Les clubs ama­teurs peuvent aus­si avoir leur al­bum !

Le Télégramme - Guingamp - - LA UNE - So­phie Pré­vost

Franck Mar­tel a lan­cé sa pe­tite en­tre­prise à Saint-Jean-de-Luz (64) il y a trois ans. De­puis, « L’Al­bum du club » a ac­com­pa­gné 460 clubs spor­tifs ama­teurs dans la réa­li­sa­tion de leur al­bum, fa­çon Pa­ni­ni. Et ça car­tonne dans l’Ouest.

> Qu’est-ce qui vous a in­ci­té à vous lan­cer sur ce mar­ché de niche, dé­jà lar­ge­ment oc­cu­pé par les Ita­liens de Pa­ni­ni de­puis 55 ans ?

J’ai vé­cu dans la ban­lieue de Ma­drid, en Es­pagne, et le club de foot­ball de mon fils avait lan­cé un al­bum avec des vi­gnettes, à l’ef­fi­gie de tous les joueurs. J’avais trou­vé cette idée très sym­pa. J’ai 45 ans et elle me rap­pe­lait les Pa­ni­ni de mon en­fance. On a com­men­cé par faire un test au­près de quatre clubs du Nord-Pas-de-Ca­lais en 2014-2015. Dès la pre­mière an­née, le JT de TF1 dé­bar­quait voir l’al­bum du club à Mar­ly (59). Il a été plus fa­cile de se vendre après ça !

> Que pro­po­sez-vous exac­te­ment comme service aux clubs ama­teurs ?

On offre plu­sieurs for­mules de mise en page clé en mains aux clubs ama­teurs, se­lon leur taille et leur moyen. La ma­quette est dé­jà faite, on peut four­nir le pho­to­graphe, on as­sure l’im­pres­sion de l’al­bum et des vi­gnettes, ain­si que le sui­vi du ré­as­sort. L’in­ves­tis­se­ment (1.300 ¤ en moyenne) est as­sez faible pour les clubs, et la ren­ta­bi­li­té est as­su­rée dans 95 % des cas. La re­cherche de spon­sors et de points de vente lo­caux est à la charge des as­so­cia­tions spor­tives, nous, on ac­com­pagne toutes les ques­tions, le temps du pro­jet. Les al­bums sont fé­dé­ra­teurs et lu­diques, tout le monde par­ti­cipe, les re­tours que l’on a sont très bons !

> Quelle est votre marge de pro­gres­sion de­puis trois ans ?

On a dé­mar­ré en 2016 avec un chiffre d’af­faires de 246.500 ¤. Ce­lui-ci a aug­men­té de 60 % en 2017, et on est par­ti pour faire + 50 % en­core en 2018, avec un chiffre d’af­faires es­pé­ré au­tour du mil­lion d’eu­ros cette an­née. Nous sommes pour l’ins­tant huit sa­la­riés, dont quatre à temps plein. 460 al­bums ont dé­jà été réa­li­sés, dont 200 rien que sur la sai­son pas­sée.

> Com­ment est ac­cueilli votre concept dans le Grand Ouest ? Ce­la marche très fort en Bre­tagne et dans les Pays-de-la-Loire, beau­coup plus qu’en ré­gion pa­ri­sienne, par exemple. Il y a un en­goue­ment évident au­tour du foot­ball et l’es­prit de proxi­mi­té en fait un mar­ché por­teur. Nous avons ac­com­pa­gné cette sai­son 46 pro­jets dans le Grand Ouest, dont 19 en Bre­tagne, (à l’US Mon­ta­gnarde d’In­zin­zac-Lo­christ, au SC Morlaix, au CS Bé­gard….). Le sys­tème des par­rai­nages et le bouche-à-oreille nous amènent dé­jà de nou­veaux pro­jets. Un même club peut tout à fait re­faire un al­bum tous les deux trois ans, ce­la nous as­sure des pers­pec­tives.

> Vous ne vi­sez que les clubs spor­tifs ?

Es­sen­tiel­le­ment mais pas seule­ment. Nous avons dé­jà com­men­cé à nous di­ver­si­fier au­près des en­tre­prises ou des unions com­mer­ciales. La fi­liale du Cré­dit mu­tuel Ar­kéa, Fi­nan­co, à Gui­pa­vas (29), vient par exemple de réa­li­ser un al­bum avec ses col­la­bo­ra­teurs, à l’oc­ca­sion d’un sé­mi­naire com­mer­cial à Clai­re­fon­taine.

Franck Mar­tel édi­tait jusque-là des cof­frets ca­deaux. L’Al­bum du club lui as­sure, de­puis trois ans, une di­ver­si­fi­ca­tion réus­sie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.