Griez­mann : ce se­ra... l’At­lé­ti­co

Le Télégramme - Morlaix - - HIPPISME -

Dans une mise en scène digne de la té­lé-réa­li­té, l’at­ta­quant in­ter­na­tio­nal fran­çais An­toine Griez­mann, convoi­té par le FC Bar­ce­lone, a an­non­cé jeu­di qu’il res­tait à l’At­lé­ti­co Ma­drid et rê­vait d’y rem­por­ter un jour la Ligue des Cham­pions.

« J’ai dé­ci­dé de res­ter », a dit « Gri­zi » à la fin d’une vi­déo d’en­vi­ron 30 mi­nutes dif­fu­sée en prime-time et en ex­clu­si­vi­té par une chaîne payante es­pa­gnole, à deux jours de ses dé­buts au Mon­dial avec les Bleus, sa­me­di face à l’Aus­tra­lie. Après avoir mé­na­gé le sus­pense de­puis des se­maines, Griez­mann a donc fait le choix du club où il évo­lue de­puis 2014. En échange, se­lon la presse es­pa­gnole, d’une aug­men­ta­tion de sa­laire à 20 mil­lions d’eu­ros par an, ce qui fe­rait de lui le joueur le mieux payé de l’his­toire du club avec le­quel il est lié jus­qu’en 2020.

Fil­mé de­puis le 16 avril

Au-de­là de son choix, c’est la ma­nière de l’an­non­cer qui sur­prend : mar­di en Russie, il as­su­rait que sa dé­ci­sion avait « été prise » mais que ce n’était « pas le mo­ment ni l’en­droit pour le dire ». Fil­mé de­puis le 16 avril, dans sa villa luxueuse de la ban­lieue de Ma­drid, chez ses pa­rents en France, avec sa fille, en train de se faire ta­touer ou de man­ger des pop-corn, le nu­mé­ro 7 des Bleus évoque ses états d’âme. Face ca­mé­ra et rap en ban­de­son. Il confie son hé­si­ta­tion entre ga­gner une Ligue des Cham­pions avec l’At­lé­ti­co, pour ren­trer « dans l’his­toire du club », ou n’être qu’un cham­pion par­mi d’autres au Bar­ça. Après un long feuille­ton et beau­coup d’hé­si­ta­tions, l’at­ta­quant âgé de 27 ans a fi­na­le­ment dé­ci­dé de ne pas chan­ger d’air, en lais­sant peut-être pas­ser sa chance de re­joindre un club plus hup­pé et prêt à payer une clause li­bé­ra­toire de 100 mil­lions d’eu­ros, se­lon les mé­dias. La stra­té­gie de com­mu­ni­ca­tion, bien hui­lée mal­gré un tem­po qui in­ter­pelle à deux jours de l’en­trée en lice des Bleus en Russie, n’est pas sans rap­pe­ler celle d’un cer­tain LeB­ron James.

« De l’en­ter­tain­ment »

Sur le tweet an­non­çant son an­nonce, An­toine Griez­mann a uti­li­sé le ha­sh­tag #LaDe­ci­sión. Une ré­fé­rence à la star du bas­ket amé­ri­cain, qui avait an­non­cé en 2010 son dé­part pour Mia­mi dans une émis­sion, « The De­ci­sion », pro­duite pour l’oc­ca­sion sur ESPN. A l’époque, cette mé­thode avait été sé­vè­re­ment cri­ti­quée. Il en se­ra sans doute de même pour l’at­ta­quant ve­dette des Bleus.

« On n’est presque plus dans le sport. On a bas­cu­lé dans "l’en­ter­tain­ment" (di­ver­tis­se­ment en an­glais), en uti­li­sant les mêmes codes qu’un Star Wars, iro­nise le di­rec­teur gé­né­ral de l’agence de con­seil et com­mu­ni­ca­tion Sport Mar­ket, Bru­no Bian­zi­na. Il est dans une lo­gique de marque per­son­nelle, il donne le plus d’ex­po­si­tion pos­sible à la marque Griez­mann ».

La marque en ques­tion se vend dé­jà bien. Dans le magazine Forbes France sor­ti mer­cre­di, il est en tête des joueurs fran­çais les plus ren­tables, avec des re­ve­nus pu­bli­ci­taires éva­lués à 3 mil­lions d’eu­ros.

Après avoir en­tre­te­nu très long­temps le sus­pense, An­toine Griez­mann a choi­si de res­ter à l’At­lé­ti­co Ma­drid, au grand dam du FC Bar­ce­lone.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.