Des au­diences en chute libre au pro­fit d’in­ter­net

Le Télégramme - Lannion - Paimpol - - MONDE - FRANCE - Ben­ja­min Pon­tis

La té­lé­vi­sion n’est pas morte mais elle connaît de­puis quelque temps un ef­fon­dre­ment de ses au­diences. Et ce­la concerne toutes les classes d’âge, en par­tie les femmes dites « res­pon­sable des achats », la cible prio­ri­taire des an­non­ceurs. Pour­quoi un tel dés­in­té­rêt ? Les nou­velles ma­nières de consom­mer la té­lé mais aus­si la forte concur­rence de ser­vices comme Net­flix.

Chute libre. En cette ren­trée 2018, les Fran­çais re­gardent de moins en moins la té­lé­vi­sion. En sep­tembre, la du­rée d’écoute moyenne par in­di­vi­du du pe­tit écran était de 3 h 18, soit 18 mi­nutes de moins par rap­port à 2017. En oc­tobre, la du­rée d’écoute a di­mi­nué de huit mi­nutes. Une baisse moins im­por­tante mais tou­jours si­gni­fi­ca­tive.

Cette baisse des au­diences concerne toutes les ca­té­go­ries d’âge sans ex­cep­tion. Se­lon le rap­port men­suel de Mé­dia­mé­trie du mois d’oc­tobre, les 15-34 ans sont ceux qui aban­donnent de plus en plus la té­lé­vi­sion. Leur du­rée d’écoute par jour est pas­sée, en moyenne, à 1 h 50, soit une baisse de 18 mi­nutes. Cette perte était de 25 mi­nutes en sep­tembre. Quant aux femmes « res­pon­sable des achats », leur baisse est éga­le­ment consi­dé­rable : 15 mi­nutes, por­tant leur du­rée d’écoute à 3 h 23. À la même pé­riode, en 2017, cette du­rée moyenne était de 3 h 38 et, de 3 h 44 en 2016.

Les chaînes aug­mentent le prix de la pub

Une pro­blé­ma­tique pour les an­non­ceurs, dont les « mé­na­gères » sont la cible prio­ri­taire ? « La puis­sance de la té­lé­vi­sion est in­éga­lée et l’in­flexion à la baisse de la du­rée d’écoute est trop ré­cente. Les chaînes ont même ten­dance à aug­men­ter les prix de la pu­bli­ci­té », ex­plique au jour­nal Les Échos Phi­lippe Nou­chi, ex­pert chez Pu­bli­cis Me­dia.

Mais quelles sont les rai­sons pou­vant ex­pli­quer ce désa­mour des Fran­çais pour la pe­tite lu­carne ? Sans trop de sur­prise, la ré­ponse se trouve du cô­té d’autres écrans qui en­va­hissent de plus en plus notre quo­ti­dien. Il s’agit évi­dem­ment des or­di­na­teurs, smart­phones et ta­blettes tac­tiles.

Sur les 44,6 mil­lions de té­lé­spec­ta­teurs re­gar­dant la té­lé­vi­sion chaque jour, soit 72,7 % de la po­pu­la­tion fran­çaise, cinq mil­lions la re­gardent sur un écran in­ter­net. Un chiffre qui a aug­men­té de 28 % en l’es­pace de deux ans, comme le rap­porte Mé­dia­mé­trie dans ses au­diences Glo­bal TV d’avril­juin 2018.

Pour beau­coup, la té­lé se re­garde sur in­ter­net

Et si l’on peut pen­ser que ces nou­veaux écrans sont sim­ple­ment un moyen de sub­sti­tu­tion tem­po­raire (tran­sports en com­mun, voyages…), il s’avère qu’ils de­viennent pour beau­coup le seul et unique sup­port pour re­gar­der la té­lé­vi­sion. En ef­fet, deux mil­lions de Fran­çais uti­lisent uni­que­ment ces écrans pour la re­gar­der. Ils consacrent no­tam­ment 65 % de leur temps sur des sites ou des ap­pli­ca­tions des chaînes TV. Par ailleurs, ils uti­lisent de plus en plus des « players » comme myCa­nal ou Mo­lo­tov, une ap­pli­ca­tion fran­çaise qui per­met de re­gar­der toutes les chaînes gra­tui­te­ment.

Une « concur­rence plus rude »

À no­ter aus­si que, pour ex­pli­quer la baisse des au­diences, les condi­tions mé­téo­ro­lo­giques et la mon­tée en puis­sance des ser­vices de vi­déo à la de­mande (SVoD), comme Net­flix, sont avan­cées. Mort pro­gram­mée de la té­lé­vi­sion ? « On en est en­core loin mais on constate clai­re­ment un ef­fet Net­flix », sou­ligne Phi­lippe Nou­chi. Si la té­lé­vi­sion a ré­sis­té à YouTube, elle doit faire face dé­sor­mais à une « concur­rence plus rude, compte te­nu de la qua­li­té de l’offre », ajoute l’ex­pert. Si les soi­rées fa­mi­liales au­tour du té­lé­vi­seur semblent dé­sor­mais être d’un autre temps, la té­lé­vi­sion a mal­gré tout en­core quelques beaux jours de­vant elle. En at­ten­dant un nou­vel as­saut des géants amé­ri­cains ?

Des­toc Fran­çois

Les Fran­çais re­gardent de moins en moins la té­lé­vi­sion. Ils consomment les conte­nus dif­fé­rem­ment ou optent pour des ser­vices comme Net­flix. Pho­to

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.