Le port du Ros­meur comme lieu de for­ma­tion

Une tren­taine de sa­peurs­pom­piers spé­cia­li­sés en sau­ve­tage-dé­blaie­ment est en for­ma­tion de­puis jeu­di sur le port du Ros­meur. Par­mi les exer­cices, le pom­page d’un na­vire de pêche.

Le Télégramme - Ouest Cornouaille - - OUEST CORNOUAILLE - Ro­dolphe Po­chet

Une tren­taine de sa­peurs-pom­piers spé­cia­li­sés en sau­ve­tage-dé­blaie­ment est en for­ma­tion de­puis jeu­di sur le port du Ros­meur. Par­mi les exer­cices, le pom­page d’un na­vire de pêche.

Amar­ré au quai de la criée, le ca­seyeur Zu­ber­noa est l’ob­jet d’une voie d’eau. Une équipe de d’une di­zaine de pom­piers se dé­ploie à terre et à bord du na­vire pour mettre en place le pom­page.

Une pompe élec­trique et l’autre hy­drau­lique ve­nues du centre de Quim­per, (ré­qui­si­tion­nées, voi­ci quelques jours, pour les inon­da­tions de Mor­laix), sont en ac­tion en quelques mi­nutes.

Leur grande ca­pa­ci­té per­met d’éva­cuer l’eau à grande vi­tesse. L’exer­cice est concluant.

« C’est au­tant une ré­vi­sion des tech­niques et de la mise en oeuvre du ma­té­riel qu’un tra­vail sur l’or­ga­ni­sa­tion : les dix per­sonnes de l’équipe doivent sa­voir pré­ci­sé­ment ce qu’elles ont à faire », in­dique le lieu­te­nant Oli­vier Amet, chef du centre de se­cours de Douar­ne­nez.

« In­ter­ve­nir là où les moyens tra­di­tion­nels sont in­adap­tés »

Il ac­cueille et pi­lote une for­ma­tion de deux jours pour des sa­peurs-pom­piers spé­cia­li­sés en sau­ve­tage-dé­blaie­ment.

Spé­cia­li­té qui concerne près de cent pom­piers, vo­lon­taires ou pro­fes­sion­nels, dans le Fi­nis­tère. « Il s’agit d’in­ter­ve­nir pour de la sé­cu­ri­sa­tion et du sau­ve­tage dans des mi­lieux où les moyens tra­di­tion­nels sont in­adap­tés ou in­suf­fi­sants, voire d’un em­ploi dan­ge­reux en rai­son des risques pré­sen­tés », ré­sume le lieu­te­nant Amet. Les ef­fon­dre­ments de bâ­ti­ments sont l’exemple qui vient en pre­mier à l’es­prit.

Les mis­sions sont va­riées : la re­cherche de vic­times (par ra­tis­sage de sur­face, équipe cy­no­tech­nique ou écoute élec­tro­nique), leur dé­ga­ge­ment par di­verses tech­niques (étaie­ment, dé­cou­page, le­vage…), ou en­core de l’as­sis­tance sur des in­cen­dies, des inon­da­tions ou des voies d’eau, comme l’illustre l’exer­cice de pom­page de ce jeu­di. Ces spé­cia­listes, in­ter­ve­nant sur tous types de ter­rains (par­fois après un trem­ble­ment de terre, comme à Mayotte) peuvent être ren­for­cés par des uni­tés cy­no­tech­niques ou du Grimp (le Groupe de re­cherche et d’in­ter­ven­tion en mi­lieux pé­rilleux). Dans le Fi­nis­tère, treize in­ter­ven­tions ont eu lieu en 2017.

Ma­noeuvre d’en­semble ven­dre­di dans les ex-Aff-Mar

Pour le pa­tron du Zu­ber­noa comme les res­pon­sables de la Sca­pêche, qui dé­tiennent en co­pro­prié­té cet an­cien cha­lu­tier re­con­ver­ti en ca­seyeur, « il est im­por­tant de per­mettre ce type d’exer­cices et de par­ler sé­cu­ri­té, tout ce qui amé­liore la chaîne des se­cours est un plus ». Cette ma­noeuvre de pom­page entre dans le pro­gramme de cette for­ma­tion à la­quelle par­ti­cipent des sa­peurs-pom­piers ve­nus des centres de Brest, Con­car­neau, Quim­per, Les­co­nil, Pont-Croix, Tré­gou­rez et bien sûr Douar­ne­nez. C’est que pour conti­nuer à exer­cer cette spé­cia­li­té sau­ve­tage-dé­blaie­ment, chaque sau­ve­teur doit suivre une for­ma­tion an­nuelle de main­tien des ac­quis. Jeu­di ma­tin, un exer­cice d’étaie­ment dans le tun­nel de la plage de Pors-Cad a eu lieu. Ce ven­dre­di, une ma­noeuvre d’en­semble est or­ga­ni­sée dans l’an­cien bâ­ti­ment des Af­faires ma­ri­times, rue Hen­ri-Bar­busse. Trente-cinq per­sonnes se­ront mo­bi­li­sées dans ces lo­caux, pro­prié­té de Douar­ne­nez Ha­bi­tat.

Sur le­te­le­gramme.fr

« Les dix per­sonnes de l’équipe doivent pré­ci­sé­ment sa­voir ce qu’elles ont à faire »

Ro­dolphe Po­chet

La mise en oeuvre des moyens est une his­toire de mi­nutes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.