Un sa­lon de thé pour geeks pas­sion­nés

Le Télégramme - Guingamp - - GUINGAMP -

À 29 ans, Da­mien Rous­teau ai­me­rait bien concré­ti­ser un rêve : ou­vrir un sa­lon de thé geek. À tra­vers une ca­gnotte par­ti­ci­pa­tive sur in­ter­net, il es­père col­lec­ter 50.000 ¤ pour amor­cer son pro­jet. Si les internautes le suivent, son sa­lon de thé pour­rait ou­vrir dé­but sep­tembre.

Il ré­flé­chit à ce pro­jet de­puis deux ans. Da­mien Rous­teau, 29 ans, veut ou­vrir un sa­lon de thé geek à Guin­gamp. Il a dé­jà re­pé­ré un lo­cal, rue de la Pompe. Pour se don­ner les moyens de ses en­vies, ce Guin­gam­pais vient de créer une ca­gnotte par­ti­ci­pa­tive sur le site in­ter­net Leet­chi.com. Il a be­soin de 50.000 ¤ pour in­ci­ter les banques et d’autres par­te­naires à l’ac­com­pa­gner dans cette aven­ture.

« C’est un pro­jet de bar geek sans al­cool. Je pré­fère l’ap­pel­la­tion sa­lon de thé. Je trouve que c’est plus ap­pro­prié », té­moigne Da­mien, qui a gran­di avec une ma­nette de jeux vidéo entre les mains. Au­jourd’hui, il vou­drait faire de cette pas­sion un atout pro­fes­sion­nel.

For­ma­tion de ven­deur conseil

« J’ai ob­te­nu un CAP de cui­sine à Saint-Quay-Por­trieux. Après des en­nuis de san­té, je ne pou­vais plus exer­cer », pré­cise le jeune en­tre­pre­neur. Après des ac­tions bé­né­voles au service de la ville de Guin­gamp, Da­mien dé­cide de par­tir vers de nou­veaux ho­ri­zons pro­fes­sion­nels. En no­vembre, il a bou­clé une for­ma­tion de ven­deur conseil, à l’AFPA de Guin­gamp. Au­jourd’hui, il ai­me­rait bien prendre un nou­veau vi­rage pro­fes­sion­nel avec un sa­lon de thé 2.0. « Geek, c’est être pas­sion­né. Nous, ça va être les jeux vidéo et les uni­vers qui vont avec. On va avoir aus­si un peu de jeux de so­cié­té et des man­gas pour faire plai­sir à tout le monde. Dans ce pro­jet, on peut dire aus­si que l’on peut être geek de bois­sons qui peuvent ve­nir du Ja­pon ou d’Amé­rique. On va es­sayer de réunir tout ça », in­dique Da­mien, qui ne cache pas jouer beau­coup aux consoles.

« Il n’y a rien pour trou­ver des jeux vidéo »

De­puis tou­jours, le jeune Guin­gam­pais rêve d’avoir son en­tre­prise. « À Guin­gamp, il n’y a rien qui est pro­po­sé au ni­veau des jeux vidéo. Moi, je n’ai pas de per­mis de conduire. À part in­ter­net et le bouche-à-oreille, il n’y a rien pour trou­ver des jeux vidéo. Il y a les su­per­mar­chés mais ce n’est pas pa­reil qu’un ma­ga­sin de jeux vidéo où on va trou­ver un uni­vers et des per­sonnes qui s’y connais­sant vrai­ment ». C’est cet état d’es­prit que l’on pour­ra re­trou­ver sur le comp­toir du Geek Mas­ter Breizh. Ce­lui qui pous­se­ra la porte du sa­lon de thé y trou­ve­ra des PC pour jouer et pour al­ler sur in­ter­net. « On va pro­po­ser aus­si des consoles de sa­lon, PS4 et Xbox One, avec un pe­tit ca­na­pé et une table basse pour que le client soit comme chez lui ».

Ou­ver­ture dé­but sep­tembre

Au Geek Mas­ter Breizh, il se­ra pos­sible de dé­cou­vrir des jeux que l’on n’a pas for­cé­ment chez soi. Da­mien veut aus­si culti­ver l’in­ter­gé­né­ra­tion­nel dans ce pro­jet. Les joueurs de tous pro­fils et tous âges pour­ront échan­ger en­semble sur leur pas­sion com­mune, de PacMan à Far Cry.

Si tout roule comme il veut, Da­mien ai­me­rait ou­vrir son com­merce fin août ou dé­but sep­tembre. « J’ai une as­so­ciée. Je tra­vaille sur ce pro­jet de­puis deux ans. Il y a six mois, j’ai com­men­cé à en par­ler au­tour de moi. Une amie m’a dit qu’elle était in­té­res­sée. Elle s’est jointe à moi. Avec Émi­lie An­ger, on par­ti­rait sur une co­gé­rance », conclut Da­mien.

▼ Pra­tique

Ca­gnotte par­ti­ci­pa­tive sur In­ter­net : www.leet­chi.com/c/ca­gnotte-de-geek­mas­ter-breizh

Da­mien Rous­teau tra­vaille sur ce pro­jet de­puis deux ans.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.