Elle brave le han­di­cap en pa­ra­chute

Les Alpes Mancelles - - La Une -

Re­le­veuse de dé­fis en per­ma­nence, à la re­cherche constante de mon­tées d’adré­na­line, Claire Du­ver­ger, 24 ans, in­firme mo­teur cé­ré­brale (IMC) de nais­sance, af­fiche un op­ti­misme à toutes épreuves.

Elle roule aler­te­ment entre les bu­reaux. Déam­bule dans les cou­loirs, par les portes, et s’im­misce der­rière son bu­reau, avec son fau­teuil rou­lant élec­trique à la Com­mu­nau­té de Com­munes des Coê­vrons où elle tra­vaille en CDD de­puis sep­tembre der­nier. Cette jeune femme, En­tra­maise, af­fiche un sou­rire com­mu­ni­ca­tif. Elle est as­sis­tante ad­mi­nis­tra­tive : « Ce­la se passe très bien avec une re­la­tion ex­cep­tion­nelle avec les col­lègues dans des lo­caux ac­ces­sibles, » in­siste-telle. A l’es­pace Coê­vrons, elle oc­cupe les fonc­tions d’ac­cueil du pu­blic.

De dé­fis en dé­fis

« J’ai peur de tout mais je fi­nis tou­jours par dire oui. » Elle ré­sume ain­si ce qui l’amène à se dé­pas­ser en per­ma­nence, dans dif­fé­rents sports comme le ski, le pa­ra­pente, le kar­ting, l’ULM, l’équi­ta­tion, la danse en fau­teuil, la plon­gée. « Je sais na­ger juste ce qu’il faut pour ne pas me noyer… ». Et main­te­nant le saut en pa­ra­chute en double. « Mon pre­mier saut re­monte à 2011. La fré­quence s’est ac­cé­lé­rée de­puis 2014 et au­jourd’hui j’en ai 36 au comp­teur ! » Elle est li­cen­ciée au club de pa­ra­chu­tisme La­val­lois, où elle s’en­traîne, ain­si qu’à Sau­mur.

Tout a dé­bu­té avec l’as­so­cia­tion Ma­ra­thon So­leil de Chan­gé les La­val, qui of­frait 10 sauts à des jeunes en si­tua­tion de han­di­cap. Ce fut le dé­part d’un par­cours qui l’a ame­née au Chal­lenge Eu­ro­péen ré­ser­vé aux han­di­ca­pés, à Lille, avec une place de 19e sur 36, en­suite aux cham­pion­nats de France le 15 août, où elle s’est clas­sée 4e sur 9. En sep­tembre pro­chain, elle se­ra à Minsk en Bié­lo­rus­sie pour une com­pé­ti­tion in­ter­na­tio­nale.

Vives sen­sa­tions !

C’est ce qui la mo­tive. « Pour mon 1er saut à La­val à Beau So­leil, ce fut une sen­sa­tion in­croyable. Le plus in­tense fut le mo­ment où on saute de 4 000 mètres dans le vide. On y est dé­jà en par­tie avant de sau­ter puis­qu’en tan­dem avec An­toine Matt, je suis obli­ga­toi­re­ment de­vant. » La com­pé­ti­tion consiste à faire 4 dé­pla­ce­ments-ro­ta­tions la­té­rales en chute libre, face au vi­déo­man qui saute en même temps, avant l’ou­ver­ture du pa­ra­chute vers les 1 500 m. « On s’ap­puie sur l’air avec les bras et les mains. C’est très en­ca­dré tech­ni­que­ment, vi­tesse, pré­ci­sion. Avec le por­teur, une re­la­tion étroite est ex­trê­me­ment né­ces­saire. Il faut exé­cu­ter ces fi­gures, en 3 manches, dans les meilleurs dé­lais. »

Vo­lon­té de fer

Elle s’ex­prime en toute li­ber­té, sans com­plexe. « Je ne peux mar­cher mais qui a dit que je ne pou­vais pas vo­ler ! (éclat de rire) J’ai vrai­ment en­vie de pro­gres­ser, de sor­tir des fron­tières pour les com­pètes. Le saut en pa­ra­chute fait tom­ber les li­mites. »

À l’at­ter­ris­sage, Claire Du­ver­ger en tan­dem avec An­toine Matt (ph So­phie Gal­lot)

Claire en uni­forme, prête à se lan­cer dans le vide. (ph So­phie Gal­lot)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.