Au fil de l’au­dience

Le Télégramme - Lorient - - LORIENT. ACTUS -

158SMSen1h30: huit mois de pri­son ferme

158 SMS en l’espace d’une heure et de­mie. C’est le nombre de mes­sages qu’un père de fa­mille de 33 ans avait adres­sés à son ex-com­pagne mal­gré une in­ter­dic­tion d’en­trer en contact avec elle. « Des mes­sages char­gés de me­naces », sou­ligne l’avo­cate de la Ker­vi­gna­coise. Le 8 fé­vrier der­nier, la mère de fa­mille avait dé­po­sé une deuxième plainte en l’espace de cinq jours, après avoir re­çu 22 pre­miers SMS le 3 fé­vrier, puis en avoir été inon­dée la veille de sa plainte. « J’ai abu­sé », re­con­naît le tren­te­naire, qui se trou­vait en état de ré­ci­dive lé­gale. Le tri­bu­nal l’a con­dam­né à huit mois de pri­son ferme et a or­don­né son pla­ce­ment sous man­dat de dé­pôt. Il de­vra ver­ser à son ex-com­pagne 1.000 € de dom­mages et in­té­rêts.

Il avait vio­len­té sa voi­sine : quatre mois de pri­son avec sur­sis

Lors de l’au­dience du 19 avril der­nier, le tri­bu­nal s’était pen­ché sur un conflit de voi­si­nage im­pli­quant un Lo­rien­tais de 29 ans. Ce der­nier était ac­cu­sé de vio­lences sur une femme qui ha­bi­tait le lo­ge­ment au-des­sus du sien. Le 26 sep­tembre 2017, il s’était pré­sen­té à la porte de l’ap­par­te­ment de celle-ci pour se plaindre des nui­sances so­nores du chien de la lo­ca­taire. Se mon­trant violent, il avait alors oc­ca­sion­né 17 jours d’in­ca­pa­ci­té de tra­vail (ITT) à sa voi­sine. Le pro­cu­reur avait re­quis à son en­contre six mois de pri­son avec sur­sis. Dans la dé­ci­sion ren­due ce jeu­di, le Lo­rien­tais a fi­na­le­ment été con­dam­né à quatre mois de pri­son avec sur­sis. Il de­vra ver­ser 2.100 € de dom­mages et in­té­rêts à sa voi­sine.

Éner­vé par ses chiens, il avait vio­lem­ment se­coué son chi­hua­hua

En avril 2017, la SPA avait été aler­tée qu’une vi­déo cir­cu­lait sur Facebook. On y voyait un jeune La­nes­té­rien de 20 ans en train de faire tour­noyer en l’air sa jeune chienne chi­hua­hua de sept mois et la se­couer par la patte, ce qui ar­ra­chait à l’ani­mal des gé­mis­se­ments et des cris. Suite à ces faits, la pe­tite chienne lui avait été re­ti­rée ain­si que ses autres chiens.

Lors de son au­di­tion, le La­nes­té­rien avait re­con­nu « avoir se­coué comme une pou­pée de chif­fon » l’ani­mal car il était éner­vé par le fait que ses chiens avaient fait leurs be­soins par­tout. Face à un tel comportement, le re­pré­sen­tant du par­quet a re­quis, ce jeu­di, sa condam­na­tion à trois mois de pri­son avec sur­sis et a de­man­dé au tri­bu­nal de pro­non­cer contre lui une in­ter­dic­tion de dé­te­nir des ani­maux pen­dant cinq ans. De son cô­té, la SPA sol­li­ci­tait 2.000 € de dom­mages et in­té­rêts. Le tri­bu­nal ren­dra son ju­ge­ment le 21 juin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.