70 bou­gies pour l’im­pri­me­rie De­mor­treux

Sa nais­sance re­monte donc au len­de­main des bom­bar­de­ments de Vire. L’im­pri­me­rie fon­dée par Jean-Étienne Mar­cel Le Cor­nec s’ap­prête à fê­ter son an­ni­ver­saire. Re­tour sur une page d’his­toire vi­roise.

Le Voix - Le Bocage - - La Une - I.I.

Vire.

On est au len­de­main des bom­bar­de­ments ter­ribles qui ont qua­si­ment fait dis­pa­raître la ca­pi­tale du Bo­cage sous les dé­combres. Jean-Étienne Mar­cel Le Cor­nec a per­du sa mère et sa soeur qui ont pé­ri sous les bombes. Son im­pri­me­rie rue du Neuf­bourg a éga­le­ment été tou­chée et il lui est né­ces­saire de re­trou­ver un lo­cal. Ce se­ra ce­lui de la rue d’Ai­gneaux. Un simple rez-de-chaus­sée dans une bâ­tisse qui n’a plus de toit. Une his­toire que les Vi­rois connaissent bien et qui est re­tra­cée dans le jour­nal La Voix Le Bo­cage à l’oc­ca­sion de son cin­quan­tième an­ni­ver­saire. Et pour cause, le sort de l’im­pri­me­rie Le Cor­nec et de la Voix du Bo­cage ne font qu’un à cette époque. C’est Jean-Étienne Mar­cel Le Cor­nec qui pu­blie le nu­mé­ro 1 du jour­nal.

À l’époque, il s’agit d’une simple feuille de for­mat 28x42 cm, im­pri­mée rec­to ver­so. Elle est dis­tri­buée sur l’en­semble du Bo­cage, mais aus­si à Au­nay­sur-Odon et Con­dé-sur-Noi­reau.

C’est ain­si que l’im­pri­me­rie et le titre de presse vont se dé­ve­lop­per jus­qu’en 1959, date à la­quelle, le fon­da­teur du jour­nal va dé­cé­der. C’est son fils aî­né, Jean-Fran­çois qui va re­prendre en main la par­tie édi­to­riale de l’ac­ti­vi­té, tan­dis que son frère, Oli­vier va s’oc­cu­per de la par­tie tech­nique de l’im­pri­me­rie. Tout ce­ci se dé­roule sous la di­rec­tion de la femme de Jean-Étienne Mar­cel Le Cor­nec et mère de Jean- Fran­çois et Oli­vier. Irène Le Cor­nec re­lève les manches et concourt au suc­cès de l’af­faire fa­mi­liale jus­qu’en 1978. A cette date, le jour­nal est re­ven­du au groupe de presse Her­sant. C’est Amé­dée Mo­ri­neau, cadre du groupe Her­sant qui de­vient di­rec­teur de la pu­bli­ca­tion. Le 1er oc­tobre 2007 : La Voix Le Bo­cage est ra­che­té par le groupe Pu­bli­heb­dos.

Du cô­té de l’im­pri­me­rie, le tra­vail conti­nue. En 1975, les lo­caux dé­mé­nagent rue de la Mer­ce­rie. En 1994, Be­noit De­mor­treux in­tègre les équipes. De conduc­teur off­set à res­pon­sable de site de pro­duc­tion, il ra­chète l’en­tre­prise en 2000.

Au fil de ces longues an­nées, l’im­pri­me­rie a su conser­ver son ca­rac­tère gé­né­ra­liste tout en me­nant des in­ves­tis­se­ments consé­quents pour tra­vailler avec du ma­té­riel de pointe. Six per­sonnes tra­vaillent au sein de l’im­pri­me­rie qui dis­pose d’un es­pace PAO, équi­pée d’un CTP, im­pres­sion : off­set quatre cou­leurs et nu­mé­rique : presse Xe­rox. Le fa­çon­nage n’a pas non plus de se­cret pour l’en­tre­prise qui se charge de l’as­sem­blage, du pliage, du mas­si­co­tage… des im­pri­més des clients.

Ce jeudi 14 sep­tembre, Be­noit De­mor­treux, son épouse et toute l’équipe de l’im­pri­me­rie ac­cueille­ront leurs in­vi­tés pour souf­fler les 70 bou­gies de l’im­pri­me­rie. Oli­vier Le Cor­nec, fils du fon­da­teur de cette en­tre­prise se­ra éga­le­ment pré­sent.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.