Le­clerc Voyages ( en­vi­ron 190), Car­re­four Voyages (en­vi­ron 160) ou en­core Prêt à Par­tir (en­vi­ron 100) sont nom­breux. Mais la mon­tée en puis­sance d’un ré­seau comme le GIE Asha n’est pas sans rap­pe­ler ce qui s’est pas­sé dans la grande dis­tri­bu­tion. Il to­ta­lise au­jourd’hui 1 700 points de vente (Se­lec­tour (1 200), Ha­vas voyages (350) et Ce­div (150) sur les 4 000 agences que compte la France et n’a pas l’in­ten­tion d’en res­ter là. On voit d’ici le dan­ger : Au mieux, les pro­duc­teurs as­som­més ne pour­ront plus four­nir les rayons de pro­duits in­no­vants et de qua­li­té. Au pire, ils dis­pa­raî­tront. Au grand dam du consom­ma­teur.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.