La ro­cade qui en­flamme les au­to­mo­bi­listes

Le Réveil du Vivarais - - La Une - MAR­CELLE GAMON

Rue de Pour­rat, à Davézieux, le pé­ri­phé­rique le plus étroit de France ! Non ! Ce n’est pas une plai­san­te­rie, c’est juste une réa­li­té qui de­vient in­sup­por­table pour les ri­ve­rains.

◗ De­puis plu­sieurs an­nées dé­jà, le phé­no­mène s’am­pli­fie, et en­core da­van­tage de­puis que le rond­point du Golf a été réa­li­sé. Le nombre de voi­tures aug­mente sur­tout aux heures de pointe, le ma­tin vers 8 heures, à mi­di, à 13h30 et à 17 heures, mais fi­na­le­ment, quand on reste un mo­ment à ob­ser­ver, on peut consta­ter que c’est un flot in­ces­sant de voi­tures qui em­pruntent cette voie com­mu­nale.

Des pé­ti­tions sans ré­ponse

Des pé­ti­tions ont dé­jà été en­voyées en mai­rie de Davézieux par les ri­ve­rains, mais il sem­ble­rait que la mu­ni­ci­pa­li­té reste sourde à cette de­mande : des ra­len­tis­seurs, un trot­toir sur la par­tie la plus étroite le long du bar­rage de Vi­da­lon, des pan­neaux in­di­quant un ré­tré­cis­se­ment de­vien­draient in­dis­pen­sables. Le seul pan­ neau li­mi­tant la vi­tesse à 30 est sur­tout dé­co­ra­tif ! Peu de voi­tures le res­pectent, car tous sont pres­sés de fran­chir les deux ponts sans re­gar­der non plus le pan­neau in­di­quant la prio­ri­té à ceux qui vien­ nent de Davézieux. Ce sont des in­sultes per­ma­nentes entre les au­to­mo­bi­listes. Sans comp­ter les ca­mions aven­tu­reux qui se sont lais­sés ber­ner par un GPS fan­tai­siste. Même les pom­piers em­pruntent cet­ te voie ! Ima­gi­nons le pire si un ca­mion coince le pas­sage à ce mo­ment­là !

Une voie de dé­les­tage

Quand on in­ter­roge les au­to­mo­bi­listes, ils choi­sis­ sent ce che­min comme rac­cour­ci en ve­nant des com­munes de Bou­lieu, St Clair, Bourg Ar­gen­tal… Même ceux qui viennent de Lyon choi­sissent cette op­tion, évi­tant ain­si les ra­len­tis­se­ments à l’en­trée de Davézieux.

Ce quar­tier qui était tran­quille, de­vient un dan­ger permanent pour les fa­milles en pro­me­nade, pour le pay­san qui dé­place ses vaches d’un champ à l’autre, et pour les ri­ve­rains en gé­né­ral.

Le nombre de voi­tures aug­mente sur­tout aux heures de pointe

Plu­sieurs contacts avaient été pris avec la mai­rie pour la pose d’un câble de comp­tage de vé­hi­cules dans cette par­tie étroite, au ni­veau des ponts du bar­rage, mais de­puis 6 an­nées les ri­ve­rains es­pèrent tou­jours. Ils ont fait un comp­tage ap­proxi­ma­tif qui per­met d’éva­luer la cir­cu­la­tion entre 2000 et 2300 vé­hi­cules jours. Il de­vient donc urgent de se pen­cher sur ce pro­blème, et d’en­vi­sa­ger ra­pi­de­ment de faire des tra­vaux pour mettre ce tron­çon en sé­cu­ri­té.

Im­pos­sible de se croi­ser au ni­veau du pont.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.