Co­lo­ca­tion et co­ha­bi­ta­tion : un mo­deste suc­cès

Le Télégramme - Concarneau - - BRETAGNE -

Co­lo­ca­tion avec d’autres étu­diants, co­ha­bi­ta­tion chez un se­nior : des for­mules al­ter­na­tives à l’ha­bi­tat in­di­vi­duel ont aus­si cours sur le mar­ché du lo­ge­ment étu­diant. Ces choix peuvent s’im­po­ser pour des consi­dé­ra­tions bud­gé­taires. À Rennes, la co­lo­ca­tion coûte 380 € en moyenne : 19 € de moins que le coût moyen d’un stu­dio. Soit une éco­no­mie de 190 € à la fin des dix mois qui consti­tuent, au mi­ni­mum, l’an­née uni­ver­si­taire. Sans sur­prise, la so­lu­tion la moins chère reste la chambre chez l’ha­bi­tant, à 338 € le mois. En re­vanche, pour un ap­par­te­ment, les prix s’en­volent : 445 € pour un T1 et 540 € pour un T2.

D’autres rai­sons peuvent me­ner à ces choix. « Ma for­ma­tion ne me donne pas ac­cès à l’offre du Crous », confirme Ma­ri­na Ré­my, une étu­diante lo­rien­taise âgée de 22 ans, qui se des­tine au mé­tier d’édu­ca­trice spé­cia­li­sée. Comme de plus en plus de jeunes, l’étu­diante s’est ra­bat­tue sur une co­lo­ca­tion, en com­pa­gnie de trois autres étu­diants, à 20 mi­nutes du cam­pus .

Pas de hausse si­gni­fi­ca­tive de la co­lo­ca­tion

« Ça y est, la co­lo­ca­tion ne fait plus peur », ob­serve Cas­sandre Marx, as­sis­tante de ges­tion chez Le­feuvre Im­mo­bi­lier, une agence du centre-ville de Lo­rient. « Ce­la re­pré­sente une mi­no­ri­té de cas, mais nous ac­cep­tons main­te­nant beau­coup plus fa­ci­le­ment les de­mandes ».

Avec 10 % de baux si­gnés au titre du lo­ge­ment étu­diant, son équipe ne compte pas dé­ve­lop­per d’ac­tion spé­ci­fique à l’at­ten­tion de cette ca­té­go­rie de lo­ca­taires, dont le loyer men­suel s’éta­blit à 370 € en moyenne.

À Brest, Phi­lippe Ran­chere de l’Agence dé­par­te­men­tale d’in­for­ma­tion sur le lo­ge­ment (Adil) in­dique qu’il existe suf­fi­sam­ment d’op­por­tu­ni­tés en ma­tière de co­lo­ca­tions pour les étu­diants. En­core moins chère, la so­lu­tion de la chambre chez l’ha­bi­tant. Comp­tez quand même 338 € en moyenne à Rennes.

Des so­lu­tions « presque mi­li­tantes »

À Brest, à pro­pos du par­tage d’un ap­par­te­ment ou d’une mai­son chez une per­sonne âgée vi­vant seule, Phi­lippe Ran­chere émet un sé­rieux bé­mol : « Ce sont des so­lu­tions très dif­fi­ciles, presque mi­li­tantes. On en a beau­coup par­lé et nous n’avons que peu de re­tours. Le plus sou­vent, pour nous in­di­quer que ce­la s’est mal pas­sé ».

À Lo­rient, les chiffres de cette co­ha­bi­ta­tion entre étu­diants et se­niors iso­lés res­tent aus­si mo­destes. De deux bi­nômes en 2008, an­née de créa­tion du dis­po­si­tif « Un toit, deux gé­né­ra­tions » au Bu­reau d’in­for­ma­tion jeu­nesse (Bij), on a en­re­gis­tré 26 étu­diants lo­gés de cette ma­nière en 2017. Le dé­fi qu’en­tend re­le­ver le Bij est de re­cru­ter da­van­tage d’hôtes in­té­res­sés, no­tam­ment via la pla­te­forme d’offres dé­diées au lo­ge­ment ali­men­tée par la struc­ture.

Sur le­te­le­gramme.fr

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.