Saint-Brieuc n’avance plus

Stade Brio­chin - AS Vi­tré : 0-0

Le Télégramme - Loudéac - Rostrenen - - FOOTBALL -

Cos­tar­mo­ri­cains et Bré­tilliens s’étaient quit­tés dos à dos, l’an der­nier. Bis ré­pé­ti­ta sa­me­di soir. Les deux équipes n’ont pas su dé­blo­quer la si­tua­tion et se conten­te­ront une nou­velle fois du point du nul. « J’ai ap­pré­cié l’agres­si­vi­té dé­ployée des gar­çons », lan­çait Maxime D’Or­na­no à l’is­sue de la par­tie.

Du­rant l’acte ini­tial, les Brio­chins com­men­çaient fort avec Quem­per à la ba­guette, à l’ori­gine d’un ren­ver­se­ment de jeu sur Le Ma­rer (4’), puis d’un centre où Le Doua­ron était trop court (8’). En dents de scie, à l’image des mal­adresses de ses par­te­naires, Bou­din s’ou­bliait dans le contrôle puis se rat­tra­pait avant que Le­bacle n’en tire pro­fit aux abords de la sur­face (11’). Pour une pre­mière sol­li­ci­ta­tion, N’Diaye l’était à moi­tié avec une ten­ta­tive d’Elaz, suite à une longue touche de Guil­bault (30’). Grâce à un bon re­tour dé­fen­sif, Le Borgne em­pê­chait le Brio­chin Le Ma­rer d’ar­mer sa frappe (36’). Sur le cor­ner, la tête de Le Doua­ron n’était pas as­sez ap­puyée (37’) pour trom­per Au­be­neau. Quem­per ac­cé­lé­rait sur le cô­té gauche et dé­co­chait un mis­sile que la trans­ver­sale ren­voyait (40’). En­fin, Abou­ba­ka­ri tom­bait sur un Au­be­neau sur ses gardes (43’). « Dom­mage, ce long temps fort mé­ri­tait un but », ana­ly­sait le coach Brio­chin.

Après la pause, Amou­rette et Ah­mad Al­lée échan­geaient les rôles, la frappe du pre­mier était re­pous­sée par le por­tier vi­si­teur tan­dis que le se­cond « chi- pait » le cuir des pieds de So­rin aux 18 mètres (57’). Les Brio­chins pen­saient à l’ou­ver­ture du score lorsque Dou­nia­ma « sco­rait » sur une passe de Rouxel, si­gna­lé hors-jeu (à tort) par l’as­sis­tant (63’). Sur une at­taque ra­pide des Grif­fons, Au­be­neau se dé­ten­dait de­vant Rouxel et per­met­tait à Vi­tré d’être tou­jours dans le coup. Quant au contre Vi­tréen sui­vant, le vi­gi­lant Bou­din met­tait un terme à la per­cée de Gros (77’). Suite à une pé­riode d’in­ter­rup­tion due à l’ar­ro­sage au­to­ma­tique, le mot de la fin était pour N’Diaye, à l’ul­time se­conde, « à dé­faut de ga­gner, il ne fal­lait pas le perdre et Cheikh nous a sau­vé de la cor­rec­tion­nelle », concluait Maxime D’Or­na­no.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.