Dé­fense eu­ro­péenne : Ma­cron et Trump jouent l’apai­se­ment

Le Télégramme - Guingamp - - Les 100 Ans De L'armistice De 1918 -

Le pré­sident fran­çais Em­ma­nuel Ma­cron a ac­cueilli sa­me­di Do­nald Trump en op­tant pour un ton ré­so­lu­ment conci­liant sur la ques­tion sen­sible de la dé­fense eu­ro­péenne au len­de­main du tweet très agres­sif du pré­sident amé­ri­cain. Vi­si­ble­ment sou­cieux de désa­mor­cer la po­lé­mique, les deux hommes ont in­sis­té sur leurs liens étroits : « Nous sommes de­ve­nus très bons amis au fil des ans », a as­su­ré Do­nald Trump. Mais son vi­sage était fer­mé et l’at­mo­sphère loin des dé­mons­tra­tions pas­sées de com­pli­ci­té.

« Une confu­sion dans l’in­ter­pré­ta­tion »

« Nous de­vons mieux par­ta­ger le far­deau au sein de l’Otan », a lan­cé Em­ma­nuel Ma­cron dès les dé­buts de l’en­tre­tien à l’Ély­sée. Une mu­sique douce aux oreilles du lo­ca­taire de la Mai­son Blanche qui ne cesse de ré­cla­mer une hausse des dé­penses mi­li­taires des pays eu­ro­péens ju­geant la si­tua­tion ac­tuelle in­juste pour le contri­buable amé­ri­cain. « Nous vou­lons une Eu­rope forte », a de son cô­té af­fir­mé le pré­sident amé­ri­cain. De­puis la Pologne, le pré­sident du Con­seil eu­ro­péen, Do­nald Tusk, a sou­te­nu exac­te­ment le contraire, re­pro­chant à Do­nald Trump d’être contre « une Eu­rope unie et forte »… Ven­dre­di, Do­nald Trump avait op­té pour un ton net­te­ment moins consen­suel, dé­non­çant, dans un tweet vi­ru- lent, les pro­pos d’Em­ma­nuel Ma­cron, ar­dent par­ti­san d’une au­to­no­mie eu­ro­péenne en ma­tière de dé­fense. « Le pré­sident Ma­cron vient de sug­gé­rer que l’Eu­rope construise sa propre ar­mée pour se pro­té­ger contre les États-Unis, la Chine et la Rus­sie », avait-il écrit au mo­ment même où Air Force One at­ter­ris­sait près de Pa­ris. « Très in­sul­tant mais peut-être que l’Eu­rope de­vrait d’abord payer sa part à l’Otan que les États-Unis sub­ven­tionnent lar­ge­ment ! »,avait-ila­jou­té. Sa­me­di, l’Ély­sée a as­su­ré que l’ar­mée eu­ro­péenne prô­née par le pré­sident fran­çais en dé­but de se­maine ne vi­sait en au­cun cas les États-Unis, évo­quant une « confu­sion » dans l’in­ter­pré­ta­tion de ses pro­pos.

Une grande par­tie de l’Eu­rope s’abrite sous le bou­clier amé­ri­cain de­puis l’après-guerre, sans payer un prix sa­tis­fai­sant se­lon Do­nald Trump. De­puis son élec­tion, Em­ma­nuel Ma­cron plaide constam­ment pour un ren­for­ce­ment eu­ro­péen de la Dé­fense, la France met­tant jus­te­ment en avant l’in­cer­ti­tude stra­té­gique pro­vo­quée par les po­si­tions de Do­nald Trump.

Plus lar­ge­ment, cette saillie illustre les désac­cords po­li­tiques pro­fonds qui op­posent les deux hommes, sur l’en­vi­ron­ne­ment, le nu­cléaire ira­nien, les re­la­tions com­mer­ciales, et d’une ma­nière gé­né­rale, sur la gou­ver­nance des af­faires du monde.

Pho­to EPA

Le ton semble s’être ra­dou­ci, sa­me­di, entre Do­nald Trump et Em­ma­nuel Ma­cron au su­jet des ques­tions de dé­fense.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.