EN AVANT POUR L’EM­PLOI

Si le taux de chô­mage dans le pays de Guin­gamp ex­plique l’af­fluence des can­di­dats en re­cherche d’un poste, hier, au Sa­lon de l’em­ploi, la par­ti­ci­pa­tion gran­dis­sante des en­tre­prises à ce type de ren­dez-vous marque éga­le­ment de réelles dif­fi­cul­tés à re­crute

Le Télégramme - Guingamp - - GUINGAMP ARMOR-ARGOAT - Au­drey Abi­ven

Les al­lées du troi­sième sa­lon de l’em­ploi or­ga­ni­sé par En Avant de Guin­gamp, en par­te­na­riat avec Pôle em­ploi, a fait le plein, ce mar­di ma­tin, au Rou­dou­rou. Échanges de CV et mi­cro-en­tre­tiens d’em­bauche se sont mul­ti­pliés, au fil des al­lées, avec un seul but : faire se ren­con­trer cher­cheurs d’em­ploi et re­cru­teurs, pour les­quels il n’est pas tou­jours fa­cile de trou­ver des can­di­dats.

Une cen­taine d’en­tre­prises a pris part, ce mar­di, au troi­sième Sa­lon de l’em­ploi or­ga­ni­sé par En Avant, au Rou­dou­rou, en par­te­na­riat avec Pôle em­ploi. Et toutes ces en­tre­prises ne sont pas ve­nues faire de la fi­gu­ra­tion, pro­po­sant, pour la plu­part, des offres d’em­ploi, en CDD et CDI. Des postes, dans les do­maines du trans­port, de la lo­gis­tique, de la dis­tri­bu­tion, ou en­core des mé­tiers de la mer… Et pour les­quels il est sou­vent dif­fi­cile de trou­ver des can­di­dats et, quand ils sont re­cru­tés, de les fi­dé­li­ser.

Des postes de pro­duc­tion qui n’at­tirent pas

Au stand de CMR, en­tre­prise spé­cia­li­sée dans les char­pentes mé­tal­liques, Ca­the­rine Rous­seau feuillette les CV dé­jà col­lec­tés de­puis l’ou­ver­ture du sa­lon. « Pour l’es­sen­tiel, ce sont des can­di­da­tures pour des postes ad­mi­nis­tra­tifs ou de bu­reau d’études », ex­plique la res­pon­sable de l’en­tre­prise lan­vol­lon­naise. Une res­pon­sable qui avoue ren­con­trer de plus en plus de dif­fi­cul­tés pour re­cru­ter, par­ti­cu­liè­re­ment sur des postes en ate­lier de pro­duc­tion, comme sou­deur en char­pente ou opé­ra­teur sur ma­chine à com­mandes nu­mé­riques.

Des postes pour les­quels il n’existe pour­tant pas de for­ma­tion spé­ci­fique. Ce n’est donc pas le manque de di­plôme qui pêche. « Nous as­su­rons la for­ma­tion en in­terne, ac­com­pa­gnons les pro­fils de cha­cun, fa­vo­ri­sons l’évo­lu­tion de postes dans l’en­tre­prise, mais ce­la ne suf­fit pas à re­cru­ter et à fi­dé­li­ser nos em­ployés », re­grette Ca­the­rine Rous­seau.

Ba­sée à Lanvollon, l’en­tre­prise est pour­tant si­tuée au car­re­four de trois bas­sins d’em­ploi. Si Paim­pol, pauvre en in­dus­trie, est plus axé sur l’agri­cul­ture et la pêche, les gens ins­tal­lés dans le bas­sin brio­chin re­chignent à faire des ki­lo­mètres pour les sa­laires que nous pro­po­sons dans le bâ­ti­ment. Quant aux can­di­dats du bas­sin d’em­ploi guin­gam­pais, ils ne sont sou­vent pas mo­biles.

Il faut al­ler cher­cher les can­di­dats

« Pour pa­lier ces dif­fi­cul­tés de re­cru­te­ment, nous de­vons nous bou­ger », ex­plique Ca­the­rine Rous­seau, qui a dé­jà em­bau­ché un ap­pren­ti en BTS struc­tures mé­tal­liques ve­nu de Lorient, re­çoit ré­gu­liè­re­ment des sta­giaires sou­deurs en­voyés par le ly­cée Jules-Verne, à Guin­gamp, et par­ti­cipe ré­gu­liè­re­ment à des fo­rums de l’em­ploi.

« Mais les jeunes ne doivent pas non plus tout at­tendre de l’en­tre­prise, re­la­ti­vise Ca­the­rine Rous­seau. On les ac­cueille, on met à leur dis­po­si­tion notre struc­ture, notre ex­pé­rience… mais ce­la sup­pose un échange et un res­pect mu­tuel. »

Ca­the­rine Rous­seau, de l’en­tre­prise CMR, re­cher­chait, no­tam­ment, lors du sa­lon, des pro­fils de sou­deurs en char­pente.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.