Les re­quins morts exa­mi­nés par les scien­ti­fiques

Le Télégramme - Concarneau - - BRETAGNE - Ma­rie-Hé­lène Clam

Jeu­di mi­di, les scien­ti­fiques de l’As­so­cia­tion pour l’étude et la conser­va­tion des sé­la­ciens (Apecs) sont ve­nus étu­dier les es­pèces pié­gées, mar­di, par un im­mense fi­let, sur le sillon du Tal­bert. Un échouage ex­cep­tion­nel qui va leur per­mettre d’af­fi­ner leurs connais­sances sur ces re­quins.

Une pe­tite di­zaine de trac­teurs ont dé­bou­lé sur l’es­tran à la mi-jour­née. Les ser­vices tech­niques de Pleu­bian (22) se sont mis tout de suite à pied d’oeuvre pour dé­cou­per les fi­lets qui re­te­naient les re­quins afin de pou­voir les char­ger dans les bennes. L’odeur pes­ti­len­tielle, dé­ployée sur les quelque 700 m de lon­gueur du fi­let, n’a pas em­pê­ché les scien­ti­fiques de l’Apecs d’ins­tal­ler leur ma­té­riel pour comp­ter et me­su­rer les pois­sons.

Ba­sée à Brest, l’As­so­cia­tion pour l’étude et la conser­va­tion des sé­la­ciens (re­quins) est sou­vent ap­pe­lée pour des échouages. « Mais il s’agit la plu­part du temps de quelques in­di­vi­dus. Il y a beau­coup de mam­mi­fères ma­rins mais c’est plus rare de trou­ver des pois­sons : ils ont ten­dance à cou­ler car ils n’ont pas de pou­mons », ex­plique Éric Ste­phan, bio­lo­giste. « Un échouage aus­si im­por­tant est ex­cep­tion­nel, confirme Alexis War­gniez, pré­sident de l’Apecs. C’est la pre­mière fois que j’en vois au­tant ».

Qua­si­ment que des fe­melles

En dé­but d’après-mi­di, les cinq membres de l’Apecs en avaient ter­mi­né avec le dé­compte ma­cabre : 463 pois­sons, qua­si­ment tous fe­melles, dont 456 re­quins émis­soles (un seul mâle), trois re­quins hâ, trois raies pas­tengues et une pe­tite rous­sette. Ils ont, aus­si, sys­té­ma­ti­que­ment me­su­ré chaque fe­melle et ou­vert le ventre de cer­taines pour vé­ri­fier à quel stade de re­pro­duc­tion elles en étaient. « Le fait que nous n’ayons dé­nom­bré que des fe­melles confirme ce que nous pen­sions dé­jà, pour­suit le scien­ti­fique. À cette époque de l’an­née, elles se rap­prochent de la côte. Qua­si­ment toutes pré­sen­taient des oeufs, sauf les plus pe­tites, de moins de 80 cm ».

Cette triste dé­cou­verte est donc presque une au­baine pour l’Apecs : « Nous al­lons pou­voir amé­lio­rer nos connais­sances scien­ti­fiques sur la bio­lo­gie de l’es­pèce, confir­mer, par exemple, la sai­son­na­li­té du cycle de re­pro­duc­tion ». L’opé­ra­tion d’équar­ris­sage des pois­sons d’un poids équi­valent à plus d’une tonne est pré­vue ce ven­dre­di ma­tin.

Pho­to Ma­rie-Hé­lène Clam

Au to­tal, ce sont 463 pois­sons qui ont été pié­gés, mar­di, par un im­mense fi­let, sur le sillon du Tal­bert.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.