Il y a 20 ans, les na­geurs fai­saient leurs pre­mières brasses

En deux dé­cen­nies, l’en­droit est de­ve­nu un com­plexe spor­tif dy­na­mique no­tam­ment grâce à la vo­lon­té d’un homme, Pierre Geof­froy. Ar­naud Le­sei­gneur, chef de bas­sin de la pis­cine vas­séenne, 46 ans au­jourd’hui, nous re­plonge 20 ans en ar­rière. Ren­contre.

Le Voix - Le Bocage - - De La Vire Noireau - Pro­pos re­cueillis par Au­drey Che­val­lier Com­plexe spor­tif Pier­reGeof­froy, route de Las­sy, à Vassy. Bon­net obli­ga­toire, short in­ter­dit. Contact : par mail à pis­ci­ne­de­vas­sy.word­press.com ; par té­lé­phone au 02 31 09 05 94.

1997-2017, le bas­sin de Vassy fête en ce mois de sep­tembre son 20e an­ni­ver­saire. Vous l’avez vu sor­tir de terre ?

Ar­naud Le­sei­gneur, chef de bas­sin. Tout à fait. Le pro­jet était por­té à l’époque par le pré­sident de la com­mu­nau­té de com­munes, Pierre Geof­froy. C’est sous son im­pul­sion que le bas­sin a été construit. C’est aus­si grâce à lui qu’on a toutes ces ins­tal­la­tions, le gym­nase d’abord, la salle des fêtes et, l’une de ses der­nières réa­li­sa­tions, la mé­dia­thèque. Le chan­tier a du­ré près d’un an et je suis ar­ri­vé le 1er sep­tembre 1997 en tant que res­pon­sable de bas­sin. Le bâ­ti­ment n’était pas to­ta­le­ment opé­ra­tion­nel. Com­ment se sont pas­sés les dé­buts ?

Ar­naud Le­sei­gneur. La vo­lon­té de M. Geof­froy, à l’époque, était le dé­ve­lop­pe­ment des sco­laires. Il de­man­dait de gé­rer les éco­liers du lun­di au ven­dre­di. Quelques se­maines après l’ou­ver­ture, un deuxième maître-na­geur a été em­bau­ché et on s’est mis à pro­po­ser des ac­ti­vi­tés à cô­té. On a com­men­cé à ou­vrir le sa­me­di avec le cré­neau pa­rents-en­fants. C’est un des plus an­ciens cré­neaux de la pis­cine. Cours de na­ta­tions en se­maine et des cré­neaux pour le pu­blic… pe­tit à pe­tit, on a mis en place des ac­ti­vi­tés qu’on peut re­trou­ver dans n’im­porte quelle pis­cine.

Il faut dire, qu’à l’époque, la pis­cine de Flers avait brû­lé, celle de Vire était au rez-de-chaus­sée de la MJC, à Con­dé-sur-Noi­reau, c’était uni­que­ment un bas­sin ex­té­rieur et Thu­ry-Har­court était en tra­vaux. Du­rant notre pre­mière an­née de fonc­tion­ne­ment, on avait qua­si­ment un mo­no­pole. Qu’est-ce qui ca­rac­té­rise le bas­sin de Vassy ?

Ar­naud Le­sei­gneur. Il fait 16 m sur 7 et 2 m de pro­fon­deur. En théo­rie, dans le mi­lieu pro­fes­sion­nel, on ap­pelle ça un bas­sin d’ap­pren­tis­sage sauf que ça doit faire 1 m 50 de pro­fon­deur maxi­mum. On est un faux bas­sin d’ap­pren­tis­sage. Pour­quoi ? M. Geof­froy avait dé­cré­té qu’on ne pour­rait rien faire là-de­dans et a dé­ci­dé de créer un bas­sin plus pro­fond. C’était une très bonne idée si ce n’est que, dans un bas­sin qui sur 16 m passe de 70 cm à 2 m, ça fait une pente as­sez raide. Suf­fi­sam­ment pour sur­prendre. Quels évé­ne­ments ma­jeurs ont connu le bas­sin et le per­son­nel ?

Ar­naud Le­sei­gneur. Jus­qu’en 2005, la pis­cine était gé­rée par l’As­li (As­so­cia­tion sport et loi­sirs de Val­dal­lière) qui, à l’époque, em­bau­chait le per­son­nel. Il a été re­pris par la com­mu­nau­té de com­munes de Vassy puis par Val­dal­lière et, au­jourd’hui, on gère à 100 % des ac­ti­vi­tés en di­rect. Dès lors, on peut dire que l’équipe s’est sta­bi­li­sée. De­puis 1997, il y a eu 17 maîtres na­geurs.

Autre temps fort de ces 20 der­nières an­nées, le chan­tier de re­mise aux normes ini­tié en 2012. Il y a eu un gros break de près d’un an. Dès l’ou­ver­ture, on no­tait la sur­con­som­ma­tion d’eau dans des pro­por­tions as­sez ef­frayantes. Le ré­seau en­ter­ré de­vait fuir. À l’époque, on de­vait re­nou­ve­ler au­tour de 3 m3 d’eau par jour… on re­nou­ve­lait 26 m3. Outre le pro­blème des éco­no­mies d’eau, il y avait un bas­sin qui été hy­per bruyant, des pro­blèmes de pres­sion dans les douches, dans les toi­lettes, des pro­blèmes de ré­gu­la­tion des tem­pé­ra­tures…

Tout ce­la nous a ame­nés à nous dire : soit on fait des tra­vaux, soit dans 2 ou 3 ans, tout s’ar­rête. On est ar­ri­vé à un chan­tier qui frô­lait le mil­lion d’eu­ros mais ce­la va­lait le coup. Quel est votre sou­ve­nir le plus mar­quant ?

Ar­naud Le­sei­gneur. Il a des choses qui tiennent à coeur, de par ma pra­tique spor­tive. On a quand même ac­cueilli à deux re­prises, deux re­cord­men du monde d’apnée, Guillaume Né­ry et Sté­phane Mif­sud, qui sont ve­nus ici faire des stages. Mif­sud, pour moi, c’était un de­mi-dieu. Com­ment se porte la struc­ture ?

Ar­naud Le­sei­gneur. Ça a très vite bien fonc­tion­né parce qu’aus­si les élus ont été très ré­cep­tifs à tout ce qu’on a pu pro­po­ser. La fré­quen­ta­tion est au­jourd’hui de 20 000 à 25 000 vi­si­teurs par an. J’ai­me­rais of­frir plus d’ac­ti­vi­tés en pro­fi­tant du chan­ge­ment de sta­tut. Nous ne sommes plus maîtres na­geurs mais édu­ca­teur d’ac­ti­vi­tés phy­siques et spor­tives, c’est net­te­ment plus ou­vert. De­puis 4 ans, on s’est lan­cé dans l’évé­ne­men­tiel avec des soi­rées Hal­lo­ween, co­coo­ning, ados… Tout ça, ça plaît beau­coup. En cette 20e sai­son, on a mis en place le cir­cuit trai­ning, une mé­thode d’aqua­gym très in­tense à vé­lo, sur un tram­po­line… Au terme des 45 mi­nutes, on est sur les ge­noux !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.