An­no­nay fait son mar­ché au Fes­ti­val de Cannes

Le Réveil du Vivarais - - La Une - EDWIGE BLANCHON

Ac­tuel­le­ment à Cannes, l’équipe du Fes­ti­val in­ter­na­tio­nal du pre­mier film d’An­no­nay s’est don­né ren­dez­vous sur le ta­pis rouge. Le di­rec­teur ar­tis­tique Gaël La­ban­ti est à la pêche aux films, ceux sus­cep­tibles de finir en tête d’af­fiche lors de la pro­chaine édi­tion du fes­ti­val de ci­né­ma an­no­néen.

L’équipe du Fes­ti­val in­ter­na­tio­nal du pre­mier film est ac­tuel­le­ment à Cannes en quête de longs-mé­trages sus­cep­tibles de finir en tête d’af­fiche à An­no­nay.

◗ Un zeste d’ori­gi­na­li­té. Une pin­cée de films fran­çais. Un soup­çon de films étran­gers. Une cuillère à soupe de grands ci­néastes. Et une bonne louche d’éclec­tisme.

Pour les amou­reux du ci­né­ma, Cannes est l’en­droit idéal pour faire son mar­ché. Les mil­liers de fes­ti­va­liers se bous­culent afin de dé­cou­vrir les films du monde en­tier en avant­pre­mière. Les pro­fes­sion­nels du ci­né­ma s’en donnent à coeur joie pour dé­go­ter les perles rares.

Par­mi eux, Gaël La­ban­ti. Le di­rec­teur ar­tis­tique du Fes­ti­val in­ter­na­tio­nal du pre­mier film d’An­no­nay. Pré­sent pour cette 71e édi­tion, il vient à la pêche aux pre­miers longs­mé­trages, sus­cep­tibles d’intéresser le pu­blic an­no­néen.

« Je viens chaque an­née à Cannes. C’est le point de dé­part de l’an­née sui­vante. Je fais du re­pé­rage pour Ci­né pas­sion et sur­tout le Fes­ti­val in­ter­na­tio­nal du pre­mier film », in­dique le di­rec­teur ar­tis­tique, entre deux séances. Du­rant cette se­maine can­noise, Gaël La­ban­ti est ac­com­pa­gné d’une dé­lé­ga­tion de 8 per­sonnes. Leur mis­sion : vi­sion­ner le plus de films pos­sibles afin de les in­té­grer à la pro­gram­ma­tion de leur fes­ti­val. Les pre­mières pro­jec­tions dé­butent tôt le ma­tin, se ter­minent tard le soir. « Nous fai­sons pas mal de ki­lo­mètres, il y a de longues files d’at­tente, nous pié­ti­nons beau­coup… mais c’est un plai­sir », plai­sante le di­rec­teur ar­tis­tique. L’équipe an­no­néenne se ré­par­tit les séances, avec 4 à 5 films par jours en moyenne. « Nous voyons en­vi­ron une soixan­taine de films. C’est très in­tense mais c’est pas­sion­nant », confie Gaël La­ban­ti. Et loin d’être vain ! Les 3/5 ème des longs­mé­trages pro­gram­més à An­no­nay cette an­née ont été re­pé­rés à Cannes en mai der­nier. « Nous dé­cou­vrons des pre­miers films qui viennent de sor­ tir, ou ceux qui n’ont pas en­core de dis­tri­bu­teurs et nous fai­sons notre choix », ajoute­t­il. Mais les fes­ti­va­liers ne res­tent pas uni­que­ment bien ins­tal­lés au fond de leur dos­sier. En pa­ral­lèle des in­nom­brables séances de ci­né­ma, l’équipe du Fes­ti­val par­ti­cipe au Mar­ché du film. Un ren­dez­vous in­con­tour­nable qui marque le point de ren­contre de plus de 12.400 pro­fes­sion­nels dont 3.900 pro­duc­teurs, 3.300 ache­teurs et dis­tri­bu­teurs et 1.000 pro­gram­ma­teurs de fes­ti­val. L’oc­ca­sion pour Gaël La­ban­ti et son équipe, de né­go­cier, d’échan­ger et d’avan­cer sur des pro­jets.

Cannes, l’en­droit idéal pour faire son mar­ché aux films

« Nous pre­nons un gros coup d’avance du­rant ces dix jours »

« Il existe dif­fé­rents stands avec des pro­duc­teurs, des ven­deurs in­ter­na­tio­naux. Nous pre­nons con­tact avec eux pour des films qui ne sont pas en­core sor­tis et pour pré­pa­rer le fes­ti­val de l’an­née d’après. Nous pre­nons un coup d’avance du­rant ces dix jours », pré­cise le pas­sion­né. Jus­qu’à pré­sent, Gaël La­ban­ti a dé­jà com­men­cé à re­pé­rer quelques beaux pro­jets. De toutes les na­tio­na­li­tés, de tous les genres avec cet éclec­tisme tou­jours bien an­cré. Le Fes­ti­val n’est pas en­core ter­mi­né et le ta­pis rouge a dé­jà fait son pe­tit ef­fet. Le di­rec­teur ar­tis­tique a dé­ce­lé quelques bonnes sur­prises.

« À Cannes, nous avons un pu­blic très ci­né­phile. Donc nous avons des films qui fonc­tionnent ici mais qui ne fonc­tion­ne­ront pas for­cé­ment à An­no­nay car le pu­blic est dif­fé­rent. À chaque fois nous de­vons pen­ser : Est­ce que ces films­là vont plaire aux An­no­néens ? ». La ré­ponse en fé­vrier 2019.

L’équipe du Fes­ti­val in­ter­na­tio­nal du pre­mier film d’An­no­nay est ac­tuel­le­ment à Cannes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.