Mou­lin-Mer. L’as­so­cia­tion Kan-ar-Vi­lin veut le ré­ha­bi­li­ter

L’as­so­cia­tion Kan-ar-Vi­lin (Le chant du mou­lin) ima­gine, avec les ha­bi­tants, élus et as­so­cia­tions lo­cales, le de­ve­nir du site de Mou­lin-Mer pour le­quel elle ai­me­rait voir se des­si­ner un chan­tier ma­ri­time as­so­cia­tif…

Le Télégramme - Brest Abers Iroise - - LANDERNEAU -

Neuf pro­fes­sion­nels de l’amé­na­ge­ment en ur­ba­nisme, de la construc­tion ma­ri­time, de la dé­fense de l’en­vi­ron­ne­ment et de la na­vi­ga­tion à la voile viennent de créer, sur Lo­gon­naDaou­las, l’as­so­cia­tion Kan-ar-Vi­lin. Leur pro­jet consiste à ins­tal­ler un chan­tier ma­ri­time as­so­cia­tif où l’en­vi­ron­ne­ment et la trans­mis­sion de sa­voirs se­raient les deux prin­ci­paux caps à te­nir.

S’an­crer sur le ter­ri­toire lo­cal

Mais si pour le mo­ment, ils na­viguent en­core à vue pour le lieu d’im­plan­ta­tion, l’en­vie de s’an­crer sur le ter­ri­toire lo­cal est bien pré­sente dans les têtes de l’équi­page. Et jus­te­ment, au bout de la longue-vue, ils ont re­pé­ré un site presque idéal, ce­lui de Mou­lin-Mer. « Cet an­cien mou­lin, le plus grand à ma­rée de Bre­tagne, est en vente de­puis plu­sieurs an­nées. Il est à l’aban­don et se dé­grade de jour en jour. C’est dom­mage qu’un tel site, fai­sant par­tie de l’his­toire de la rade, ne soit pas re­mis en va­leur », ex­plique l’as­so­cia­tion, bien consciente tou­te­fois qu’elle ne peut, à l’heure ac­tuelle, l’ache­ter au prix ré­cla­mé par le ven­deur.

L’idée d’un chan­tier de construc­tion de voi­liers

Kan-ar-Vi­lin ne lâche pour­tant pas le bout et conti­nue de tra­vailler son dos­sier. « Nous avons étu­dié la fai­sa­bi­li­té du pro­jet et pris en compte l’iso­le­ment du lieu, l’ab­sence de sta­tion­ne­ments, d’as­sai­nis­se­ment ain­si que la dé­gra­da­tion du bâ­ti et sur­tout la ré­gle­men­ta­tion en vi­gueur pour la zone na­tu­relle », ajoute Kan-ar-Vi­lin. Sur le pont de­puis plu­sieurs mois, l’as­so­cia­tion a dé­jà écha­fau­dé des pistes. La ré­ha­bi­li­ta­tion des bâ­ti­ments se fe­rait à l’iden­tique à tra­vers des chan­tiers par­ti­ci­pa­tifs, ac­com­pa­gnés de pro­fes­sion­nels. Plus tard, l’en­droit ser­vi­rait de base à l’ou­ver­ture d’un chan­tier de construc­tion de voi­liers ou bien en­core à l’ins­tal­la­tion d’ate­liers consa­crés à l’en­vi­ron­ne­ment. Can­tine et salles d’ex­po­si­tions l’ac­com­pa­gne­raient. La zone na­tu­relle se­rait va­lo­ri­sée et per­met­trait une sen­si­bi­li­sa­tion du pu­blic à la bio­di­ver­si­té.

Avant, de la ré­flexion et sur­tout beau­coup de temps et de pa­tience se­ront en­core né­ces­saires. Du reste, ce di­manche après-mi­di, de 16 h à 18 h, l’équipe a pré­vu une table ronde à la salle Ke­ja­denn avec les élus, res­pon­sables as­so­cia­tifs et la po­pu­la­tion dans le but d’étof­fer son pro­jet.

L’an­cien mou­lin n’est plus ex­ploi­té de nos jours. L’as­so­cia­tion es­père lui re­don­ner une nou­velle vie si elle par­vient à trou­ver un ac­cord avec le ven­deur.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.