Amundi La ges­tion en mode in­dus­triel

La ges­tion en mode in­dus­triel

Le Revenu - Hebdo Bourse - - La Une - Gou­ver­nance Lio­nel Gar­nier

Son ac­tua­li­té.

La dis­grâce n’au­ra du­ré que quelques mois. Après avoir ga­gné jus­qu’à 69% de­puis sa co­ta­tion en Bourse en no­vembre 2015 et vu sa ca­pi­ta­li­sa­tion bon­dir de 7,6 mil­liards d’eu­ros, Amundi a en­ta­mé 2018 au­réo­lé d’une so­lide ré­pu­ta­tion. Mais en fé­vrier 2018, pa­ta­tras : l’ac­tion a per­du jus­qu’à 24% après l’an­nonce de pers­pec­tives 2020 ju­gées trop pru­dentes et un con­texte de mar­ché plus exi­geant. Cette fai­blesse n’a pour­tant rien d’iso­lé : c’est l’en­semble du sec­teur de la ges­tion d’ac­tifs qui opère en 2018 en ter­ri­toire né­ga­tif, y com­pris le lea­der mon­dial – Bla­ckrock – un co­losse qui gère 6 000 mil­liards de dol­lars. Le géant amé­ri­cain, qui pèse 76 mil­liards de ca­pi­ta­li­sa­tion, a per­du 6% de­puis jan­vier (-10% pour Amundi).

Des se­mes­triels ap­plau­dis.

Les comptes se­mes­triels montrent que l’in­quié­tude était sans doute ex­ces­sive. Tout d’abord, l’in­té­gra­tion de Pio­neer, le ges­tion­naire ita­lien ra­che­té à Uni­cre­dit en août 2017, se dé­roule bien et contri­bue à la ren­ta­bi­li­té. Le bé­né­fice net de 454 mil­lions d’eu­ros a bon­di de 58% d’une an­née sur l’autre. Le ré­sul­tat net ajus­té – qui me­sure la per­for­mance comme si le groupe était in­té­gré de longue date et sans les coûts de re­struc­tu­ra­tion – est res­sor­ti à 492 mil­lions, en hausse de 13,6%. Taille cri­tique avec 1 467 mil­liards d’eu­ros sous ges­tion. Une ef­fi­ca­ci­té opé­ra­tion­nelle par­mi les meilleures du sec­teur. Pièce maî­tresse dans la stra­té­gie de Cré­dit Agri­cole.

En­suite, la col­lecte nette réa­li­sée sur les six pre­miers mois de 2018 a at­teint 42,4 mil­liards d’eu­ros, soit plus de 80% de l’ob­jec­tif 2020. Même le deuxième tri­mestre, tra­di­tion­nel­le­ment plus dif­fi­cile, s’est ins­crit dans le vert. Au 30 juin, les en­cours at­tei­gnaient 1 467 mil­liards d’eu­ros. Mieux, la col­lecte concerne les pro­duits aux marges les plus éle­vées. Pré­sence en­core in­suf­fi­sante sur le ter­rain des tra­ckers (ETF). L’in­té­gra­tion com­mer­ciale de Pio­neer doit être ache­vée. Des contraintes de sol­va­bi­li­té et de li­qui­di­té pour­raient poindre.

Sa stra­té­gie.

Au coeur de la ma­chine Amundi, fi­gure la convic­tion que la ges­tion d’ac­tifs obéit à une lo­gique in­dus­trielle et donc à la taille cri­tique. Ce big is beau­ti­ful est d’au­tant plus cru­cial que le sec­teur fait face à une mon­tée des coûts en rai­son de nou­velles exi­gences de confor­mi­té. Pio­neer, qui a ap­por­té près de 240 mil­liards d’en­cours, illustre cette stra­té­gie.

Amundi dis­pose d’un atout maître : son ex­cel­lence opé­ra­tion­nelle. Son co­ef­fi­cient d’ex­ploi­ta­tion at­teint 50,5% quand il s’éta­blit en moyenne entre 65 et 70% pour le sec­teur. Ce qui ex­plique des frais par­mi les plus bas de la pro­fes­sion.

Autre convic­tion : Amundi ne se conçoit pas comme un simple ven­deur. «Nous pro­po­sons des so­lu­tions d’épargne, avec les ser­vices qui les ac­com­pagnent», plaide le di­rec­teur gé­né­ral, Yves Per­rier. Dès lors, le groupe ba­laie toute crainte face au ren­for­ce­ment de la concur­rence : «On ne craint pas la concur­rence, on l’an­ti­cipe. Et on aime la com­pé­ti­tion». Ins­truc­tif à l’heure où Bla­ckrock fait de l’Eu­rope l’une de ses prio­ri­tés.

Sa va­lo­ri­sa­tion.

En avance sur son plan de marche, le groupe in­dique vou­loir pro­fi­ter de ses marges de ma­noeuvre pour in­ves­tir da­van­tage. Des re­cru­te­ments sont en cours. Avec une ac­tion qui s’échange à 12 fois le ré­sul­tat 2019, le pro­fil de crois­sance (+ 31% at­ten­dus sur les trois pro­chaines an­nées) ne pa­raît pas cher payé.

En­ga­ge­ment de dis­tri­bu­tion.

Amundi va bé­né­fi­cier du chan­ge­ment de com­po­si­tion de ses ac­tifs gé­rés vers da­van­tage de pro­duits à va­leur ajou­tée – et donc plus pro­fi­tables – et de la conquête de nou­veaux clients. La dis­tri­bu­tion s’an­nonce pé­renne avec un en­ga­ge­ment d’au moins 65% du pro­fit net ver­sé aux ac­tion­naires, ce qui per­met un ren­de­ment de près de 5%. Ache­tez. Pro­fil : dy­na­mique. Pro­chain ren­dez-vous : ré­sul­tats tri­mes­triels, le 26 oc­tobre. Ob­jec­tif : 74 €.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.