La Nièvre qui gronde… et lutte

Le Régional de Cosne - - Région - FLORENT MAU­PAS

Jeudi 12 avril, l’émis­sion Com­plé­ment d’en­quête de France 2 ten­dra le mi­cro à la Nièvre, dans ces cam­pagnes qui se sentent loin de Pa­ris. Qui grondent… mais qui se battent.

◗ « Quand on perd son école, on perd sa carte de vi­site. » Et « nous, c’est fait », de­puis la ren­trée de sep­tembre 2017 en l’oc­cur­rence. Alors Re­né Ni­card, le maire de Beau­mont­la­Fer­rière, es­père que le re­por­tage de France 2 fe­ra son ef­fet sur les pou­voirs pu­blics : « Si ça peut ai­der dans les vil­lages où il y a d’autres me­naces de fer­me­tures… »

L’élu ru­ral pour­ra faire en­tendre au pays tout en­tier que « mal­heu­reu­se­ment, ce n’est plus la même vie dans les vil­lages » quand les en­fants n’y passent plus leurs jour­nées. Hier il y avait un RPI sur trois com­munes, au­jourd’hui plus rien.

Gar­der la foi

La Celle­sur­Nièvre a la pre­mière per­du ses classes, en 2016, puis en cas­cade Saint­Au­bin­les­Forges et Beau­mont. Où « on sa­vait que c’était la po­li­tique du gou­ver­ne­ment », où « on a pas mal bou­gé », mais pour se rendre à l’évi­dence que l’agent af­fec­tée aux écoles de­vait aus­si être re­ca­sée. Et que la sco­la­ri­sa­tion al­lait de­voir prendre un coût.

Les élus peuvent­ils gar­der leur foi quand l’amer est dans le pré ? Com­plé­ment d’en­quête va évo­quer d’autres su­jets contri­buant à ce que la co­lère gronde dans les cam­pagnes : l’offre de soins qui se dé­lite ou les routes na­tio­nales, comme la RN 151 pour par­ties, où l’on ne peut plus dé­pas­ser les 80 km/h.

« Le pro­blème n’est pas la perte de temps de 5 à 10 mi­nutes, c’est que la li­mi­ta­tion ne va em­pê­cher les in­ci­dents, re­prend Re­né Ni­card. Car il y en a, tou­jours les mêmes, qui roulent à 120 km/h. »

Sur le sec­teur de Cla­me­cy, au ser­vice d’ur­gences hos­pi­ta­lières ré­duit, le re­por­ter de France 2 JeanKarl Lam­bert s’est éga­le­ment in­té­res­sé aux pom­piers vo­lon­taires. « Ce n’est pas le pro­blème de l’Agence ré­gio­nale de san­té que les pom­piers trans­portent un ma­lade pen­dant plus de 60 km », note Charles Re­naud, qui siège à la com­mis­sion vo­lon­ta­riat de l’Union dé­par­te­men­tale des SP.

La ba­taille des pom­piers

« On craint des temps d’in­ter­ven­tions qui ne soient plus de 1 h 30 mais 3 heures voire plus. Et que les vo­lon­taires se mettent en dis­po­ni­bi­li­té vis­à­vis de leurs em­plois. » Quand en France la sé­cu­ri­té ci­vile vou­drait re­mon­ter au­des­sus de 200.000 vo­lon­taires.

Le Sdis s’at­tend à des sur­coûts, en car­bu­rants, usure des ma­té­riels… Et « la ba­taille qu’on mène sur Cla­me­cy, il fau­dra qu’on la mène sur Cosne, forcément. Il ne faut pas se leur­rer. » Ici, la ma­ter­ni­té a dé­jà fer­mé.

Le re­por­tage mon­tre­ra aus­si que dans la Drôme, une val­lée re­vit grâce aux jeunes néo­ru­raux…

(PHO­TO : AR­CHIVES)

Aux voeux 2017 à Beau­mont, le maire es­pé­rait que l’école ne ferme pas…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.