La ci­té planche sur la sor­tie de la 4CPS

Ven­dre­di 29 sep­tembre, Pierre Du­bois, maire de La­var­din, a ras­sem­blé ses ad­mi­nis­trés lors d’une réunion pu­blique pour leur faire part des pro­jets et ré­flexions di­verses.

Les Alpes Mancelles - - La Une -

Une ges­tion fi­nan­cière au beau fixe

L’oc­ca­sion de faire un point fi­nan­cier qui laisse ap­pa­raître une trésorerie de 113 000 € « Grâce à la bonne ges­tion de la com­mune », ex­plique Pierre Du­bois.

« La com­pa­rai­son de La­var­din avec les autres com­munes de taille équi­va­lente dans le dé­par­te­ment montre que nous sommes moins im­po­sés que d’autres. C’est une pro­messe qui avait été faite par la mu­ni­ci­pa­li­té pour ce man­dat. La part com­mu­nale des im­pôts lo­caux n’aug­men­te­ra pas cette an­née en­core ».

Pierre Du­bois rap­pelle en­suite que les tra­vaux ef­fec­tués cette an­née avaient pour ob­jec­tif la sé­cu­ri­sa­tion du centre-bourg et que l’ex­ten­sion pour la mise aux normes de la salle po­ly­va­lente a été payée sans cré­dit ni sub­ven­tion. Agran­dis­se­ment du SIVOS

Au ni­veau du SIVOS (Syn­di­cat In­ter­com­mu­nal à Vocation Scolaire), le rythme scolaire est re­pas­sé à une se­maine de 4 jours de­puis la ren­trée. « Une ré­flexion pour­rait être me­née pour agran­dir le SIVOS ac­tuel avec la com­mune de De­gré par exemple. Ce qui per­met­trait d’évi­ter les risques de fer­me­ture sou­mise aux écoles de moins de 5 classes », ex­plique Pierre Du­bois. Pour les ados de la com­mune, la créa­tion d’un city-stade sur le ter­rain de foot ac­tuel est à l’étude.

Créer une com­mune nou­velle pour re­joindre la CUM

Lors de la der­nière réunion pu­blique du ven­dre­di 16 dé­cembre 2016, le maire avait sou­mis l’idée de quit­ter la Com­mu­nau­té de com­mune pour re­joindre la CUM ac­com­pa­gné de La Quinte et De­gré. « Une ré­flexion que j’ai tou­jours mais que je ne mè­ne­rai pas seul. Avec le con­seil mu­ni­ci­pal, nous y ré­flé­chis­sons mais il s’agit d’une dé­ci­sion à prendre par le vil­lage en­tier et qui pour­rait se faire en fu­sion­nant avec une ou deux autres com­munes de même type d’en­det­te­ment. Un chan­ge­ment qui au­rait des consé­quences à sa­voir, un seul maire, un seul con­seil mu­ni­ci­pal et un seul nom. L’acte 1 de cette ré­flexion est d’éva­luer ce que coû­te­rait le dé­part de la Com­mu­nau­té de com­munes ».

Fu­sion des syn­di­cats des eaux

Pierre Du­bois a rap­pe­lé que la ges­tion de l’eau po­table de la com­mune était réa­li­sée par la SAEP (syn­di­cat des eaux) of­frant à chaque ha­bi­tant un ta­rif at­trac­tif.

« Pour conser­ver ce juste prix, il fau­dra fu­sion­ner avec d’autres com­munes. Dans le cas contraire, en 2020, la com­pé­tence de la dis­tri­bu­tion de l’eau ira au pro­fit du sec­teur pri­vé avec un im­pact sur le coût pour cha­cun ».

Dé­marches pour lut­ter contre les nui­sances de la LGV

Au cha­pitre des nui­sances ap­por­tées par la ligne LGV, Pierre Du­bois a conscience de la moins­va­lue en­gen­drée sur le prix des mai­sons. « Des dé­marches au­près d’Eif­fage sont engagées. On ne laisse pas tom­ber et on va pro­po­ser deux me­sures pour li­mi­ter les nui­sances so­nores et les trem­ble­ments qui dé­butent chaque jour à 5 h 39 mal­gré la dis­tance de 1 km de la ligne ».

Le maire, Pierre Du­bois, par­tage avec ses ad­mi­nis­trés, les pro­jets et ré­flexions de la com­mune.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.