« Évi­ter de piller la res­source »

Le Télégramme - Châteaulin - - LE FAIT DU JOUR -

Res­pon­sable du ser­vice fo­rêts à l’agence de Bre­tagne de l’Offce na­tio­nal des fo­rêts (ONF), Isa­belle Ber­trand sou­hai­te­rait que le ra­mas­seur de cham­pi­gnon soit avant tout « rai­son­nable ».

> Comment s’an­nonce la sai­son des cham­pi­gnons ?

Comme le temps est ac­tuel­le­ment plu­tôt sec, c’est un peu com­pli­qué de trou­ver des cham­pi­gnons. Mais avec les pluies an­non­cées et le re­doux qui va suivre, ils vont à nou­veau sor­tir de terre.

> Quelles sont les es­pèces les plus re­pré­sen­tée en Bre­tagne ?

En Bre­tagne, les cham­pi­gnons co­mes­tibles les plus cou­rants sont les bo­lets. Il y a aus­si des cèpes mais en bien moindre quan­ti­té. En re­vanche, on trouve beau­coup de chan­te­relles. Sans comp­ter les pieds de mou­ton qui sont très pri­sés car ils sont fa­ci­le­ment re­con­nais­sables. Contrai­re­ment aux autres, on trouve bien plus de pieds de mou­ton en zone ou­verte qu’en fo­rêt.

> Quelles sont les condi­tions idéales pour ra­mas­ser des cham­pi­gnons ?

Il faut qu’il ait un peu plu et al­ler à la cueillette un jour ou deux après la pluie. At­ten­tion, aus­si, à son en­vi­ron­ne­ment : re­gar­der, par exemple, s’il n’y a pas de chas­seurs dans les alen­tours.

> Quels con­seils don­ne­riez-vous à un ra­mas­seur de cham­pi­gnons ?

Il est pri­mor­dial d’être rai­son­nable. Évi­tons ain­si de piller la res­source et de la mettre en dan­ger. Les cham­pi­gnons, c’est comme les co­quillages : il faut les pré­ser­ver.

Dans le pa­nier, il ne faut sur­tout pas mé­lan­ger des cham­pi­gnons que l’on connaît avec d’autres que l’on ne connaît pas afin d’évi­ter qu’un co­mes­tible soit en contact avec un vé­né­neux. L’idéal, c’est d’être avec une per­sonne qui s’y connaisse, car on ne s’im­pro­vise pas ra­mas­seur de cham­pi­gnons. En fo­rêt, il faut aus­si faire at­ten­tion aux tiques. Il est donc im­pé­ra­tif de se cou­vrir. On ne va pas en fo­rêt en short et en tee-shirt, même quand il fait beau. En fa­mille, en fo­rêt, c’est l’idéal pour ap­prendre à re­con­naître les arbres, les traces d’ani­maux… Nous avons d’ailleurs des fiches pé­da­go­giques sur notre site (www.onf.fr).

Pho­to DR

Isa­belle Ber­trand : « L’idéal, c’est d’être avec une per­sonne qui s’y connaisse car on ne s’im­pro­vise pas ra­mas­seur de cham­pi­gnons ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.