Quand Char­bon­nier jouait en Ligue 1

Stade Bres­tois

Le Télégramme - Loudéac - Rostrenen - - FOOTBALL -

Les Bres­tois n’ont pas at­ten­du qu’un dribble ex­cep­tion­nel contre Lo­rient fasse le tour des té­lés pour se convaincre que Gaë­tan Char­bon­nier vaut mieux que la Ligue 2. Un at­ta­quant qui tourne à 12 buts en 13 jour­nées est plus qu’un bu­teur de se­conde zone. Mais quand l’at­ta­quant, à bien­tôt 30 ans et dans sa dixième sai­son pro, a joué plus de matchs en Ligue 2 qu’en Ligue 1, les aléas du foot ne suf­fisent plus à ex­pli­quer le dé­clas­se­ment. « Tech­ni­que­ment et tac­ti­que­ment, c’est ni­veau Ligue 1 », ré­pète JeanMarc Fur­lan. « C’est un es­thète, il a un tou­cher de balle très haut ni­veau », ap­puie Oli­vier Pi­ckeu, ma­na­ger gé­né­ral d’An­gers qui l’a ex­fil­tré de l’ombre du CFA au PSG pour dé­cou­vrir la Ligue 2 en 2009. Da­vid Guion, en­traî­neur de Reims de­puis 2017, au­rait bien conser­vé « ce joueur à la re­cherche de l’ef­fi­ca­ci­té avec beau­coup d’élé­gance. C’est un su­per joueur de L1 ! »

Alors, pour­quoi ce par­cours tra­cé et as­cen­sion­nel a-t-il dé­raillé dans l’élite ? A Mont­pel­lier (2012-14). Et à Reims (2014-17). « On y croyait beau­coup, rem­bo­bine Bru­no Ca­rot­ti, res­pon­sable du re­cru­te­ment à Mont­pel­lier. Oui, ce­la reste un échec, quand on mise sur quel­qu’un, on es­père tou­jours que ça va mar­cher ».

« Ce n’est pas Gi­roud »

Char­bon­nier a dé­bar­qué dans un club cham­pion de France, en Ligue des cham­pions, pour rem­pla­cer… Oli­vier Gi­roud ! « J’avais dit à Lou­lou et à Laurent (Ni­col­lin) de faire at­ten­tion à leur com­mu­ni­ca­tion : il ne faut pas que le pu­blic le com­pare à Gi­roud parce qu’il est grand et at­ta­quant. Ce n’est pas du tout les mêmes », in­siste Pi­ckeu. Le Bres­tois pos­sède un pro­fil hy­bride de neuf et de­mi, pas de pur avant-centre. Char­bon­nier a be­soin de se sen­tir ai­mé, im­por­tant. A Mont­pel­lier, « Gaë­tan ame­nait un pa­nel sup­plé­men­taire dans le tur­no­ver. Mais pour X rai­sons, il a per­du en temps de jeu au fil de la sai­son », re­si­tue Ca­rot­ti. « A Reims, le pro­jet ne tour­nait pas au­tour de lui », pro­longe Guion.

L’aven­ture en Cham­pagne s’est ache­vée dans l’in­dif­fé­rence, sous les ef­fets cu­mu­lés d’une longue bles­sure au ge­nou, d’une mau­vaise spi­rale col­lec­tive et de re­la­tions ten­dues ou fraîches avec ses deux der­niers coachs (Gué­gan et Der Za­ka­rian). « C’est quel­qu’un d’or­gueilleux, très fier mais, moi, j’adore ! Je pense que c’est une qua­li­té, sou­tient Pi­ckeu. Au coach, au club de s’ac­com­mo­der à Gaë­tan. Avoir du ca­rac­tère de­vient un dé­faut si le joueur ne joue pas… »

« S’il sent de la re­te­nue ou de la mé­fiance… »

« S’il sent qu’il y a de la re­te­nue ou de la mé­fiance vis-à-vis de lui, il ne se­ra pas en ca­pa­ci­té de don­ner le meilleur de lui. Il doit aus­si être en ca­pa­ci­té de com­prendre les autres qui l’en­tourent », dit Guion. « En ça, ce qu’il vit à Brest me fait pen­ser à An­gers, il est épa­noui », dresse l’An­ge­vin. La greffe n’a pas été ins­tan­ta­née mais a pris avec le reste du groupe au Stade Bres­tois. Sa cote grimpe but après but chez les sup­por­ters. Et Fur­lan a fi­ni par ap­pri­voi­ser son joueur.

Alors qu’il est en fin de contrat, An­gers et Pi­ckeu conti­nuent « à le suivre… » « Il au­ra l’em­bar­ras du choix », souffle Guion, qui le ver­rait bien en Al­le­magne. Char­bon­nier jouait en Ligue 1. Char­bon­nier joue­ra sû­re­ment en Ligue 1. A Brest ou ailleurs.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.