«Je suis se­rein sur l’ob­jec­tif de 15% de marge opé­ra­tion­nelle»

«Je suis se­rein sur l’ob­jec­tif de 15% de marge opé­ra­tion­nelle en 2021»

Le Revenu - Hebdo Bourse - - La Une - Pro­pos re­cueillis par Phi­lippe Ben­ha­mou

Trois ans après le ra­chat des ac­ti­vi­tés eu­ro­péennes de Kurt Sal­mon, Pas­cal Imbert, pré­sident de l’ex-So­lu­com dresse un bi­lan «ex­trê­me­ment po­si­tif». La fu­sion lui a per­mis de dou­bler de taille.

Quel bi­lan ti­rez-vous trois ans après le ra­chat des ac­ti­vi­tés eu­ro­péennes de Kurt Sal­mon, plus grosse ac­qui­si­tion du groupe ?

Pas­cal Imbert : J’en dresse un bi­lan ex­trê­me­ment po­si­tif. Après avoir ré­glé les dif­fi­cul­tés ini­tiales in­hé­rentes aux ac­qui­si­tions de cette am­pleur, la fu­sion est dé­sor­mais une réus­site. Sur le plan fi­nan­cier, elle nous a per­mis de dou­bler de taille en trois ans tout en aug­men­tant en­core la ren­ta­bi­li­té. Sur l’exer­cice pas­sé, nous avons ain­si dé­ga­gé une marge opé­ra­tion­nelle cou­rante de 14%, un ni­veau ja­mais at­teint. Avec Kurt Sal­mon, nous avons aus­si chan­gé de po­si­tion­ne­ment vis-à-vis de nos clients. Nous pou­vons dé­sor­mais in­ter­ve­nir sur toutes les fa­cettes de leur trans­for­ma­tion, y com­pris en termes d’en­jeux mé­tiers. Nous étions au­pa­ra­vant un ca­bi­net ré­pu­té dans le nu­mé­rique, mais de se­cond rang dans le con­seil en or­ga­ni­sa­tion et ma­na­ge­ment. De­puis, nous avons pu ga­gner des pro­jets au­pa­ra­vant in­ac­ces­sibles grâce en par­ti­cu­lier au chan­ge­ment de marque [ ndlr : So­lu­com a alors été re­bap­ti­sé Wavestone]. Ce­lui-ci nous a ai­dés à ac­qué­rir un nou­veau sta­tut tout en en­traî­nant au fi­nal peu de per­tur­ba­tions.

Le re­nou­vel­le­ment ac­cru de vos consul­tants est-il un frein à la crois­sance du ca­bi­net ?

Pas­cal Imbert : C’est notre dé­fi nu­mé­ro un afin d’évi­ter de pé­na­li­ser notre crois­sance de l’exer­cice à ve­nir. Le tur­no­ver, qui a at­teint 21% en rythme an­nuel au pre­mier tri­mestre de l’exer­cice en cours, s’est éloi­gné de notre cible de moyen terme de 15%. Nous ne nous at­ten­dions pas à un tel re­gain de ten­sions. Mais nous gar­dons des le­viers d’amé­lio­ra­tion dans la ges­tion de nos res­sources hu­maines. Autre bonne nou­velle, nous sommes en ligne avec notre plan an­nuel de re­cru­te­ment.

Ces ten­sions pour­raient-elles re­mettre en cause l’am­bi­tion d’une marge opé­ra­tion­nelle re­cord de 15% en 2021 ?

Pas­cal Imbert : Concer­nant notre ob­jec­tif de marge à l’ho­ri­zon 2021, nous sommes as­sez se­reins car les prix de vente sont bien orien­tés. La ten­dance est à une moindre pres­sion ta­ri­faire de la part des don­neurs d’ordre. En outre, nous con­ti­nuons à ré­col­ter les fruits du re­po­si­tion­ne­ment de Wavestone, dont l’offre à forte va­leur ajou­tée (con­seil en ma­na­ge­ment, cy­ber­sé­cu­ri­té…) per­met de pro­duire beau­coup de va­leur pour nos clients. Nous pen­sons qu’il existe en­core des marges de pro­gres­sion du taux de fac­tu­ra­tion de nos consul­tants. Grâce au rap­pro­che­ment avec Kurt Sal­mon, nous sommes au­jourd’hui ca­pables de mieux va­lo­ri­ser nos com­pé­tences tech­no­lo­giques en les ven­dant à des «di­rec­tions mé­tiers».

En 2021, vous vi­sez 500 mil­lions de re­ve­nus, dont 20% à l’international contre 14% au der­nier exer­cice. Pour y par­ve­nir, al­lez-vous réa­li­ser des ac­qui­si­tions à l’étran­ger ? Pas­cal Imbert :

Sur le mo­dèle du bri­tan­nique Xceed, ra­che­té cette an­née, nous cher­chons à ac­qué­rir de pe­tits ca­bi­nets réa­li­sant entre 5 et 25 mil­lions d’eu­ros de chiffre d’af­faires an­nuel, qui sont plus fa­ciles à in­té­grer. Nous vou­lons nous ren­for­cer au Royaume-Uni et aux États-Unis, avec en prio­ri­té les ser­vi ces fi­nan­ciers, où nous sommes dé­jà forts en Eu­rope. Dans ces deux pays, les prix de vente et la ren­ta­bi­li­té sont plus éle­vés. Ces deux dé­bou­chés clés sont bien plus larges que le mar­ché fran­çais, mais aus­si très com­pé­ti­tifs.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.