Re­trai­tés. « On n’est pas des nan­tis ! »

Le Télégramme - Châteaulin - - CHÂTEAULIN -

Ce jeu­di, une quin­zaine de re­trai­tés a bra­vé la pluie pour ma­ni­fes­ter de­vant la sous-pré­fec­ture de Châ­teau­lin. Ils ré­pon­daient à l’ap­pel de neuf or­ga­ni­sa­tions syn­di­cales (CGT, CFTC, FO, CGC, FSU, FGRFP, So­li­daires, UN­SA, LSR), les­quelles n’or­ga­ni­saient pas moins de onze ras­sem­ble­ments dans le Fi­nis­tère. Au nom de ces or­ga­ni­sa­tions, Gil­bert Phe­lep, le se­cré­taire gé­né­ral de l’union syn­di­cal CGT des re­trai­tés du Fi­nis­tère, a pris la pa­role. « De­puis son ins­tal­la­tion à la pré­si­dence de la Ré­pu­blique, M. Ma­cron a ge­lé les pen­sions en 2018 et a aug­men­té la CSG de 25 %, ce qui di­mi­nue de plu­sieurs cen­taines d’eu­ros par an le pou­voir d’achat d’un grand nombre de re­trai­tés de­puis le 1er jan­vier 2018 », dé­nonce-t-il.

« Op­po­si­tion ferme à l’aug­men­ta­tion de la CSG »

Ré­vol­té que l’on prenne les re­trai­tés pour des « nan­tis », le syn­di­ca­liste rap­pelle que « cinq mil­lions d’entre eux per­çoivent entre 800 et 1 200 € par mois, que 17 % sur­vivent avec moins de 600 € men­suel et, qu’en douze ans, leur pou­voir d’achat a bais­sé de 20 % ». Dans le même temps, Gil­bert Phe­lep pointe « les 200 mil­liards d’aides pu­bliques et exo­né­ra­tions di­verses, al­louées aux en­tre­prises, les 75 mil­liards de di­vi­dendes ver­sés aux ac­tion­naires (+ 32 % en un an) et les 21 mil­liards de Cré­dit im­pôt com­pé­ti­ti­vi­té em­ploi ». En con­sé­quence, les or­ga­ni­sa­tions syn­di­cales concer­nées de­mandent « la re­va­lo­ri­sa­tion im­mé­diate des pen­sions » et ré­af­firment leur « op­po­si­tion ferme à l’aug­men­ta­tion de la CSG ».

Les or­ga­ni­sa­tions syn­di­cales de re­trai­tés de­mandent la re­va­lo­ri­sa­tion im­mé­diate des pen­sions et la sup­pres­sion de la hausse de la CSG.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.