Le chi­miste vert sur la bonne voie

Après plu­sieurs échecs, le chi­miste pour­rait en­fin réus­sir à in­dus­tria­li­ser sa tech­no­lo­gie.

Le Revenu - Hebdo Bourse - - La Une -

Son ac­tua­li­té.

Le pion­nier fran­çais de la chi­mie verte a dé­ve­lop­pé un pro­cé­dé pour pro­duire des mo­lé­cules équi­va­lentes à celles dé­ri­vées du pé­trole sans uti­li­ser une seule goutte d’or noir, qui est rem­pla­cé par le sucre. Mal­gré des suc­cès tech­niques, Metabolic Ex­plo­rer a connu un par­cours bour­sier tu­mul­tueux. Son titre a re­cu­lé de 77% de­puis son in­tro­duc­tion sur Eu­ro­next, en 2007. En 2016, après deux échecs suc­ces­sifs dans ses ten­ta­tives d’in­dus­tria­li­ser sa tech­no­lo­gie dans le PDO (mo­lé­cule uti­li­sée pour la cos­mé­tique et le tex­tile), le groupe a même frô­lé la faillite. Avant de sor­tir la tête de l’eau grâce à la vente d’un autre de ses pro­cé­dés, cé­dé pour plus de 40 mil­lions d’eu­ros à l’al­le­mand Evo­nik. Ren­flouée fi­nan­ciè­re­ment, la so­cié­té a re­lan­cé son pro­jet d’usine de pro­duc­tion de PDO. Avec plus de chance de suc­cès ?

Sa stra­té­gie.

Les di­ri­geants de Metabolic Ex­plo­rer mettent tout en oeuvre pour que, cette fois-ci, l’his­toire tourne dans le bon sens. Con­trai­re­ment aux ten­ta­tives pré­cé­dentes, en Ma­lai­sie et en Co­rée du Sud, ils comptent construire l’usine en France sur un site industriel en re­con­ver­sion. Et le pro­jet ne dé­pend pas du bon vou­loir d’un industriel, comme ce fut le cas en 2015 avec le chi­miste co­réen SK Che­mi­cals. Le groupe pren­dra en ef­fet à sa charge une bonne par­tie des coûts de fi­nan­ce­ment ( 17,2 mil­lions sur 37 mil­lions au to­tal), le solde étant as­su­mé par Bpi­france. Metabolic Ex­plo­rer dé­tien­dra 55% de l’usine.

Tré­so­re­rie so­lide.

La so­cié­té a les moyens de ses am­bi­tions. À fin juin, elle dis­po­sait d’une tré­so­re­rie nette proche de 27 mil­lions d’eu­ros. En in­té­grant le fi­nan­ce­ment de l’usine et une consom­ma­tion de cash an­nuelle d’en­vi­ron 4 mil­lions d’eu­ros, ce ma­te­las offre plus de deux an­nées de tran­quilli­té. Ce­la pour­rait être suf­fi­sant pour te­nir jus­qu’à la com­mer­cia­li­sa­tion des pre­miers lots de PDO.

La pre­mière pierre de l’usine de­vrait être po­sée d’ici la fin de l’an­née, après l’ob­ten­tion des au­to­ri­sa­tions ré­gle­men­taires, pour une en­trée en pro­duc­tion 18 à 24 mois plus tard. D’une ca­pa­ci­té de 5 000 tonnes de PDO et de 1 000 tonnes d’acide bu­ty­rique, un co­pro­duit uti­li­sé dans les arômes et l’ali­men­ta­tion ani­male, cette uni­té pour­rait gé­né­rer, se­lon nos es­ti­ma­tions, un chiffre d’af­faires d’en­vi­ron 30 mil­lions d’eu­ros par an. Metabolic Ex­plo­rer tou­che­ra de l’ordre de 5% de royal­ties sur ces ventes aux­quelles s’ajou­te­ront 55% des éven­tuels bé­né­fices réa­li­sés par l’usine.

Sa va­lo­ri­sa­tion.

En rai­son des échecs pas­sés, l’ac­tion du chi­miste conti­nue de souf­frir du scep­ti­cisme des in­ves­tis­seurs. Mais un suc­cès du pro­jet d’in­dus­tria­li­sa­tion ou­vri­rait la voie à une forte re­va­lo­ri­sa­tion en Bourse. Par ailleurs, au-de­là du pro­gramme PDO qui reste le prin­ci­pal ca­ta­ly­seur, de bonnes sur­prises sur d’autres tech­no­lo­gies au­jourd’hui mises entre pa­ren­thèses pour­raient aus­si por­ter le titre. Le groupe a no­tam­ment dé­ve­lop­pé un pro­cé­dé de pro­duc­tion de n-bu­ta­nol qui, se­lon nos in­for­ma­tions, se­rait ren­table dans les condi­tions ac­tuelles de prix du pé­trole et du sucre. Il pour­rait être ven­du à un industriel ou un fonds. Metabolic Ex­plo­rer est éga­le­ment avan­cé dans le MPG, une mo­lé­cule uti­li­sée pour la fa­bri­ca­tion de cer­tains plas­tiques.

Au to­tal, l’ac­tion re­cèle un po­ten­tiel de hausse im­por­tant. Très spé­cu­la­tive, elle s’adresse aux in­ves­tis­seurs aver­tis.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.