Tueur de cho­choyes

Le Télégramme - Quimper - - DÉBATS - Re­né Pe­rez

Pas de nou­velle dé­cou­verte ma­cabre, cette se­maine, à Mi­ni­hy-Tré­guier. Le tueur de la­pins n’est pas sor­ti de son ter­rier cos­tar­mo­ri­cain, sans doute si­dé­ré lui-même de l’am­pleur prise par cette affaire. Au point que même des psys se penchent main­te­nant sur le pro­fil de cet étrange cu­ni­cu­lo­phobe, dont l’aver­sion pour les la­pins le pousse même à les tuer en les pié­ti­nant. Rien que ça.

Alors, faut-il al­ler cher­cher du cô­té de la mau­vaise ré­pu­ta­tion at­ta­chée à cet ani­mal, en Bre­tagne ? Au Moyen-Âge, on l’as­so­ciait à la sor­cel­le­rie et sur les ba­teaux, son nom est ab­so­lu­ment pros­crit car il por­te­rait plus la poisse que la vue d’un chat noir pas­sant sous une échelle un ven­dre­di 13. Se­lon la lé­gende, des la­pins au­raient ja­dis bou­lot­té les cor­dages d’une car­gai­son, en la désar­ri­mant et pro­vo­quant ain­si un nau­frage. Ad­met­tons… De­puis, la ma­lé­dic­tion pèse sur ce pauvre ani­mal alors que, pa­ra­doxa­le­ment, la patte de la­pin est plu­tôt consi­dé­rée comme un porte-bon­heur. Va com­prendre Jean­not ! Les ma­rins à bord, pour échap­per au mau­vais sort, n’ont donc d’autre choix que de par­ler de la bête aux grandes oreilles, du cou­sin du lièvre, du pol­lop ou en­core du cho­choye, plu­tôt che­cheye en ver­sion douar­ne­niste. Alors la ques­tion se pose : a-t-on affaire à un tueur de cho­choyes qui au­rait connu une in­for­tune pour avoir un jour pro­non­cé le nom mau­dit à bord d’un ba­teau et qui voue main­te­nant une haine te­nace à la bête aux grandes oreilles ? On se per­met de glis­ser cet in­dice dé­ter­mi­nant aux en­quê­teurs. Il va sû­re­ment les ai­der à mettre ra­pi­de­ment la main au col­let de ce psy­cho­pathe des cla­piers, en­ne­mi dé­cla­ré du dé­ve­lop­pe­ment du rable. De la­pin. Ce sombre fait divers, où il ne manque que la chouette clouée à la porte du han­gar, n’au­rait ja­dis pas dé­pas­sé les fron­tières du can­ton. Mais avec la glo­ba­li­sa­tion de l’in­for­ma­tion, les pauvres pol­lops de Mi­ni­hy-Tré­guier ont même cap­té l’at­ten­tion des mé­dias étran­gers, no­tam­ment en An­gle­terre ou de­puis Jack L’Éven­treur, on est avide d’his­toires de tueurs en sé­rie. Même s’il ne s’agit, en l’oc­cur­rence, que d’un « rab­bit se­rial killer » dont per­sonne ne doute qu’il ne peut être qu’un homme, comme le tueur des bas-quar­tiers de Londres. Car au­cune femme ne se­rait ca­pable d’une telle bou­che­rie cla­pière, en se sen­tant in­vul­né­rable. À part peut-être Ma­dame That­cher !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.