Non à la pri­va­ti­sa­tion

Le Télégramme - Guingamp - - BRETAGNE - Phi­lippe De­la­cotte

La qua­si-to­ta­li­té de la cen­taine de sa­la­riés qui tra­vaillent sur le Grou­pe­ment d’ex­ploi­ta­tion hy­drau­lique de l’Ouest (bar­rages de Guer­lé­dan et de la Rance) était en grève, mar­di. Ils en­ten­daient pro­tes­ter contre les risques de pri­va­ti­sa­tion des ou­vrages ac­tuel­le­ment aux mains d’EDF.

Bruxelles a lan­cé une in­jonc­tion à l’État fran­çais sur l’ou­ver­ture du mar­ché de l’hy­drau­lique dans le cadre du re­nou­vel­le­ment de leurs conces­sions. Ce qui si­gni­fie qu’EDF a in­ter­dic­tion de se por­ter ac­qué­reur à plus de 50 % des conces­sions. Une in­jonc­tion qui passe d’au­tant plus mal au­près des re­pré­sen­tants des sa­la­riés que le gou­ver­ne­ment Phi­lippe s’ap­prête à suivre cette re­com­man­da­tion.

1.500 sa­la­riés me­na­cés

« Cette mise en de­meure conduit à une pri­va­ti­sa­tion, pestent les syn­di­cats CGT, CGE-UN­SA et FO qui avaient ap­pe­lé à cette jour­née de grève. On va lais­ser à EDF tout ce qui n’est pas ren­table et donc mettre en dan­ger la pro­duc­tion hy­drau­lique, qui doit res­ter un bien com­mun ».

À terme, les syn­di­cats re­doutent un plan so­cial qui pour­rait tou­cher 1.500 sa­la­riés à l’échelle na­tio­nale. Mar­di, au­tour d’une soixan­taine de sa­la­riés du bar­rage de la Rance ont ces­sé le tra­vail. Ils s’étaient ras­sem­blés à l’en­trée du bar­rage et avaient ap­po­sé une im­mense ban­nière sur « la ca­thé­drale » (centre de sto­ckage si­tué sur la rive gauche de la Rance) où on pou­vait lire : « Non à la pri­va­ti­sa­tion des bar­rages. Sa­la­riés en co­lère ».

Mar­di, les sa­la­riés des bar­rages de Guer­lé­dan et de la Rance étaient en grève pour pro­tes­ter contre les risques de pri­va­ti­sa­tion du mar­ché de l’hy­drau­lique fran­çais.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.