Com­men­taire

Les Bourses amé­ri­caines en­chaînent les re­cords, en­cou­ra­geant les épar­gnants à prendre des risques.

Le Revenu - Hebdo Bourse - - La Une -

Wall Street en sur­chauffe

Cher­té.

Le ciel se­ra-t-il la li­mite du S&P 500 amé­ri­cain, qui ac­cu­mule les re­cords d’al­ti­tude de­puis main­te­nant près d’un an ? Plu­sieurs in­di­ca­teurs in­citent à la plus grande pru­dence : l’in­dice de vo­la­ti­li­té Vix a ins­crit le 5 oc­tobre un plus-bas his­to­rique en clô­ture à 9,19%, les po­si­tions ven­deuses sur cet in­dice sont à un plus-haut ja­mais at­teint, la part des li­qui­di­tés dans les por­te­feuilles des épar­gnants amé­ri­cains est au plus bas et le PER de Shil­ler (cal­cu­lé sur la moyenne des pro­fits de­puis dix ans) est à un plus-haut de 31, dé­pas­sé seule­ment deux fois de­puis un siècle, en 1929 et en 2000, avant un krach. Pour­tant, Mi­chael Hart­nett et Ja­red Woo­dard chez Bank of Ame­ri­ca Mer­rill Lynch en­vi­sagent une pour­suite de l’eu­pho­rie bour­sière jus­qu’à ce que les flux d’épargne nou­velle in­ves­tis dans les fonds d’ac­tions et d’obli­ga­tions à haut ren­de­ment dé­passent 50 mil­liards de dol­lars par mois, et que les taux d’in­té­rêt re­montent aux ÉtatsU­nis, sti­mu­lés par l’an­nonce de pro­chaines baisses d’im­pôts. À court terme, trop d’in­ves­tis­seurs es­pèrent une cor­rec­tion pour qu’elle se pro­duise.

Trump.

Les stra­tèges de la Deutsche Bank se sont pen­chés sur l’im­pact bour­sier à ve­nir de la ré­forme fis­cale pro­mise par le pré­sident amé­ri­cain Do­nald Trump. Ils constatent que cette pers­pec­tive n’est pas in­té­grée dans les pré­vi­sions des ana­lystes. Elle ne se re­flète pas dans le cours des ac­tions, en rai­son de la grande in­cer­ti­tude qui en­toure sa mise en oeuvre. Les ex­perts de la banque consi­dèrent donc que des prises de po­si­tions qui pro­fi­te­raient de la baisse de l’im­pôt sur les so­cié­tés pour­raient se ré­vé­ler pro­fi­tables, avec un faible risque de dé­cep­tion en cas d’échec. Le taux d’im­po­si­tion of­fi­ciel des en­tre­prises amé­ri­caines est de 35%. Mais le taux mé­dian ef­fec­ti­ve­ment payé at­teint 28% pour les so­cié­tés du S&P 500 et 32% pour les plus pe­tites en­tre­prises de l’in­dice Rus­sel 2000. Par­mi les so­cié­tés qui pro­fi­te­raient le plus d’une baisse d’im­pôt, la banque conseille l’achat de Hil­ton World­wide, Char­ter Com­mu­ni­ca­tions, Com­cast, Dol­lar Tree, Ad­vance Au­to Parts, CME Group, Uni­ted­health Group, Al­ler­gan, Alas­ka Air Group, Sou­th­west Air­lines, CSX Corp, Al­liance Da­ta Sys­tems, Glo­bal Pay­ments et Nu­cor Corp.

Fis­ca­li­té.

Un en­cou­ra­ge­ment fis­cal à ra­pa­trier les 1000 mil­liards de dol­lars de li­qui­di­tés dé­te­nus à l’étran­ger par les so­cié­tés amé­ri­caines du S&P 500 de­vrait éga­le­ment fa­vo­ri­ser les pro­grammes de ra­chat d’ac­tions. Ces der­niers sou­tiennent les cours de Bourse des en­tre­prises af­fi­chant un ra­tio éle­vé de cash-flow libre, avec un faible taux d’in­ves­tis­se­ment rap­por­té aux ventes, un en­det­te­ment mo­dé­ré, une forte ren­ta­bi­li­té des fonds propres et une bonne dy­na­mique de l’ac­tion.

Par­mi les so­cié­tés sus­cep­tibles de pro­fi­ter du mou­ve­ment, la Deutsche Bank re­com­mande l’achat de Gi­lead Sciences, Ro­ck­well Au­to­ma­tion, Cis­co Sys­tems, Lam Re­search, Ap­plied Ma­te­rials, Red Hat et Mi­cro­soft.

L’ana­lyse de @Ro­mainDionLR

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.