Sur la route des Vi­kings

En Is­lande, les routes ne sont ja­mais bon­dées, pour peu qu’on s’éloigne de Reyk­javík, la ca­pi­tale du pays. Tout au long des 1 300 ki­lo­mètres de la Route 1, on s’émer­veille de­vant les pay­sages du pays des Vi­kings.

Le Télégramme - Quimperlé - - VOYAGE - Guirec Flé­cher

Aus­si ap­pe­lée Route cir­cu­laire, la Route 1 est sur 1 300 km, l’unique route prin­ci­pale du ter­ri­toire. Presque en­tiè­re­ment gou­dron­née, com­po­sée de deux voies et li­mi­tée à 90 km/h, elle se ré­vèle un voyage à elle toute seule. En une se­maine, il est pos­sible de re­lier la ca­pi­tale jus­qu’aux fjords, à l’ex­trême est. Le voyage dé­marre de­puis Reyk­javík, la ca­pi­tale qui mé­rite lar­ge­ment qu’on s’y at­tarde, ne se­rait-ce que pour dé­cou­vrir l’Har­pa, salle de concert et centre de congrès, avec son ar­chi­tec­ture éton­nante com­po­sée de 10 000 vitres sur ses sur­faces. On ne per­dra pas non plus son temps à flâ­ner dans le vieux centre, où les pe­tites mai­sons mul­ti­co­lores cô­toient les fa­çades d’im­meubles re­cou­vertes de graffs.

Na­ture grand for­mat

L’Is­lande vaut ce­pen­dant avant tout pour sa na­ture sau­vage. Le meilleur moyen de la dé­cou­vrir est de se rendre dans le Cercle d’Or. Les ama­teurs de géo­lo­gie s’émer­veille­ront de­vant la faille de Thing­vel­lir, lieu où les plaques tec­to­niques amé­ri­caine et eur­asienne se ren­contrent juste de­vant nos yeux. Quelques ki­lo­mètres plus loin, les vul­ca­no­logues ap­pré­cie­ront le grand Gey­ser en ac­tion. En­fin, à deux pas de là, on se sent tout pe­tit de­vant les puis­santes chutes d’eau as­sour­dis­santes de Gul­foss. Sur la route me­nant au vil­lage cô­tier de Vík í Mýr­dal, si­tué tout au sud, un ar­rêt aux Îles Vest­mann

et la mon­tée au som­met de l’Eld­fell, vol­can qui sur­plombe l’ar­chi­pel, sont for­te­ment re­com­man­dés. Les ama­teurs de cas­cade se ren­dront sur les sites de Skó­ga­foss et Sel­ja­land­sfoss avec leurs im­pres­sion­nants murs d’eau me­su­rant res­pec­ti­ve­ment 62 et 65 m de hau­teur.

Près de Vík, la pé­nin­sule de Dy­rhó­laey offre un pa­no­ra­ma in­con­tour­nable sur les plages de sable noir qui s’étendent à perte de vue. En grim­pant jus­qu’au phare, on peut aper­ce­voir, ni­chés dans les fa­laises, quelques ma­ca­reux moines, l’oi­seau em­blème du pays. Au pied des pa­rois, les plus chan­ceux ob­ser­ve­ront des ba­leines en pleine par­tie de chasse.

Des gla­ciers aux fjords

Puis di­rec­tion l’est où on peut, le temps d’un bi­vouac au mas­sif de Land­man­na­lau­gar, ad­mi­rer les teintes ocres et cré­pus­cu­laires de ses mon­tagnes. Le clou du spec­tacle se si­tue une heure de route plus loin, à Jö­kulsárlón, un lac ha­bi­té de gla­ciers et d’ice­bergs où quelques phoques pro­fitent des eaux gla­ciales. Ce ma­gni­fique pay­sage cache pour­tant une triste réa­li­té: la source du lac pro­vient de la fonte d’un gla­cier cau­sée parle ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique!

La Route 1 conti­nue sa course jus­qu’à l’est du pays et ses fjords. À Seyðisf­jörður, tout voya­geur au­ra le sen­ti­ment d’ar­ri­ver au bout du monde. Ce vil­lage ha­bi­té par quelque 600 ha­bi­tants vaut le (sa­cré) dé­tour pour ses mai­sons mul­ti­co­lores en tôle, son pe­tit port de pê­cheurs et ses pay­sages gran­dioses.

Pho­tos Guirec Flé­cher

Sur cette île du nord de l’Eu­rope peu­plée de 325 000 ha­bi­tants, on peut ap­pré­cier les pay­sages et cir­cu­ler en toute tran­quilli­té !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.