Pour que vos ef­forts ne partent pas en fu­mée…

Le Voix - Le Bocage - - De La Vire Au Noireau - Lau­ra Bau­dier Le kit Mois sans ta­bac est dis­po­nible gra­tui­te­ment dans cer­taines phar­ma­cies ain­si que sur le site mois­sans-ta­bac.ta­bac-in­fo-ser­vice.fr

À l’oc­ca­sion du Mois sans ta­bac, la ta­ba­co­logue Chris­tiane Chas­taing dé­livre ses conseils pour ar­rê­ter la ci­ga­rette.

« Le ta­bac c’est ta­bou, on en vien­dra tous à bout ! » , comme le scan­daient Di­dier Bour­don et Ber­nard Cam­pan dans Le pa­ri ! On convien­dra qu’il n’est pas cer­tain qu’un simple slo­gan par­vienne à faire ar­rê­ter les plus ad­dicts… Tan­dis que cer­tains choi­sissent les sub­sti­tuts ni­co­tiques pour lut­ter contre la sen­sa­tion de manque (patch, gommes, com­pri­més et pas­tilles, in­ha­leurs, sprays buc­caux), d’autres se tournent vers des trai­te­ments mé­di­ca­men­teux dé­li­vrés sur or­don­nance ou en­core vers la ci­ga­rette élec­tro­nique. Cer­taines per­sonnes en si­tua­tion de dé­pen­dance s’orientent vers des mé­thodes plus douces telles que l’acu­punc­ture, l’ho­méo­pa­thie, la so­phro­lo­gie, la re­laxa­tion ou en­core l’hyp­nose. Ces der­nières an­nées, beau­coup de consom­ma­teurs ont ar­rê­té la ci­ga­rette à la lec­ture de La mé­thode simple pour en fi­nir avec la ci­ga­rette, le cé­lèbre livre d’Al­len Carr qui a fait un ta­bac (!). À l’oc­ca­sion du Mois sans ta­bac, opé­ra­tion na­tio­nale créée l’an der­nier, le ly­cée agri­cole de Vire a dé­ci­dé de sen­si­bi­li­ser les élèves au dan­ger du ta­ba­gisme.

« Les jeunes fument de plus en plus tôt »

L’éta­blis­se­ment Les Champs de Tra­cy compte quelque 250 ly­céens et une cen­taine d’ap­pren­tis. « Au moins 50 % fument » , se­lon So­line Ol­la, conseillère d’orien­ta­tion. « Les jeunes fument de plus en plus tôt et de plus en plus de filles fument » , ajoute Na­tha­lie Bi­gard, char­gée de pré­ven­tion au sein de l’As­so­cia­tion Na­tio­nale de Pré­ven­tion en Al­coo­lo­gie et Ad­dic­to­lo­gie (ANPAA) de Nor­man­die.

Du­rant quinze jours, une classe de Se­conde va tra­vailler à la réa­li­sa­tion d’un ex­po­sé sur le ta­bac. Pour les per­sonnes vo­lon­taires dé­si­reuses d’ar­rê­ter la ci­ga­rette, des temps d’échanges et d’ac­com­pa­gne­ment sont or­ga­ni­sés en pré­sence de pro­fes­sion­nels ( ta­ba­co­logue, in­fir­mière, dié­té­ti­cienne, so­phro­logue, etc.). « J’ai peur d’ar­ri­ver au stade ou je ne peux plus m’en pas­ser, j’ai­me­rais ar­rê­ter avant » , confie cette jeune fille qui a pré­fé­ré gar­der l’ano­ny­mat et qui a com­men­cé à fu­mer il y a en­vi­ron trois ans. « Ce sont des co­pains qui m’ont pro­po­sé, je fume entre cinq et sept ci­ga­rettes par jour. On a l’im­pres­sion que si on ne fume pas on va être à part et puis j’ai peur de prendre du poids et d’être ul­tra-ir­ri­ti­bale ! »

Se­lon Chris­tiane Chas­tang, ta­ba­co­logue à l’hô­pi­tal de Vire de­puis 1993, « il faut faire quelque chose qui ap­porte du plai­sir : du sport, un ins­tru­ment, etc. On ne peut pas rem­pla­cer un plai­sir par une con­trainte. » Son pre­mier con­seil pour stop­per l’ad­dic­tion est clair : « Il faut avoir le dé­sir d’ar­rê­ter. » À l’hô­pi­tal, elle re­çoit « par vague : il y a plus de vi­sites quand il y a une an­nonce d’aug­men­ta­tion du prix du ta­bac ou des cam­pagnes de sen­si­bi­li-

Le dé­sir

sa­tion. » « La pré­ven­tion est un long che­min… » , sou­ligne Na­tha­lie Bi­gard. « C’est aus­si une ques­tion de culture : dans les pays an­glo-saxons c’est très mal vu de fu­mer par exemple » , ajoute-t-elle. Pour la ly­céenne, la ren­contre de ces dif­fé­rents pro­fes­sion­nels lui per­met de sa­voir « com­ment ré­agir quand j’ai des mo­ments de stress : j’oc­cupe mon temps au maxi­mum. Quand je n’ai rien à faire et que j’ai en­vie de fu­mer, je bois un grand verre d’eau ! J’ai en­vie de don­ner l’exemple au­tour de moi. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.