Ja­wad Ben­daoud le lo­geur de ji­ha­distes, relaxé

Le Télégramme - Ouest Cornouaille - - FRANCE -

Il lève les bras, tape ami­ca­le­ment l’épaule des gen­darmes puis em­brasse la tête d’un de ses avo­cats : Ja­wad Ben­daoud, lo­geur de deux ji­ha­distes du 13-No­vembre, a été relaxé, mer­cre­di, par le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Pa­ris. Le par­quet a fait ap­pel de ce ju­ge­ment.

« Tous les élé­ments consi­dé­rés comme des charges ayant jus­ti­fié le ren­voi du pré­ve­nu n’ont pas em­por­té la convic­tion du tri­bu­nal et sont in­suf­fi­sants pour dé­mon­trer la culpa­bi­li­té de Ja­wad Ben­daoud », a dé­cla­ré, mer­cre­di, la présidente Isabelle Pré­vostDes­prez, spé­cia­li­sée dans les af­faires ter­ro­ristes.

Le par­quet, qui avait re­quis quatre ans de pri­son, a aus­si­tôt fait ap­pel. Ja­wad Ben­daoud, qui était ju­gé pour avoir mis à dis­po­si­tion d’Ab­del­ha­mid Abaaoud, l’un des cer­veaux pré­su­més des at­ten­tats du 13 no­vembre 2015, et de son com­plice, Cha­kib Akrouh, un squat où ils s’étaient re­pliés à SaintDe­nis, a tou­jours cla­mé son in­no­cence tout au long du pro­cès. Dé­te­nu à l’iso­le­ment de­puis 27 mois, il sor­ti­ra « ce soir (mer­cre­di) » de la pri­son de Fresnes, se­lon une source ju­di­ciaire.

« Ja­wad m’a convain­cu »

« La re­laxe, pour moi, elle était at­ten­due. Ja­wad m’a convain­cu sur beau­coup d’élé­ments », a dé­cla­ré Bilal Mokono, bles­sé par un ka­mi­kaze au Stade de France et qui se dé­place en fau­teuil rou­lant. Mais des par­ties ci­viles ont ex­pri­mé leur « écoeu­re­ment » et leur « co­lère ». Le deuxième pré­ve­nu, Mo­ha­med Sou­mah, éga­le­ment ju­gé pour « re­cel de mal­fai­teurs ter­ro­ristes », a été condam­né à cinq ans d’em­pri­son­ne­ment. Il avait mis en contact Has­na Aït Bou­lah­cen, qui cher­chait une planque pour les deux ji­ha­distes, et Ja­wad Ben­daoud.

Une peine de quatre ans de pri­son, dont un avec sur­sis, a été pro­non­cée contre le troi­sième pré­ve­nu, Yous­sef Aït Bou­lah­cen, ju­gé pour « non-dé­non­cia­tion de crime ». Il est le cou­sin d’Ab­del­ha­mid Abaaoud et le frère d’Has­na Aït Bou­lah­cen, morte aux cô­tés des ji­ha­distes dans l’as­saut du Raid.

En plein as­saut à Saint-De­nis, Ja­wad Ben­daoud avait ex­pli­qué de­vant les ca­mé­ras que les po­li­ciers du Raid étaient en in­ter­ven­tion chez lui.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.