Pêche. Tra­vert met en garde contre un Brexit « bru­tal »

Le Télégramme - Concarneau - - ÉCONOMIE -

Le mi­nistre de l’Agri­cul­ture Sté­phane Tra­vert a mis en garde les pê­cheurs fran­çais contre une pos­sible sor­tie « bru­tale » de l’Union eu­ro­péenne pour la Grande-Bre­tagne, dans le cadre du Brexit, qui pri­ve­rait la pêche fran­çaise et eu­ro­péenne d’une pé­riode de tran­si­tion.

« Je sou­haite in­sis­ter sur le fait que la pé­riode de tran­si­tion, sy­no­nyme de main­tien tran­si­toire, jus­qu’au 31 dé­cembre 2020, de l’ac­quis com­mu­nau­taire no­tam­ment en ma­tière de po­li­tique des pêches, n’est pas en­core ac­quise, loin s’en faut », a dé­cla­ré jeu­di Sté­phane Tra­vert, le mi­nistre de l’Agri­cul­ture, lors d’un dis­cours aux as­sises de la pêche à Sète (Hé­rault). L’en­jeu est cru­cial : les cap­tures dans les eaux bri­tan­niques, sus­cep­tibles d’être re­mises en cause par le Brexit, re­pré­sentent en moyenne 30 % du to­tal des cap­tures de la pêche fran­çaise. Un chiffre qui peut grim­per très vite, jus­qu’à plus du double dans les ré­gions les plus sep­ten­trio­nales.

« Si le 30 mars 2019, par mal­heur, le Royaume-Uni de­vait bru­ta­le­ment cou­per les ponts avec l’Union eu­ro­péenne, sans ac­cord de re­trait et donc sans pé­riode de tran­si­tion, les consé­quences se­raient bru­tales et im­mé­diates. Si le pire n’est ja­mais cer­tain, il convient tou­te­fois de s’y pré­pa­rer, vous comme nous », a ajou­té Sté­phane Tra­vert. Sou­li­gnant la prise en compte par le gou­ver­ne­ment et par l’Union eu­ro­péenne des in­té­rêts de la pêche, il a tou­te­fois aver­ti que « les né­go­cia­tions sur la re­la­tion fu­ture se­ront très dif­fi­ciles » : « Les pê­cheurs bri­tan­niques sont vent de­bout, vous le sa­vez, contre le prin­cipe du main­tien de l’ac­quis com­mu­nau­taire pen­dant la pé­riode de tran­si­tion ».

Co­lère des pê­cheurs bri­tan­niques

Se­lon un pro­jet d’ac­cord pu­blié en mars par le gou­ver­ne­ment bri­tan­nique, le Royaume-Uni pour­rait conti­nuer à ap­pli­quer la po­li­tique eu­ro­péenne en ma­tière de pêche pen­dant la pé­riode de tran­si­tion après la sor­tie de l’UE, à par­tir du 29 mars 2019. Cette conces­sion a sus­ci­té un tol­lé chez les pê­cheurs bri­tan­niques. Le 8 avril der­nier, dans le nord de l’Angleterre et dans plu­sieurs ports du pays, des pê­cheurs ont, en ef­fet, ma­ni­fes­té contre cet ac­cord. Ce qu’ils consi­dèrent comme une « tra­hi­son ».

Sté­phane Tra­vert a tou­te­fois te­nu à ré­as­su­rer les pê­cheurs fran­çais sur le fait que la pêche se­rait né­go­ciée dans un pa­quet glo­bal, et non à part, entre l’UE et la Grande-Bre­tagne : « C’est un point clé de la né­go­cia­tion glo­bale, la re­la­tion fu­ture ne de­vra pas s’ap­pré­cier de fa­çon in­dé­pen­dante d’autres su­jets sur les­quels l’Union est dans une pos­ture plus of­fen­sive ». Il a éga­le­ment ré­af­fir­mé sa vo­lon­té de dé­fendre une po­si­tion de don­nant-don­nant : « l’ac­cès au mar­ché unique de l’Union est consub­stan­tiel à l’ac­cès aux eaux du Royau­meU­ni pour les na­vires bat­tant pa­villon d’un État membre », a-t-il dé­cla­ré. En cas de sor­tie sèche des Bri­tan­niques en mars 2019, Sté­phane Tra­vert a ex­pri­mé sa « vo­lon­té de pou­voir trou­ver des ac­cords pour per­mettre que nos fi­lières et nos pê­cheurs puissent conti­nuer à tra­vailler dans de bonnes condi­tions ».

Pho­to Fran­çois Des­toc

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.