M6. Ju­lien Cour­bet, sau­veur de Ca­pi­tal ?

Le Télégramme - Lorient - - Hippisme - Claire Stein­len

Après deux an­nées de mau­vaises au­diences, le ma­ga­zine éco­no­mique de M6, pré­sen­té par Bas­tien Ca­déac, est re­pris ce di­manche par Ju­lien Cour­bet. L’inventeur de « Sans au­cun doute », fort de ses vingt ans d’an­tenne sur RTL et de plu­sieurs émis­sions à suc­cès, rêve de re­lan­cer « Ca­pi­tal » ré­in­té­grant su­jets d’ac­tu, in­vi­tés chocs et dé­bats.

émis­sion sur les mé­dias qu’il ani­mait sur la même chaîne, et pro­duite par Cy­ril Ha­nou­na.

« On ne s’in­ter­dit plus rien »

Sauf que M6 et « Ca­pi­tal », c’est beau­coup plus d’au­dience. C’est aus­si le groupe RTL - ra­che­té par M6 -, où Ju­lien Cour­bet pro­pose dé­jà un ren­dez­vous quo­ti­dien de­puis près de vingt ans, « Ça peut vous ar­ri­ver ». Une lo­gique de chaîne, mais aus­si une né­ces­si­té, loin donc des scores d’au­jourd’hui. Pour re­trou­ver les té­lé­spec­ta­teurs per­dus, une so­lu­tion, le re­tour aux fon­da­men­taux. « On ne s’in­ter­dit plus rien », confie Ju­lien Cour­bet, qui pré­pare pour ce di­manche un pre­mier nu­mé­ro sur le dé­sto­ckage. Lan­cée par Em­ma­nuel Chain il y a presque trente ans, l’émis­sion, qui ne du­rait que six mi­nutes avant de pas­ser en for­mat ma­ga­zine, conviait des in­vi­tés. Ju­lien Cour­bet compte bien les ré­in­té­grer sur le pla­teau, qui fe­ra lui aus­si peau neuve. « On fe­ra des dé­bats, plus de direct, on se­ra plus ré­ac­tif sur l’info. Si un évé­ne­ment in­té­res­sant sort dans l’ac­tua­li­té, il fau­dra que l’on soit ca­pable de sor­tir un su­jet dans les trois se­maines », ex­plique le pré­sen­ta­teur, en­thou­siaste.

Che­val et hu­mour

Il fait un peu la moue quand on lui de­mande s’il se sent cré­dible sur les ques­tions éco­no­miques, sa­chant qu’il n’est pas, comme Em­ma­nuel Chain, pas­sé par HEC ou une so­lide for­ma­tion uni­ver­si­taire. « Ce­la fait vingt ans que j’ai tous les jours des grands pa­trons au té­lé­phone sur RTL, j’ai eu jus­qu’à 120 sa­la­riés dans ma boîte de pro­duc­tion et j’ai quand même un IUT », s’of­fusque l’ani­ma­teur, qui a fait ses dé­buts à la ra­dio, à Bor­deaux, puis chez Jacques Mar­tin sur France 2, au dé­but des an­nées 90 dans « Ain­si font, font », dif­fu­sée le di­manche ma­tin. Avant d’en­chaî­ner les ma­ga­zines. « Sans au­cun doute » sur TF1, « Ser­vice Maxi­mum » sur France 2 (un échec), « Le Grand dé­fi des ani­ma­teurs », avant de pas­ser sur C8 en 2014. Fré­dé­ric Cour­bet - de son vrai pré­nom n’a pas peur des risques et aime l’adré­na­line. Lui qui s’était dé­jà mis à l’équi­ta­tion à 40 ans, puis au one-man-show à 50 ans, re­lève avec « Ca­pi­tal » un nou­veau dé­fi.

Di­manche à 21 h sur M6.

que fait la chaîne. Quand Ni­co­las de Ta­ver­nost (le pa­tron de M6, NDLR) a évo­qué « Ca­pi­tal », je n’ai vrai­ment pas hé­si­té. C’est une émis­sion très pres­ti­gieuse, non pas un abou­tis­se­ment de car­rière mais vrai­ment une marche sup­plé­men­taire », sou­rit le pré­sen­ta­teur. Pas évident, pré­cise-t-il, de quit­ter C8 où il avait réus­si, en quatre ans, à se faire une place dans la bande de « Touche pas à mon poste », et aux com­mandes de « C’est que de la té­lé », une pour M6, de chan­ger de tête d’af­fiche. Bas­tien Ca­déac, le pré­sen­ta­teur ces deux der­nières an­nées, n’a pas lais­sé un sou­ve­nir im­pé­ris­sable aux té­lé­spec­ta­teurs et l’au­dience a chu­té. Avec un pu­blic de 2,4 mil­lions de fans et 10 % de parts d’au­dience cette sai­son, la chaîne est loin des an­nées fastes où le ma­ga­zine, dans ses re­cords his­to­riques, pou­vait (en 2008 par exemple), réunir jus­qu’à 6 mil­lions d’adeptes. Et au­tour de 4 mil­lions en moyenne. Très

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.