Beau­coup de bien­faits et peu de risques de se bles­ser

Le Télégramme - Lorient - - La Une - Des­ti­na­tion San­té

Pra­ti­quer ré­gu­liè­re­ment une ac­ti­vi­té phy­sique est bé­né­fique pour la san­té de tous. Mais quel sport choi­sir pour ob­te­nir le plus de bien­faits sans ris­quer la bles­sure ? Les dis­ci­plines aqua­tiques consti­tuent en la ma­tière, un ex­cellent choix.

bien sûr, mais aus­si pra­ti­quer d’autres sports aqua­tiques tels que la marche dans l’eau ou en­core l’aqua­bi­king. En voi­là une bonne idée ! Le con­tact de l’eau pro­cure une sen­sa­tion de lé­gè­re­té et pro­tège votre san­té car­dio­vas­cu­laire ain­si que vos ar­ti­cu­la­tions.

Na­ger pour un coeur en pleine forme

Brasse, crawl ou dos, vous pou­vez choi­sir ou bien al­ter­ner. La na­ta­tion est un des sports les plus re­com­man­dés par les car­dio­logues. Mais éga­le­ment par beau­coup d’autres pra­ti­ciens qui

Mar­cher les pieds dans l’eau

Autre op­tion pour pro­fi­ter de l’eau, mais sans se mouiller les che­veux, la marche ! Vous avez bien lu. Mar­cher dans l’eau, de mer qui plus est, com­bine les bien­faits de la pro­me­nade ac­tive au sec et les bé­né­fices de l’en­vi­ron­ne­ment aqua­tique. La pres­sion de l’eau sur le corps en­traîne un ef­fet drai­nant et fa­vo­rise la cir­cu­la­tion du sang. Elle se­ra aus­si ex­cel­lente d’un point de vue mus­cu­laire. En ef­fet, les ap­puis in­stables sur le sable du fond de l’eau, sol­li­citent en per­ma­nence les muscles pour main­te­nir l’équi­libre. Ce qui per­met spé­ci­fi­que­ment un ren­for­ce­ment mus­cu­laire des mol­lets, des cuisses et des fesses. Se­lon votre forme, vous pour­rez op­ter pour une balade pour vous dé­gour­dir les jambes, ou une ses­sion plus spor­tive de longe-côte (où votre buste se­ra im­mer­gé) qui as­so­cie­ra la marche et des mou­ve­ments de na­ta­tion. Atout sup­plé­men­taire de la pra­tique en eau de mer, l’eau fraîche ac­tive la cir­cu­la­tion san­guine et fa­vo­rise un meilleur re­tour vei­neux. Idéal si vous souf­frez de la sen­sa­tion de jambes lourdes.

Aqua­bi­king : pé­da­ler en maillot

Si vous n’ai­mez pas na­ger et pré­fé­rez pra­ti­quer votre ac­ti­vi­té spor­tive en salle, l’aqua­bi­king est pour vous. Cette dis­ci­pline consiste à faire du vé­lo fixe… dans une pis­cine. As­sis sur la selle du vé­lo im­mer­gé jus­qu’au gui­don, vous pour­rez suivre des séances de 30 à 45 mi­nutes. Ce pé­da­lage aqua­tique per­met de mus­cler et d’af­fi­ner la par­tie in­fé­rieure du corps, sans trau­ma­tisme ar­ti­cu­laire, mus­cu­laire ou ten­di­neux. L’eau a un ef­fet drai­nant qui ré­duit l’ef­fet peau d’orange et sti­mule la cir­cu­la­tion san­guine. En­fin, les cour­ba­tures sont moins im­por­tantes avec l’aqua­bi­king qu’avec le vé­lo hors de l’eau. À tel point que cer­tains centres de ré­édu­ca­tion uti­lisent cet ou­til pour leurs séances.

De­po­sit­pho­tos y voient de nom­breux bien­faits pour leurs pa­tients. Ain­si, la pra­tique ré­gu­lière de la nage est-elle aus­si bé­né­fique pour les ar­ti­cu­la­tions. Sans comp­ter que la pres­sion de l’eau est ex­cel­lente pour le ren­for­ce­ment mus­cu­laire. Le risque de chute et de bles­sure est lar­ge­ment di­mi­nué par rap­port à d’autres dis­ci­plines spor­tives. Tou­te­fois, pour ce faire, il faut sa­voir na­ger conve­na­ble­ment. Et il n’y a au­cune honte à prendre quelques cours pour ap­prendre ou ré­ap­prendre les bons gestes. Pour en sa­voir plus, contac­tez la Fé­dé­ra­tion fran­çaise de na­ta­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.