Aux Champs-Ély­sées, Thier­ry le pom­pier

Le Réveil du Vivarais - - Région - EDWIGE BLAN­CHON

Thier­ry Mai­son­nial, pom­pier vo­lon­taire à Annonay, va dé­fi­ler pour le 14 juillet sur les Champs-Ély­sées. Il fait par­tie des cinq pom­piers ar­dé­chois re­te­nus pour l’évé­ne­ment.

◗ Sa­me­di 14 juillet, toute la pe­tite fa­mille Mai­son­nial au­ra les yeux ri­vés sur le poste de té­lé­vi­sion. « Mes en­fants ont hâte de me voir. Ils ne peuvent pas être pré­sents sa­me­di mais ils se­ront de­vant la té­lé dès 10 heures, c’est cer­tain », confie Thier­ry Mai­son­nial. Les en­fants du sol­dat du feu ont de quoi être fiers de leur pa­pa. Plus que quelques jours et le pom­pier vo­lon­taire an­no­néen dé­fi­le­ra de­vant la France en­tière. Une oc­ca­sion en or qu’il a tout fait pour dé­cro­cher.

« Les pom­piers de la zone de dé­fense sud­est font le dé­pla­ce­ment à Pa­ris pour par­ti­ci­per au dé­fi­ lé na­tio­nal. Ils consti­tuent le 11e ba­taillon des sa­peurs­pom­piers fran­çais (BSPF). Je me suis por­té can­di­dat et cinq pom­piers en Ar­dèche ont été re­te­nus. C’est un peu un rêve qui de­vient réa­li­té », sou­rit Thier­ry Mai­son­nial. De­puis fé­vrier, il s’en­traîne sans re­lâche. Mar­cher au pas, gar­der la ca­dence. Son ob­jec­tif : être par­fait le jour j. Le droit à l’er­reur, ici, n’existe pas. « Je me suis en­traî­né tous les 15 jours dans l’Ain, de 10 à 17 heures le sa­me­di. C’était très in­tense. Tout se joue sur des dé­tails, on nous de­mande beau­coup de ri­gueur », ex­plique le sa­peur­pom­pier.

S’il a dé­jà dé­fi­lé deux fois au­pa­ra­vant, Thier­ry Mai­son­nial ne s’est ja­mais at­ta­qué à une ville telle que Pa­ris. Et n’est donc pas to­ta­le­ment se­rein. Stress, pres­sion, ap­pré­hen­sion… Les quelques jours d’en­traî­ne­ment à Sa­to­ry, dans le camp mi­li­taire, risquent de ne pas être de tout re­pos.

Les pom­piers de France re­pré­sen­tés

« Les dé­fi­lés que j’ai faits avant m’ont vite pris aux tripes. Mais je suis im­pa­tient. C’est un pres­tige d’al­ler sur les ChampsÉ­ly­sées. De re­pré­sen­ter les pom­piers de France mais aus­si ma ca­serne. Je garde de bons sou­ve­nirs de mon ser­vice mi­li­taire et je me suis tou­jours dit que si j’avais l’oc­ca­sion un jour je pos­tu­le­rais », ra­conte Thier­ry Mai­son­nial.

En te­nue à 6 heures. Sur le dé­part à 10 heures. La boule au ventre mais sû­re­ment le sou­rire aux lèvres. Thier­ry Mai­son­nial se tien­dra prêt pour vingt mi­nutes de dé­fi­lé. « Ce mo­ment va pas­ser très vite et je pense que la pres­sion va re­tom­ber juste après ». 20 mi­nutes de bon­heur, de gloire, et de joie. Qui res­te­ra sû­re­ment gra­vé dans sa mé­moire.

« C’est un peu un rêve qui de­vient réa­li­té »

Thier­ry Mai­son­nial, sa­peur-pom­pier vo­lon­taire, par­ti­cipe au dé­fi­lé na­tio­nal aux Champs-Ely­sées le 14 juillet.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.