Le main­tient du concert de Ber­trand Can­tat fait po­lé­mique

Le Télégramme - Guingamp - - BRETAGNE -

Il l’a an­non­cé, lun­di, dans un long post Fa­ce­book : Ber­trand Can­tat a dé­ci­dé d’an­nu­ler sa ve­nue dans les fes­ti­vals d’été pour « mettre fin à toutes les po­lé­miques et faire ces­ser les pres­sions sur les or­ga­ni­sa­teurs ». Plu­sieurs col­lec­tifs féministes s’étaient en ef­fet éle­vés contre les nom­breux concerts du chan­teur condam­né, en 2004, à huit ans de pri­son pour les coups mor­tels por­tés à Ma­rie Trin­ti­gnant, avant d’être li­bé­ré pour bonne conduite en 2007.

« Choix du pu­blic »

En Bre­tagne, Ber­trand Can­tat ne par­ti­ci­pe­ra donc pas à la Fête du Bruit de Lan­der­neau (Le Té­lé­gramme de mar­di). En re­vanche, il main­tient son concert du lun­di 16 avril, à Rennes qui se tien­dra dans le cadre du fes­ti­val My­thos. Les or­ga­ni­sa­teurs en ont eu la confir­ma­tion au­près du pro­duc­teur de sa tour­née, lan­cée pour pré­sen­ter au pu­blic son nou­vel al­bum, « Amor fa­ti ».

Comment ex­pli­quer cette dif­fé­rence ? « Le pu­blic de My­thos peut prendre un billet juste pour as­sis­ter au concert de Ber­trand Can­tat, con­trai­re­ment aux autres fes­ti­vals, où l’on paie pour l’en­semble des spec­tacles », ex­plique Ar­mel Ta­lar­main, res­pon­sable de la com­mu­ni­ca­tion de My­thos. « Le pu­blic a le choix d’y as­sis­ter ou pas ».

« Vio­lence sym­bo­lique »

Une ex­pli­ca­tion que ne com­prend pas El­sa Koer­ner, l’une des res­pon­sables de l’an­tenne ren­naise de l’as­so­cia­tion fé­mi­niste Les Ef­fron­té-es. « Je trouve que c’est une forme d’hy­po­cri­sie (…) Dans un contexte où un fé­mi­ni­cide a lieu tous les deux jours et de­mi, ça nous blesse de voir que sa ve­nue sus­cite de l’in­dif­fé­rence », tance-telle. « Il y a là une forme de vio­lence sym­bo­lique de la part des or­ga­ni­sa­teurs et des pou­voirs pu­blics qui sou­tiennent le fes­ti­val ».

Les Ef­fron­té-es planchent donc sur un en­semble d’ac­tions pour pro­tes­ter contre la ve­nue du chan­teur à Rennes. Trac­tage, in­ter­pel­la­tion de la mu­ni­ci­pa­li­té, par­te­naire du fes­ti­val, pour­quoi pas un concert de pro­tes­ta­tion… « Nous sommes en train de nous co­or­don­ner avec les autres as­so­cia­tions pour dé­ter­mi­ner ce que nous fe­rons », fait sa­voir El­sa Koer­ner.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.