© AFP/TIM GRA­HAM

Les Docs de Mon Quotidien - - Front Page -

Les Vi­kings ont lais­sé des traces de leur pas­sage dans les noms de lieux an­glais (villes, ré­gions...), mais aus­si dans les noms de fa­mille fi­nis­sant par « -son » (comme John­son, Jack­son, Jef­fer­son). Piller : vo­ler en cau­sant des dé­gâts. Em­pire : groupe de pays di­ri­gés par un seul chef (l’em­pe­reur).

De 1338 à 1360, les An­glais battent les Fran­çais à plu­sieurs re­prises, no­tam­ment à la ba­taille de Cré­cy (1346). Par un trai­té, le roi d’An­gle­terre Édouard III ob­tient le contrôle to­tal du sud-ouest de la France. une grande par­tie de la France.

Les co­lons pu­ri­tains de New Ply­mouth cultivent le maïs, ai­dés par les In­diens vi­vant dans la ré­gion. En sou­ve­nir de leur pre­mière mois­son, en 1621, le der­nier jeu­di du mois de no­vembre est fé­rié aux États-Unis : c’est la fête de Thanks­gi­ving. 3 En 1620, une tren­taine de pu­ri­tains partent d’An­gle­terre à bord du na­vire May­flo­wer. Ils créent la ville de New Ply­mouth, en Amé­rique.

Les dé­pu­tés an­glais craignent que Jacques II, ca­tho­lique, im­pose sa re­li­gion en An­gle­terre, en ma­jo­ri­té pro­tes­tante. Ils font ap­pel à Guillaume d’Orange, le gendre du roi. Il or­ga­nise une ré­vo­lu­tion et de­vient roi d’An­gle­terre en 1689. 1 2 ré­vo­lu­tions ont lieu en An­gle­terre au XVIIe (17e) siècle.

Dans les an­nées 1960 et 1970, les ten­sions entre ca­tho­liques et pro­tes­tants sont très fortes en Ir­lande du Nord. Des meurtres, des af­fron­te­ments vio­lents et des at­ten­tats ont lieu. Un ac­cord de paix est fi­na­le­ment trou­vé en 1998. Un gou­ver­ne­ment, ras­sem­blant des chefs des 2 camps, est alors for­mé. 1 Pen­dant des siècles, les re­la­tions entre la Grande-Bre­tagne et l’Ir­lande ont été vio­lentes.

Riche pro­prié­taire, George Wa­shing­ton est nom­mé com­man­dant en chef de l’ar­mée amé­ri­caine en 1775. Il rem­porte de nom­breuses ba­tailles et de­vient le hé­ros de l’in­dé­pen­dance amé­ri­caine. En 1787, il par­ti­cipe à la ré­dac­tion de la Cons­ti­tu­tion. Wa­shing­ton est élu pré­sident des États-Unis en 1789. Il se­ra ré­élu en 1792. George Wa­shing­ton a don­né son nom à la ca­pi­tale des États-Unis, ain­si qu’à un État du nord-ouest du pays. 1 À par­tir de 1760, les 13 co­lo­nies fon­dées par les Bri­tan­niques en Amé­rique du Nord se ré­voltent.

En 1805, Na­po­léon confie la flotte fran­çaise à l’ami­ral Ville­neuve. Sa mis­sion est de dé­truire la flotte bri­tan­nique, di­ri­gée par l’ami­ral Nel­son, pour en­suite en­va­hir le Royaume-Uni. Une ba­taille na­vale a lieu au large du cap Tra­fal­gar, dans le sud de l’Es­pagne. C’est une grande dé­faite pour les Fran­çais. Ils perdent 22 de leurs 33 na­vires. 1 De 1804 à 1815, le Royau­meU­ni af­fronte l’Em­pire fran­çais de Na­po­léon Ier, lors d’une sé­rie de guerres.

L’Inde ob­tient son in­dé­pen­dance du Royaume-Uni. 3 En 1949, la Ré­pu­blique d’Ir­lande de­vient un pays to­ta­le­ment in­dé­pen­dant du Royaume-Uni

« » 1 Le Ti­ta­nic est un pa­que­bot construit entre 1908 et 1911 au Royaume-Uni. C’est alors le plus grand des trans­at­lan­tiques.

Le 6 juin 1944, 156 000 sol­dats bri­tan­niques, amé­ri­cains et ca­na­diens par­ti­cipent au dé­bar­que­ment en Nor­man­die. L’ob­jec­tif est de li­bé­rer la France de l’ar­mée al­le­mande. 7 000 na­vires et plus de 1 600 avions par­ti­cipent à cette vaste opé­ra­tion mi­li­taire, di­ri­gée par le gé­né­ral amé­ri­cain Ei­sen­ho­wer. 9 000 sol­dats (dont 3 000 Bri­tan­niques) sont tués lors du dé­bar­que­ment. Quelques se­maines plus tard, la France et le reste de l’Eu­rope sont li­bé­rés. 1 Le Royaume-Uni dé­clare la guerre à l’Al­le­magne le 3 sep­tembre 1939.

5 - De quelle ré­gion Guillaume le Con­qué­rant de­vient-il duc à 8 ans ? d’An­gle­terre. 7 - Quels pays se sont af­fron­tés lors de la guerre de Cent Ans ? France. de et d’An­gle­terre royaumes Les Ca­the­rine 15 - Com­ment s’ap­pelle le na­vire bri­tan­nique qui a cou­lé le 14 avril 1912 ? Mar­ga­ret

Ont eu 2 en­fants Des règles s’ap­pliquent pour dé­ter­mi­ner qui est l’hé­ri­tier du trône au Royaume-Uni. Elles ont un peu chan­gé en 2011 : l’hé­ri­tier est l’en­fant aî­né (fille ou gar­çon) du sou­ve­rain. Au­pa­ra­vant, les gar­çons étaient prio­ri­taires. Si le sou­ve­rain ab­dique ou meurt avant d’avoir des en­fants, son frère ou sa soeur monte sur le trône. Hé­ri­tier : en­fant qui de­vien­dra roi ou reine à la mort de son père ou de sa mère. Titre de no­blesse : nom don­né à une per­sonne noble qui montre son im­por­tance et sa ri­chesse. Sou­ve­rain : roi ou reine. Ab­di­quer : re­non­cer à être roi ou reine. Ca­tho­lique : chré­tien dont le chef re­li­gieux est le pape. Pro­tes­tant : chré­tien qui ne re­con­naît pas le pape comme chef re­li­gieux. L’hé­ri­tier ac­tuel est le prince Charles, sui­vi de son fils le prince William, de son pe­tit-fils le prince George et de sa pe­tite-fille la prin­cesse Char­lotte. Une fois sur le trône, le nou­veau sou­ve­rain peut choi­sir son pré­nom de roi ou de reine. Ain­si, le prince Charles pour­ra choi­sir de s’ap­pe­ler George, Al­bert ou Édouard une fois de­ve­nu roi !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.