ÉTU­DIANTS : LE COÛT D’UN LO­GE­MENT

Le Télégramme - Morlaix - - LA UNE -

Ap­par­te­ment loué seul ou en co­lo­ca­tion, chez un par­ti­cu­lier ou en ré­si­dence uni­ver­si­taire… De­puis quelques se­maines, la course aux lo­ge­ments étu­diants a com­men­cé pour bon nombre de fa­milles bre­tonnes. Mais que l’on soit à Rennes, Brest ou Lo­rient, non seule­ment l’offre va­rie mais les prix aus­si. Tour d’ho­ri­zon.

Brest, Lo­rient, Rennes : dans les trois grandes villes uni­ver­si­taires bre­tonnes, pour nombre de fu­turs étu­diants et leurs pa­rents, la quête d’un lo­ge­ment a dé­jà com­men­cé de­puis plu­sieurs jours, voire se­maines. Avec un contexte dif­fé­rent se­lon l’en­droit. Bien sûr, on n’ou­blie pas les villes moyennes bre­tonnes (Guin­gamp, Lan­nion, Mor­laix, Quim­per, Saint-Brieuc, Saint-Ma­lo, Vannes) qui ac­cueillent éga­le­ment des étu­diants. Mais com­pa­rées à Brest, Lo­rient et Rennes, la pres­sion y est bien moindre lors­qu’il s’agit de trou­ver un lo­ge­ment pour des (fu­turs) ba­che­liers qui se lancent dans des études su­pé­rieures.

Si Rennes est la ville la plus étu­diante de la ré­gion avec 68 000 jeunes, c’est aus­si celle où trou­ver un toit re­vient le plus cher. Se­lon une étude réa­li­sée au­près de 1 000 étu­diants par un spé­cia­liste des an­nonces im­mo­bi­lières, il faut comp­ter en moyenne 399 € pour un stu­dio. En re­vanche, pour un ap­par­te­ment, les prix s’en­volent : 445 € pour un T1 et 540 € pour un T2. Et, Par­cour­sup oblige, avant même d’avoir pas­sé les épreuves fi­nales du bac­ca­lau­réat, beau­coup se sont dé­jà lan­cés dans la quête du Graal. À Brest, pas de pa­nique ! À en croire Phi­lippe Ran­chere, di­rec­teur de l’Agence dé­par­te­men­tale d’in­for­ma­tion sur le lo­ge­ment (Adil), le parc de stu­dios et de T1 bis dans la ci­té du Po­nant est suf­fi­sant pour ac­cueillir les nou­veaux étu­diants. Une ré­cente étude montre que le loyer moyen se si­tue à 295 € pour un T1 (soit en­vi­ron 22 m²) et à 405 € pour un T2 (soit en­vi­ron 40 m²).

Du cô­té du Centre ré­gio­nal des oeuvres uni­ver­si­taires et sco­laires (Crous), qui gère trois ci­tés uni­ver­si­taires, 1 312 lo­ge­ments bres­tois vont bien­tôt être mis au pot du tour na­tio­nal qui pri­vi­lé- gie les cri­tères so­ciaux. Mais ils ne se­ront pas tous at­tri­bués ou alors « au fil de l’eau » , à par­tir du 2 ou du 3 juillet, sui­vant le classement sur liste d’at­tente des fu­turs étu­diants après le pre­mier choix du 25 juin. Les loyers s’éche­lonnent de 165 € pour une chambre éco­no­mique à 490 € pour un T2. La chambre confort, ma­jo­ri­taire dans le parc bres­tois, coûte 244 € par mois. Sur le cam­pus de Lo­rient, ils sont en­vi­ron 6 000 étu­diantes et étu­diants à re­cher­cher à chaque ren­trée un lo­ge­ment pour la du­rée de l’an­née uni­ver­si­taire. « À leur construc­tion, au dé­but des an­nées 1990, les stu­dios étaient dé­jà plus en vogue que les cham- bres », ex­plique Ch­ris­telle Ni­houarn, di­rec­trice de la com­mu­ni­ca­tion du Crous de Bre­tagne, à pro­pos du parc lo­rien­tais do­té de 182 lo­ge­ments de 20 m² en moyenne, loués entre 240 et 300 € (pour un coût res­tant de 110 à 150 € men­suels dans le bud­get des étu­diants bour­siers).

En théo­rie, l’en­semble des étu­diants peuvent can­di­da­ter à l’offre pro­po­sée par le Crous. En réa­li­té, à Lo­rient, seule­ment une de­mande sur 3,7 en moyenne est sa­tis­faite chaque an­née : un taux net­te­ment in­fé­rieur à ce­lui d’autres bas­sins d’études, comme Rennes ou en­core Brest. Le cri­tère d’éloi­gne­ment de la ville d’ori­gine des pa­rents est, par exemple, l’un des cri­tères re­te­nus lors de la sé­lec­tion des can­di­da­tures des de­man­deurs de lo­ge­ment par le Crous.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.