L’in­fluence des risques géo­po­li­tiques

Le prix de l’once pro­fite des craintes que sus­citent les tirs de mis­siles de la Corée du Nord.

Le Revenu - Hebdo Bourse - - La Une - Alain Chaigneau

1,336 dol­lars l’once, l’or a re­trou­vé le 5 sep­tembre der­nier son ni­veau d’oc­tobre 2016. Entre l’élec­tion de Do­nald Trump, le 9 no­vembre, et la fin de l’an­née, le mé­tal jaune avait per­du 10%. En 2017, l’once a len­te­ment re­mon­té la pente, jus­qu’à ces der­niers jours. A-t-on af­faire à une ten­dance haus­sière du­rable, ou au contraire à une ré­ac­tion tem­po­raire liée à la mon­tée des risques géo­po­li­tiques, après les essais nu­cléaires de la Corée du Nord?

Pas de consen­sus haus­sier

Les ex­perts du mar­ché se dé­clarent per­plexes: «Je constate qu’il n’y a pas vrai­ment de consen­sus haus­sier sur l’or. De­puis jan­vier, la per­for­mance de l’once ex­pri­mée en dol­lars est certes bonne, mais la de­vise amé­ri­caine s’est tel­le­ment af­fai­blie sur la même pé­riode [en­vi­ron 13%] que, pour un in­ves­tis­seur fran­çais, ce­la an­nule à peu près tout», ex­plique Ar­naud du Ples­sis, gé­rant ac­tions spé­cia­li­sé dans l’or et les res­sources na­tu­relles de CPR AM.

De fait, le tra­cker (ETF) Gold Bul­lion Se­cu­ri­ties [code mné­mo­nique: GBS], dont le cours (en eu­ros) re­pro­duit les évo­lu­tions du prix de l’or, n’a ga­gné que 2% de­puis jan­vier, alors que l’once a pro­gres­sé en dol­lars, elle, de 16% sur la même pé­riode.

Au-de­là de cette quête, sans doute tem­po­raire, de va­leurs re­fuges, le pla­ce­ment or n’est plus si re­cher­ché. Comme le constate Ar­naud du Ples­sis, à l’ap­pui des sta­tis­tiques pu­bliées par le World Gold Coun­cil, l’ob- ser­va­toire de la pro­fes­sion mi­nière, «la contrac­tion de la de­mande d’or pour l’in­ves­tis­se­ment (297 tonnes) a été de 34% au deuxième tri­mestre, par rap­port à la même pé­riode de 2016». Certes, la de­mande de pièces et lin­gots (241 tonnes) a aug­men­té de 13%. Mais, celle de tra­ckers-or a chu­té de 76%, à 56 tonnes. Seuls les épar­gnants in­diens (40,7 tonnes ache­tées) et chi­nois (62,6 tonnes) ont été très friands de mé­tal jaune, sur la même pé­riode. De moindre in­fluence que l’in­ves­tis­se­ment sur le prix de l’or, les autres grandes com­po­santes de la de­mande d’or dans le monde, la bi­jou­te­rie et l’in­dus­trie, ne dé­notent pas d’in­flexion si­gni­fi­ca­tive.

Le verre à moi­tié plein

Un re­gain d’in­fla­tion pour­rai­til ai­der l’or à conso­li­der son avance? «Au dé­but 2017, tout le monde es­pé­rait que la re­mon­tée des an­ti­ci­pa­tions in­fla­tion­nistes sou­tien­drait l’once, puis c’est re­tom­bé comme un souf­flé», rap­pelle Ar­naud du Ples­sis. La re­mon­tée des prix des mé­taux in­dus­triels (fer, cuivre, etc.) peut lais­ser croire à un scé­na­rio lé­gè­re­ment in­fla­tion­niste.

Mais les dé­cla­ra­tions, le 5 sep­tembre, d’un gou­ver­neur de la Ré­serve fé­dé­rale, Lael Brai­nard, laissent peu d’es­poir: «Nous de­vrions être pru­dents au su­jet de la pour­suite du res­ser­re­ment mo­né­taire jus­qu’à ce que nous soyons cer­tains que l’in­fla­tion est en passe d’at­teindre notre ob­jec­tif [2%].» Or, l’Amé­rique est en­core «bien éloi­gnée» de ce chiffre-là, se­lon ce gou­ver­neur. C’est donc le verre à moi­tié plein pour les pla­ce­ments or : ils n’offrent certes pas de ren­de­ment, mais les taux des pla­ce­ments en dol­lars ne sont pas prêts de les concur­ren­cer.

Les pla­ce­ments en tra­ckers or ont été dé­lais­sés au deuxième tri­mestre, les pièces et les lin­gots beau­coup moins.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.