Mar­tin Lu­ther (1483-1546) et la Ré­forme

Les Docs de Mon Quotidien - - Les Temps modernes -

Au XVIe (16e) siècle, des chré­tiens re­prochent à l’Église et au pape de s’éloi­gner de l’en­sei­gne­ment de Jé­sus. Ils veulent ré­for­mer la re­li­gion. Ex­clus par le pape, ils fondent de nou­velles Églises, qu’on ap­pelle « pro­tes­tantes » ou « ré­for­mées ».

Mar­tin Lu­ther

Ce moine al­le­mand ré­dige en 1517 un texte, les « 95 thèses », don­nant ain­si nais­sance à la re­li­gion pro­tes­tante. Il y dé­nonce la cor­rup­tion et la vie luxueuse de l’Église ro­maine. Dans ses 95 thèses, Lu­ther ex­plique que les papes et les prêtres ne servent à rien. Le croyant doit lire lui-même la Bible pour com­prendre tout seul le mes­sage de Dieu.

Les in­dul­gences

Mar­tin Lu­ther est sur­tout cho­qué par la vente d’in­dul­gences aux fi­dèles. Une in­dul­gence est une pro­messe de par­don de pé­ché, qui per­met d’ac­cé­der plus ra­pi­de­ment au pa­ra­dis après la mort. Car, à l’époque, la construc­tion de la nou­velle ba­si­lique Saint-Pierre de Rome coûte très cher. Pour fi­nan­cer le chan­tier, le Va­ti­can vend des in­dul­gences aux riches.

La Ré­forme se dif­fuse

En 1521, le pape ex­com­mu­nie Lu­ther. Mais les idées du moine se ré­pandent ra­pi­de­ment en Al­le­magne et en Scan­di­na­vie. Lu­ther or­ga­nise peu à peu la nou­velle re­li­gion. À l’étran­ger, d’autres ré­for­ma­teurs contestent l’au­to­ri­té de l’Église ca­tho­lique. Ain­si, les idées du Fran­çais Jean Cal­vin se dif­fusent en Suisse, aux Pays-Bas et en France. Une nou­velle re­li­gion ré­for­mée ap­pa­raît en An­gle­terre : l’an­gli­ca­nisme. L’op­po­si­tion entre ca­tho­liques et pro­tes­tants se­ra à l’ori­gine de plu­sieurs guerres de re­li­gion en Eu­rope.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.