Un blo­cage de quatre jours an­non­cé

Le Télégramme - Lannion - Paimpol - - PAIMPOL - Éric Ran­nou

Le blo­cage de Paim­pol se pré­cise. Il de­vrait du­rer quatre jours et non une jour­née et de­mie comme an­non­cé jeu­di soir. Sa­me­di après-mi­di, le col­lec­tif de Paim­pol a or­ga­ni­sé une opé­ra­tion es­car­got en centre-ville pour mo­bi­li­ser la po­pu­la­tion contre la hausse des prix des car­bu­rants.

Jeu­di soir, sur le par­king de la gare, une cen­taine de per­sonnes, ve­nues des sec­teurs de Paim­pol et de la pres­qu’île de Lé­zar­drieux, s’est re­trou­vée pour évo­quer le blo­cage du ter­ri­toire le 17 no­vembre (lire le Té­lé­gramme du 9 no­vembre). Sa­me­di après-mi­di, une ving­taine de ci­toyens en co­lère a sillon­né Paim­pol lors d’une opé­ra­tion es­car­got pour in­for­mer la po­pu­la­tion sur ce qu’ils ont pré­vu de faire. « On fait cette opé­ra­tion. C’est pour mo­bi­li­ser le plus de monde pos­sible pour le blo­cage du 17 no­vembre. On va rou­ler au pas et dis­tri­buer des tracts », ré­sume Cy­ril, qui parle pour le col­lec­tif de Paim­pol.

Jeu­di soir, le blo­cage de Paim­pol était an­non­cé pour du­rer une jour­née et de­mie. Fi­na­le­ment, il se­ra plus long. « Beau­coup de monde n’était pas d’ac­cord avec un jour et de­mi. Après la réunion, j’ai eu beau­coup de mes­sages. On re­part sur la base de dé­part : quatre jours », pré­cise Cy­ril.

Blo­cage « Nuit et jour »

Ce blo­cage dé­mar­re­ra ven­dre­di, à 22 h 30. « Ce se­ra un blo­cage to­tal. Tous les ronds-points et le pont de Lé­zar­drieux vont être blo­qués ». Le co­mi­té de Paim­pol comp­te­rait dé­jà plus de 400 ci­toyens en co­lère dans ses rangs pour y ar­ri­ver. « On au­ra une équipe de jour et une équipe de nuit. J’ai aus­si pas mal de ca­mions d’en­tre­prises pour blo­quer ».

Pour res­ter dans les clous, le co­mi­té de Paim­pol va en­voyer un mail à la pré­fec­ture des Côtes-d’Ar­mor, en dé­but de se­maine, pour an­non­cer cette ma­ni­fes­ta­tion. « À Guin­gamp, ça s’or­ga­nise aus­si avec des amis. C’est exac­te­ment les mêmes jours. À Guin­gamp, ils sont plus nom­breux. Ils sont près de 5 000. À Lan­nion et Tré­guier, ça va aus­si blo­quer ». Ven­dre­di soir, les or­ga­ni­sa­teurs des blo­cages de ces quatre villes se sont réunis. Ils ont pré­vu un blo­cage to­tal des villes pen­dant quatre jours « nuit et jour ».

« Il est temps de se ré­veiller »

À grands coups de klaxon et avec les gi­lets jaunes de sor­tie, les ci­toyens en co­lère ont sillon­né Paim­pol, sa­me­di après-mi­di, pour aler­ter la po­pu­la­tion. Le cor­tège est pas­sé sur le port et a fait un tour par les grandes sur­faces paim­po­laises. Ce blo­cage ne risque-t-il pas de pé­na­li­ser les com­merces du centre-ville ou­verts sa­me­di ? « Non. Les gens pour­ront tou­jours ve­nir à pied. On peut ac­cé­der fa­ci­le­ment aux pe­tits com­merces. C’est sur­tout les grandes sur­faces et les sta­tions que l’on va blo­quer », ré­pond Cy­ril. Pen­dant quatre jours, la voi­ture de Mon­sieur tout le monde ne pas­se­ra pas. « Les pom­piers et les ur­gences pas­se­ront. Au­tre­ment, pour les ci­toyens, ce se­ra mort. Ceux qui tra­vaillent feront comme nous. Ils vien­dront dans la ma­ni­fes­ta­tion ou ils ren­tre­ront chez eux. Il est temps de se ré­veiller », conclut Cy­ril.

Sa­me­di après-mi­di, une opé­ra­tion es­car­got a été me­née dans la ville de Paim­pol.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.