Dial­lo : « Je vou­lais res­ter »

Le Télégramme - Morlaix - - FOOTBALL -

L’aven­ture guin­gam­paise de Mous­ta­pha Dial­lo s’achève. Sa­me­di, ses co­équi­piers se dé­pla­ce­ront à Tou­louse. Lui a fait le choix de ne pas s’y rendre. Du­rant neuf ans, le com­ba­tif Sé­né­ga­lais a tout connu, du Na­tio­nal à la Ligue Eu­ro­pa. Chou­chou des sup­por­ters, il jette un der­nier re­gard sur son club de coeur, au­quel il a tout don­né… Et qu’il ne vou­lait pas quit­ter.

> Mous­ta­pha Dial­lo, com­ment avez-vous vé­cu votre der­nière soi­rée au Rou­dou­rou ?

C’est un peu dur… Pas­ser neuf ans dans un club avec des vrais sup­por­ters qui t’aiment bien, les quit­ter, c’est dou­lou­reux. Mais bon, c’est la loi du foot­ball. J’ai été ému, ça m’a tou­ché. Pour la der­nière, j’étais obli­gé de pas­ser un bon mo­ment avec eux, de mon­ter en tri­bune pour les re­mer­cier de m’avoir sou­te­nu pen­dant neuf ans. On a fait le clap­ping, c’était bien. ient la puis­sance pour les matchs.

> Le temps a pas­sé et après neuf sai­sons au club, votre contrat n’a pas été renouvelé. Com­ment le vi­vez-vous ?

C’est dur quand tu fais neuf ans dans un club et que d’un coup on te dit : " tu dois par­tir "… Je suis un peu sur­pris de cette dé­ci­sion-là mais c’est le foot­ball. L’es­sen­tiel, c’est de faire neuf ans au club où tu n’as rien à te re­pro­cher. Après, tu pars par la grande porte. Tu as le sen­ti­ment d’avoir fait du bon bou­lot ici. Le plus im­por­tant, c’est ça.

> Vous sou­hai­tiez res­ter ?

Ma vo­lon­té était de res­ter à Guin­gamp, mais après c’est le foot­ball. Je ne re­grette pas. J’ai fait neuf ans où j’ai tout don­né. Ça s’est vu sur le der­nier match, tout le monde était tou­ché de mon dé­part, un peu sur­pris aus­si, mais bon c’est comme ça.

▼ Sa­me­di (21 h) L’in­ter­view com­plète sur

www.le­te­le­gramme.fr/sports/

Dial­lo a fait ses adieux au Rou­dou­rou lors du der­nier match contre l’OM.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.